Ma vie depuis que je suis blogueuse, deux ans plus tard. Le bilan.

Quelques mois après la création de mon blog, j’ai publié un article pour vous partager les changements qu’il avait engendré dans ma vie, vous pouvez le consulter en cliquant ici. Il y a eu du changement en deux ans ?

Le bilan

Je délaissais Facebook au profit de Twitter et d’Instagram.
Aujourd’hui, je délaisse tous les réseaux sociaux.

alex-knight-j4uuKnN43_M-unsplashJe n’ai aucune envie d’avoir un discours moralisateur, ni de diaboliser les réseaux, cependant, je ne peux parler de mon expérience de blogueuse sans en aborder ma vision… Un soir, j’ai remarqué que je passais énormément de temps sur Instagram. Le pire de tous ! Mon pouce faisait défiler les photos, je cliquais sur les cœurs sans même regarder ce que mes doigts likaient. Je faisais d’autres choses à côté, jetant des coups d’œil rapides à l’écran de mon téléphone. Purée ! Ces bêtises auraient pu me faire développer un strabisme divergeant… Mais croyez-vous que cela m’aurait arrêté ? Pas du tout. Reprenons notre sérieux : je l’avoue aujourd’hui avec une pointe de honte, j’étais addicte. Pas au réseau en lui-même, mais aux chiffres. Je surveillais l’évolution de ma courbe d’abonnements. Mon humeur suivait scrupuleusement les fluctuations de cette dernière. Un abonnement en moins, mon estomac se contractait, un abonnement en plus et je me sentais euphorique. Les scientifiques savent désormais expliquer ce phénomène en rapport avec la dopamine. Je vous conseille vivement de regarder le reportage « Envoyé spécial Smartphone : sommes-nous tous accros ? » … Je m’évertuais à dépasser les 1000 abonnés sur Instagram, lorsque constatant que je stagnais, j’ai décidé d’abandonner. Ce qui habituellement est un défaut chez moi, l’abandon face à la difficulté, m’a ici sorti d’un cercle vicieux.

J’avais adopté la liseuse Kindle.
Aujourd’hui, j’ai presque abandonné la liseuse Kindle.

alejandro-escamilla-BbQLHCpVUqA-unsplashIl est vrai que ce gadget est pratique. Incontestablement ! La fonction « note » qui permet de sauvegarder rapidement un passage du roman et de noter nos remarques facilite grandement l’écriture d’un article. Mais tout lecteur vous le dira, rien ne vaut le papier. L’odeur des livres, leur poids entre vos mains, la satisfaction d’en tourner les pages… Je garde ma liseuse comme un outil numérique qui permet surtout de lire les ebooks des auteurs indépendants. J’ai eu la chance de nouer des liens avec une romancière à la plume délicate et poétique, Sélène Derose, et c’est avec ma liseuse que je plonge dans son monde. En somme, cet objet ne m’est pas indispensable. Il reste la plupart du temps dans un tiroir. Et vous, dites-nous, utilisez-vous fréquemment une liseuse ?

J’abordais mes lectures différemment.
Aujourd’hui, je lis à nouveau avec plaisir.

thought-catalog-505eectW54k-unsplashL’évolution de nos articles est logique et normale. J’ai pu constater qu’au début j’avais un style très maladroit. La peur du spoil me forçait à écrire des chroniques vides de sens. Les personnages sont attachants, l’histoire est sympathique et bien écrite… Ce genre d’avis sans profondeur. J’ai ensuite fait pire encore. Une confession que je vous fais aujourd’hui… Je n’avais aucun plaisir à lire les livres, je survolais parfois certains d’entre eux pour gagner du temps et pouvoir publier un article rapidement. Peu m’importais le contenu, je m’occupais surtout du contenant, en passant plus de temps à créer mes images d’accroches et mes visuels pour les réseaux sociaux. Une vraie usine. La quantité était la seule chose qui importait. Toujours plus de chroniques à partager, pour être encore plus présente dans la blogosphère. Une surconsommation d’ouvrage auxquels je ne prêtais aucune attention, au point d’en avoir du mal à en faire un résumé. Quand j’ai abandonné Instagram, j’ai également relâché la pression à ce niveau. Aujourd’hui je sélectionne mieux les romans qui rejoignent ma pile à lire. Je prends le temps d’en lire chaque mot, de respecter le travail des auteurs et de vous restituer au mieux mon avis sur les livres qui passent entre mes mains. J’ai repris plaisir à lire et à écrire.

