FOCUS : Tome 3 – Autre-Monde – Maxime Chattam


Résumé : L’invasion d’Eden est imminente. Pour défendre la cité et déjouer les plans maléfiques de la reine Malronce, il n’y a plus d’autre choix : il faut combattre. Les Pans doivent alors développer leurs pouvoirs, affronter Cyniks et Gloutons dans une guerre sans merci, braver le Raupéroden, dont la vrai nature, comme celle de la reine Malronce, leur restera longtemps inconnue. C’est l’épreuve ultime pour Matt, Ambre et Tobias, qui doivent apprendre la vie en commun, la politique, et aussi le lien vital et salvateur qu’il faut préserver avec la nature. Pour survivre, pour que le monde change, et que renaisse l’espoir. Entrez dans l’Autre-Monde, rejoignez l’Alliance des Trois. Elle vous mènera jusqu’au bout de sa longue quête…

Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ☆

Avis : Un troisième tome qui commence à Eden, le Paradis perdu des Pans. Matt et Ambre s’empressent de prévenir les habitants que la guerre contre les Cyniks est imminente. Tout s’emballe. La jeune fille découvre que les scararmés (les scarabées bleus et rouges) décuplent la puissance de l’altération, quant à Plume elle ramène un troupeau de chiens gigantesques ! Peu à peu mais dans l’urgence, les Pans se préparent à défendre leur liberté et leurs vies. Un groupe composé le plusieurs Pans, dont Matt, Ambre, Ben et Floyd les Longs Marcheurs, partent de leur côté en terre Cynik afin de découvrir les secrets du Testament de Roche (table gravée d’un plan sur laquelle s’est réveillé Malronce après la tempête, certaine de devoir y poser la peau d’un Pan… Bref).

Tobias quant à lui, absorbé par le Raupéroden à la fin du second tome, vit un vrai cauchemar éveillé. Enfermé avec d’autres personnes, il attend le moment où le « Dévoreur » comme il le nomme, viendra le prendre pour justement, le dévorer… Prenant son courage à deux mains, il mène l’enquête. Rapidement il découvre que parmi ses compagnons de cellule se trouvent des visages connus… Colin le traître ainsi que Franklin le Long Marcheur. Malheureusement, ils ne lui seront pas d’une grande aide. Seul, il réussit à découvrir que le Dévoreur est une gigantesque araignée, mais plus important encore, qu’il se trouve actuellement dans le Raupéroden. L’araignée n’est autre que son estomac, les éclairs ses muscles, et son système immunitaire est une nuée de moustiques. La découverte qui lui permet de tirer ses conclusions n’est autre qu’un mobile en acier, le cœur du Raupéroden, quant à son cerveau, il s’aperçoit avec effroi qu’il s’agit de quelqu’un que l’on connaît déjà, quelqu’un qu’on a vu au tout début de la saga… Le père de Matt. J’avoue avoir émis l’hypothèse (voir la chronique du tome 2) qu’il puisse être son père plus tôt dans l’histoire. Une simple intuition. Il y a un passage où est évoqué un(e) rival(e) de cette créature la « Rauméduse ». Je me suis imaginé qu’elle était la mère de Matt, qui du coup ne serait pas Malronce, mais… Si ! Rauméduse est le nom donné à Malronce par le Raupéroden.

Le groupe de Pans explorateurs se trouvent confrontés à de grands dangers. Notamment durant leur traversée de la Passe des Loups… Les Pans y sont attaqués par une meute de loups aussi grands que les chiens qu’ils montent, donnant tout son sens au nom de cette trouée dans la forêt aveugle. Les adolescents tentent de fuir mais cela semble être vain, c’est alors que Peps, le chien de Luiz décédé quelques chapitres plus tôt, décide de se sacrifier. Laissant ainsi aux adolescents le temps nécessaire pour s’évader. J’ai fermé le livre et j’ai fait une minute de silence pour ce héros à quatre pattes… Je ne vous cache pas que c’était surtout pour sécher les larmes que ce sacrifice a provoqué, et qui rendait ma lecture difficile avec les lettres toutes floues. Bref, j’avais envie de vous partager ce passage qui m’a sincèrement émue, comme un dernier hommage à Peps, leur sauveur.

