Pars vite et reviens tard – Fred Vargas

Résumé : Ce sont des signes étranges, tracés à la peinture noire sur des portes d’appartements, dans des immeubles situés d’un bout à l’autre de Paris. Une sorte de grand 4 inversé, muni de deux barres sur la branche basse. En dessous, trois lettres : CTL. A première vue, on pourrait croire à l’oeuvre d’un tagueur. Le commissaire Adamsberg, lui, y décèle une menace sourde, un relent maléfique. De son côté, Joss Le Guern, le Crieur de la place Edgar-Quinet, se demande qui glisse dans sa boîte à messages d’incompréhensibles annonces accompagnées d’un paiement bien au-dessus du tarif. Un plaisantin ou un cinglé ? Certains textes sont en latin, d’autres semblent copiés dans des ouvrages vieux de plusieurs siècles. Mais tous prédisent le retour d’un fléau venu du fond des âges…

pars vite et reviens tard.png

Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ★

Avis : Vous connaissez la chanson : ce n’est pas le premier tome et pourtant je l’ai lu en premier. Runing gag ! 👏

J’ai honte de l’avouer, mais, j’ai longtemps cru que Fred Vargas était un homme, y compris durant ma lecture. Peut-être est-ce dû au caractère du commissaire Adamsberg, qui ne pouvait, à mes yeux, que sortir d’un cerveau masculin. Les préjugés, que voulez-vous ? 🙃

Commençons par notre commissaire : le personnage principal, le commissaire Adamsberg, bien que déjanté (et décontracté) est finalement assez classique (je le répète, le mot classique sur ce blog n’est en aucun cas péjoratif, bien au contraire). Vous allez l’adorer !

L’histoire se déroule dans Paris et honnêtement, ça me plait ! Nous débutons l’enquête sur une petite place au carrefour Edgar-Quinet, où Adamsberg rencontre Joss Le Guern, crieur public (d’origines bretonnes), tous les personnages que nous allons rencontrer ont été blessés par la vie et se sont recomposé une sorte de famille. Depuis quelques semaines, Joss découvre dans sa boîte à nouvelles de mystérieux messages à crier (parce que c’est comme ça que ça se passe, on dépose un message à crier avec un peu d’argent dans la boîte de Joss et il se charge de le transmettre aux oreilles qui passent). Un autre personnage s’avère particulièrement important, Decambrais, un personnage doté d’une grande culture qui découvre l’origine des messages : il s’agit de textes anciens, destinés à annoncer une catastrophe. En parallèle, de l’autre côté de Paris, de mystérieux « 4 » (un peu différent d’un quatre mais passons) sont peints sur des portes d’immeubles. S’en suit donc une enquête, qui clôture mon article, sans quoi, je vais me faire taper sur les doigts pour avoir salement spoilé ! 😂

Ce roman est particulièrement intéressant et je dirais même intelligent. Il date si ma mémoire est bonne (mais peu importe parce qu’heureusement Google lui connait la date) de 2001, pourtant je le pensais plus ancien encore, c’est une enquête à l’ancienne, des personnages à l’ancienne, avec pour le coup une touche d’humour très rafraîchissante. Je n’ai sûrement pas besoin de vous confirmer que je l’ai adoré et que je vous le conseille vivement si vous avez envie d’un polar à glisser dans votre sac pour vous occuper cet été.

Anecdote : Ce roman a été adapté en film en 2007, je compte sortir un article sur ce film, comme pour La maison des damnés. 😉

Bonne lecture ! Signé C.

Un commentaire sur « Pars vite et reviens tard – Fred Vargas »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.