Je passais du temps à faire des photos de mes livres.
Aujourd’hui, je ne fais presque plus de photos de mes livres.

elora-allen-Wikeo8KZUhA-unsplashL’abandon d’Instagram a décidément changé énormément de choses à ce blog et à ma vie. Je me souviens d’un dimanche après-midi que j’ai passé à photographier des livres. Sous toutes leurs coutures, décalant l’objectif parfois de quelques millimètres seulement pour changer la luminosité de la photographie. Pour les professionnel c’est sûrement une très bonne chose, mais pour une lectrice c’est à la limite du malsain. Comme pour les chroniques, j’ai connu cette surconsommation. En regardant le soir la galerie photos de mon téléphone, j’ai constaté que j’en avais pris plus de trois cent… La soirée, loin d’être plus amusante que la journée, je l’ai passée à effacer les images qui n’étaient pas assez Instagramable. Tout se rejoint d’ailleurs, lorsque je vous parlais de livre dont je me fichais bien du contenu… Pourvu qu’ils aient une couverture assez jolie pour terminer dans mon feed. Aujourd’hui, si je trouve une scène jolie en passant devant, je m’arrête pour l’immortaliser. Terminé les scènes de vie créées de toutes pièces. Nous pouvons résumer ce passé de bookstagrameuse comme un moment d’hypocrisie dans ma vie. Vis-à-vis de vous, de ce blog et de moi-même. Je voyais ces comptes avec leur million d’abonnés, ces femmes qui semblaient avoir une vie parfaite, chez elles tout était beau, tout était hashtags quelque chose. Douter de moi et de mon bonheur, voilà le résultat de ces longues heures sur les réseaux. J’ai lu une multitude d’articles vous apprenant les ficelles du digital marketing. Avec ces conseils en tête, je passais un temps fou à tenter de ressembler à celles que j’appelle désormais avec une pointe d’amertume, je le confesse, les piliers de la perfections mensongères. Mon feed ne s’arrêtait pas à trois couleurs, mes lectures étaient trop variées, je n’arrivais pas à m’arrêter à un style de romans qui ferait de moi une experte du domaine. De déceptions en remises en question, je sombrais dans la tristesse. Avec du recul j’ai compris que je ne peux pas m’attribuer une image de marque comme me le conseillaient ces articles. M’arrêter à trois couleurs ne me correspond pas, je préfère un arc-en-ciel. M’arrêter à un style de livre, ne me convient pas, j’aime la SF, les thrillers, la fantasy, les romans jeunesses et je ne crache pas sur une romance de temps à autre. Si aujourd’hui je voulais me coller une étiquette, je choisirais celle de la diversité.

Je participais à des challenges et des tags.
Aujourd’hui, je participe toujours à des challenges et des tags.

toa-heftiba--Wor0Xz9sqQ-unsplashToujours ! Surtout le fameux « Pumpkin Autumn Challenge » qui a marqué le début de ce blog, il y a de ça deux ans. Je ne peux pas nier que les tags permettent de partager du contenu à intervalle régulier, pour ne pas que vous m’oubliez complètement. Quant aux challenges, ils me donnent la réjouissante impression de faire partie d’une communauté. Ils réveillent également mon côté compétitrice… Je fais malgré tout attention à ne pas retomber dans la lecture à outrance qui finissait par me dégoûter des livres. Certains « menus » ne me conviennent pas, il y a deux ans, je me serais forcée à survoler des livres qui correspondaient à la catégorie pour vous pondre un de ces avis aseptisé. Ceux qui me permettaient de ne rien dire qui pourrait être mal interprété. Aujourd’hui, je préfère modifier quelques peu les challenges pour garder le plaisir de tourner des pages, les modeler à mon image plutôt que l’inverse, pour vous proposer des chroniques qui me ressemblent vraiment.

En regardant le bilan, il est clair qu’Instagram est ce qui a rendu mon rapport au blog complètement toxique. Je me suis laissée avoir par ce monde magique d’images toutes plus belles que les précédentes. Croyez-moi, on ne m’y reprendra plus ! Je continue à regarder vos partages avec un grand plaisir, mais je ne me donne plus autant de mal pour vous arriver à la cheville, amis bookstagrameurs. Concernant mes chroniques, j’ai désormais mon propre style, j’essaye de vous partager des remarques que j’estime intéressante ou pertinente. Si un livre ne m’a pas convaincu, je ne me force plus à en parler. J’ai retrouvé un équilibre et un rapport sain avec mon blog.