Un autre chien est prêt se sacrifier pour le groupe, ou une chienne devrais-je dire : Plume… Après la fuite du royaume de Malronce. Attendez, je reviens un peu en arrière. Les Pans sont arrivés sur les terres de la Reine Malronce. Celle-ci loge dans le château de… suspense insoutenable… De Disneyworld en Floride ! Une idée vraiment surprenante de la part de l’auteur, j’ai adoré imaginer ce parc d’attraction complètement modifié par la Tempête, sous un ciel rouge… D’ailleurs ! Rouge car la zone se trouve à côté de volcans en fusion. Bref. Fuyant l’endroit, poursuivis par un nouveau type d’adultes mutants, les Renifleurs de la Horde, les Pans qui viennent de perdre Neil (il s’est bravement sacrifié pour sauver Ambre) partent au galop sur leurs chiens direction Hénok et ses Mangeombres. Une petite parenthèse sur les Renifleurs, ce sont des adultes en train de mourir au moment de la Tempête que le courant électrique à ranimé. Leur physique me fait penser, allez savoir pourquoi, aux ennemis rencontrés dans Silent Hill. Peut-être est-ce aussi à cause de l’ambiance du parc d’attraction et de la brume au sol qui m’a rappelé le brouillard du célèbre jeu. Revenons à ce presque sacrifice. Plume, sachant que son maître et ses amis étaient pris en étaux entre les Mangeombres qui attendaient une proie pour quitter l’entrée de leur grotte et la Horde qui arrivait dans leur dos, décide courageusement de se mettre à découvert, dans la plaine, pour appâter les Mangeombres… Heureusement l’auteur n’a pas laissé mourir Plume ! Le plan mis au point par Matt fonctionne, les premiers monstres tuent les seconds et les Pans s’échappent avec leurs chiens.

Pendant ce temps, Ambre, a dos de papillon géant se rend seule au cœur de la Forêt Aveugle, ou plutôt au milieu de la Mer Sèche, afin de retrouver les Kloropanphylles. Les Pans, durant leur intrusion dans le château de Malronce découvrent que le Grand Plan les mènent à nouveau chez ce peuple. La jeune fille espère un accueil, à défaut d’être chaleureux, au moins pacifique. Après une mésaventure, elle termine chez les Becs ! Une tribu panesque en conflit perpétuel avec le Nid. Malgré leurs désaccords, les deux tribus finissent par s’accepter, car Ambre et les Becs sauvent les Kloropanphylles d’un Requiem-Rouge, monstre le plus dangereux de la Mer Sèche.

Le tome, voire le cycle se termine sur une bataille épique ! Les Pans et les Cyniks se lancent dans une guerre sans pitié. Les morts s’accumulent dans les deux camps. Ambre, arrive avec les tribus de la Mer Sèche et elle ramène avec elle une force extraordinaire que son organisme a assimilé : le Cœur de la Terre. Matt quant à lui, réussit à appeler le Raupéroden, qui en voulant se jeter sur lui absorbe Malronce, la Rauméduse. De cette union ressort la paix. Ambre se lance dans un discours qui unis les Pans et les Cyniks. Tout est bien qui fini bien !

Un tome riche en événements, en révélations mais également en sacrifices… Avec une fin épique ! Bref, ce cycle est incroyable. Je ne sais pas s’il est vraiment nécessaire d’en faire un supplémentaire mais puisqu’il est déjà écrit et sorti depuis longtemps, je vais le lire !

Anecdote : Lu pour le Pumpkin Autumn Challenge 2020, menu automne des enchanteresses, catégorie « Badge PAC 2020Nausicaä de la vallée du vent » (Nature writing, écologie, nature, post-apocalyptique).

Bonne lecture ! Signé C.

TAG – Le livre le plus…

Encore un tag de Marie du blog Muffins & Books, source inépuisable d’idées ! Comme elle nous l’a promis, le principe est simple : trouver dans nos bibliothèques, des livres ou non, qui correspondent à la catégorie énoncée. Pour votre (mon ?) plus grand plaisir, j’ai agrémenté cet article de jolis petit GIF de toutou tout chou !

Dans ma bibliothèque…

5

  • le livre le plus … gros. 

Le premier tome de la saga « Les artefacts du pouvoir ». Je l’ai lu pour le Pumpkin Autumn Challenge 2018, je vous avoue que je ne m’étais pas préoccupé du nombre de pages. Quand je l’ai reçu à quelques jours de la fin, j’ai un peu paniqué ! Cela dit il était tellement fascinant que finalement, je l’ai lu assez rapidement.

  • le livre le plus … court. 

Un roman folio « Celui qui chuchotait dans les ténèbres » de Lovecraft.

  • le livre le plus … relu. 

Je me répète je sais… Le premier tome de la saga « L’Épouvanteur » de Joseph Delaney.