Avez-vous un blog ? Qu’est-ce que cela a changé pour vous ? Trouvez-vous que votre rapport à votre blog est sain ? Estimez-vous passer beaucoup (trop) de temps sur les réseaux sociaux ? Dites-nous tout, comment vivez-vous votre vie de blogueur ? 💻📚☕

À bientôt amis lecteurs, bookstagrameurs, blogueurs et enquêteurs !
Signé C.
P.S. : toutes les images viennent du site Unsplash, excepté le montage créé sur Canva. 😉

25 commentaires sur « Ma vie depuis que je suis blogueuse, deux ans plus tard. Le bilan. »

  1. Je suis un blogueur heureux… Pas addict et j’espère garder Le cap. Simplement me faire plaisir à publier des chroniques. Je fais toujours des photos des livres en cherchant à chaque fois une idée originale. Je dois malgré tout me méfier car l’audience monte, c’est gratifiant d’avoir passé les 200 abonnés ! Je veux conserver la passion de lire, c’est ce qui m’importe. Bonnes lectures et bon blog à toi.

    Aimé par 1 personne

    1. Haaaa attends, Syboulette, ça me parle. Le compte avec Phoebe, la jolie nénette ? 😍 J’y vais aussi, c’est un réseau intéressant, on y voit de belles choses et je n’ai pas envie d’u renoncer, mais je maîtrise beaucoup mieux le temps que j’y passe et ça me convient bien maintenant. 😁

      Aimé par 1 personne

  2. Si c’est un rythme qui te vas tant mieux ! Je suis sur les réseaux car j’aime ca, j’aime bien Insta mais je ne parle pas de mes lectures dessus… pas le temps de faire tout ca, et je me concentre que sur le plus important le blog et les auteurs. J’adore ma liseuse, je lis moins en papier mais je lis toujours… tant que tout ca te convient c’est parfait !

    Aimé par 2 personnes

  3. J’aime beaucoup la sincérité de cet article. Merci beaucoup.
    Pour répondre, je n’ai pas de liseuse…. J’ai des livres, beaucoup et cette année j’ai pris une carte de bibliothèque.
    J’ai eu cette même réflexion au sujet d’instagram. C’est visuel, mais c’est tout.
    J’aime lire les blogs, il y a du contenu mais il y en a beaucoup qui sont délaissés au profit des réseaux sociaux. Dommage.
    Je te souhaite une excellente soirée. A très bientôt 😘

    Aimé par 2 personnes

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire ! 😍 J’ai essayé d’être lucide et honnête, parce que finalement, j’ai pas à rougir de mon expérience. Elle a été nocive concernant Instagram mais tout le monde ne le vit pas comme moi et tant mieux. 😁 Bonne journée ! A bientôt. 😘

      Aimé par 1 personne

  4. Bravo avoir su faire un tel bilan et d’avoir pris les mesures qui t’imposent pour retrouver le plaisir de lire non pas pour les réseaux, mais pour toi.
    Pour ma part, je suis un peu plus assidue sur Instagram depuis quelque temps, mais je ne me prends pas la tête ayant toujours trouvé ce réseau à double-tranchant, transformant certains chroniqueurs en outil marketing: je n’ai pas de feed, je publie de tout sans chercher à me spécialiser et je ne regarde jamais mon nombre d’abonnés. Je ne suis donc pas un exemple, mais cela me permet de ne ressentir aucune contrainte…
    Quant à la liseuse, j’ai suivi le cheminement inverse du tien : je lis principalement des livres papier, mais j’essaie de lire de plus en plus de livres numériques.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire ! 😍 J’apprécie toujours Instagram mais c’est vrai que j’ai laissé ce réseau prendre le dessus. Je contente de constater que finalement, ce n’est pas le cas de grand monde. C’est qu’il n’est pas si nocif que ça. Même si là c’est mon égo qui prend, mais au fond je préfère ça ! 😂 Le numérique, je n’arrive pas à adhérer. J’essaye mais non, ça vaut pas un bon vieux livre papier. 😍 Passe une belle journée !

      Aimé par 1 personne

  5. Joyeux Bloggiversaire et merci pour cet article. Je n’ai pas encore passé le cap de la première bougie mais je me reconnais beaucoup dans ta quête du toujours plus et qui ne me convient pas. J’espère trouver un rythme qui sera plus adapté…

    Aimé par 1 personne

  6. Coucou,
    Perso, le blog a complètement changé ma manière d’aborder la lecture. Sans en arriver au point où je lis entre les lignes pour partager des articles ,j’ai admis dans mon article « gestion de la PAL » lire de manière mécanique certains livres. Alors, c’est pas tout le temps mais quand ça arrive, c’est pas évident à gérer. Avant, je pouvais lire un roman par jour de 300 pages sans me soucier de rien. Aujourd’hui, je le lis en cherchant à l’analyser pour pouvoir en parler et au final, je fais des articles Hyper courts et pas nécessairement aboutis comme je le voudrais. Mais je ne veux pas changer ça, la longueur je veux dire, parce que les articles longs, c’est pas ce que je préfère lire. Ça prend du temps, du temps que je ne trouve pas toujours et ça en vient à me frustrer de ne pas pouvoir suivre les publications des blogs que je suis. Ce qui fait que j’ai seulement trois ou quatre blogs dans mes abonnements qui font dans le long, pas plus.
    Concernant Instagram, je n’aime pas du tout le concept de compétition qui semble s’en dégager et je n’ai jamais cherché à me faire une place sur ce plan là. C’est peut-être une erreur mais globalement, j’aime mon blog et les Instagrammeurs ne cliquent pas forcément sur le lien du blog. J’y partage peu de contenu et j’ai toujours refusé de passer des heures à pondre une photo. J’en fais maintenant, des photos persos, mais je ne cherche pas à les sublimer. Quant aux hashtags, je ne maîtrise pas le concept.
    Par contre, Instagram, j’aime bien pour y suivre certaines personnes comme pour YouTube… Mais certains parlent trop, ce n’est pas un défaut, qu’on se le dise, du coup, je fais des choix parce que je sais que je ne peux pas tout lire, tout voir.
    Je me mets la pression toute seule pour avoir un rendement de dingue mais je n’en retire que peu voire pas de satisfaction.
    Je travaille là-dessus et dernièrement, j’ai la flemme d’écrire des retours donc je ne le fais plus.
    Voilà. Je pense que l’essentiel c’est de partager du contenu qui nous convienne et de se sentir bien.
    Si la lecture est une passion, elle devrait le rester et pas devenir une contrainte.

    Je termine en disant que je lis de tout et je compte pas changer ça. Même si mon blog est plus sur la romance, je ne compte pas me limiter à un genre.

    En tout cas, ton article était très sympa à lire.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup d’avoir partagé ton expérience ! 😍 Effectivement, l’important c’est de trouver sa façon d’aimer la blogosphère et d’en tirer du plaisir. Belle journée !

      Aimé par 1 personne

  7. et bien punaise! Je salue cette « confession », il faut en avoir pour l’écrire et le dire tout haut! J’espère que cet exercice t’a également fait du bien. J’avoue que je ne comprends rien à ces trucs de 3 couleurs dont tu parles et que je découvre(je ne sais même pas faire un lien Instgram). Je fais des photos et je blogue uniquement pour le plaisir et sans contraintes.
    Le blog a changé ma façon de lire toutefois, je prends des notes, et j’essaie de ne pas rester sur le plaisir pur de la lecture. J’en apprécie davantage mes lectures. Et je suis très heureuse de voir que c’est désormais le cas pour toi!

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup ! 🤩 C’était important pour moi d’arriver à expliquer mon ressenti et mon expérience, même si le passage d’Instagram peut être résumé par « j’ai merdé ». 😂 Je suis contente aussi de tomber sur des personnes qui arrivent à trouver un bon équilibre dans la gestion de leurs blogs, pour le coup c’est un vrai partage d’expérience autour de nos « passions » ou « occupations ». 😁 Belle journée !

      J'aime

  8. Un excellent article qui démontre bien qu’on se fait avaler par les réseaux sociaux pour avoir avoir des vues. Je ne peux pas dire que ça ne me travaille pas quand personne ne va voir mon blog. Mais j’ai fait tellement de service de presse à une époque que j’ai perdu le goût de lire pendant presque 1 an. Je me mettais une telle pression que je bâclais mes lectures et mes avis. Et puis je me suis remis à lire et vouloir écrire des articles et je me suis promis que je lirais ce que je voulais, quand je voulais et que j’écrirais les chroniques quand l’envie me viendrait. Alors oui du coup je ne suis pas le blogueur le plus régulier mais au moins j’ai retrouvé le goût de la lecture et de chroniqueur. Ton article reflète vraiment ce que certains blogueurs peuvent traverser et c’est vraiment bien de pourvoir mettre des mots la dessus. Merci bcp pour cet article.

    Aimé par 1 personne

    1. Je crois que c’est ça le plus important, réussir à ne pas perdre l’envie et le plaisir de lire. 😍 Merci beaucoup pour ton commentaire ! Belle journée.

      Aimé par 1 personne

  9. Bon jour,
    Il faut garder une distance avec les réseaux sociaux … être raisonnable 🙂
    En tout cas un retour d’expérience intéressant. Trouver sa voie, son équilibre, son style … la bonne mesure pour apprécier … là est l’essentiel … le reste n’est que littérature 🙂
    Max-Louis

    Aimé par 1 personne

  10. Très bel article, j’en profite pour te conseiller le documentaire « The Social Dilemma: Derrière nos écrans de fumée », sorti sur Netflix récemment.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.