  • le livre le plus … beau. 

Un livre d’énigmes… Je dirais même « LE GRAND LIVRE DES ÉNIGMES » des éditions Marabout. Une question compliquée quand même ! La plupart du temps je craque pour des thrillers. Leurs couvertures sont en général assez basiques surtout que je prends des formats poche, ils sont moins travaillés que les grands formats mais tellement plus pratiques !

8

  • le livre le plus … ancien. 

L’un des premiers à avoir rejoint ma bibliothèque d’adulte est un Maxime Chattam, ne me demandez pas lequel je ne sais plus… Et celui dont l’édition est la plus ancienne, alors là… Probablement un Stephen King.

  • le livre le plus … populaire. 

Je pense que c’est « Les fourmis » de Bernard Werber. Bien entendu j’en ai des tonnes que vous avez sûrement déjà lus, mais je pense que cette trilogie est populaire pour toutes les tranches d’âge.

  • le livre le plus … méconnu. 

Je ne sais pas trop… Peut-être « Sa vie dans les yeux d’une poupée » d’Ingrid Desjours. Je l’ai trouvé vraiment remarquable, plein de surprises et touchant.

7

  • le livre le plus … engagé. 

Ce n’est pas mon style, je dois l’avouer. Mais en cherchant bien, je peux peut-être y mettre « L’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes » de Karine Lambert.

  • le livre le plus … diversifié. 

Une saga que j’ai adoré : le Bourbon Kid ! Les cow-boys sortis d’un bon vieux film de western, les vampires, les quêtes épiques, Elvis Presley, un joyeux bordel… Mais un bordel qui fonctionne bien !

  • le livre le plus … effrayant. 

Là c’est dur. Amatrice de thrillers, je collectionne les histoires effrayantes. Je n’arrive pas à trancher, alors je vous en donne deux : « Les emmurés » de Serge Brussolo et « Maléfices » de Maxime Chattam. Bon courage.

giphy

Un grand merci à Marie pour ce tag ! N’hésitez pas à répondre aussi, j’ai hâte de voir les livres les plus… de votre bibliothèque !

Bonnes lectures ! Signé C.
P.S. : cette fois j’en profite pour vous présenter les créations de Stefanie Shank ! Elles sont tellement adorables…

Octobre – Søren Sveistrup

Résumé : Début octobre, dans la banlieue de Copenhague, la police découvre le cadavre d’une femme amputée d’une main. À côté du corps, un petit bonhomme fabriqué à partir de marrons et d’allumettes. Chargés de l’enquête, la jeune inspectrice Naia Thulin et l’inspecteur Mark Hess découvrent vite que cette figurine est porteuse de mystérieuses empreintes : celles de la fille de Rosa Hartung, ministre des Affaires Sociales, enlevée un an plus tôt et présumée morte. Thulin et Hess explorent toutes les pistes qui leur révèleraient un lien entre la disparition de la fille de la ministre et la victime à la main coupée. Lorsqu’une autre femme est tuée, selon le même mode opératoire, ils comprennent que le cauchemar ne fait que commencer…

Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ★

Avis : Le roman commence un « Mardi 31 octobre 1989 », par acquis de conscience, je suis allée vérifier si le 31/10/1989 était bien un mardi. C’est le cas. Détail futile, mais Inspectrice C. a voulu faire les choses bien. 🌰

Mardi 31 octobre 1989 : Marius Larsen, qui devrait, ou plutôt devait prendre sa retraite, s’y refuse. Pour différer l’annonce de cette décision à sa femme et surtout esquiver la situation tendue qui va en découler, il répond à un appel sur le canal et effectue un long trajet dans les bois afin de rencontrer Ørum, un fermier, pour lui demander de récupérer son bétail qui s’est égaré dans les champs voisins et de réparer sa clôture. Jusque là rien de bien palpitant. Mais rassurez-vous (ou pas) les choses se corsent lorsque le policier pénètre dans la maison… Il y découvre la fille d’Ørum : Elle est encore à table et ce qui reste de son visage criblé de balles baigne dans son assiette de porridge. Puis son fils… Il a reçu une balle en pleine poitrine et sa nuque appuyée contre la porte du four forme un angle étrange. Il découvre ensuite la mère, allongée sur le sol près de la baignoire d’où l’eau coule encore, mélangée à une grande quantité de sang. Détail morbide : un bras et une jambe sont détachés du corps. « Plus tard, dans le rapport d’autopsie, il sera noté qu’elle a été découpée à la hache, à coups répétés. ». Le policier trouve un petit garçon âgé de 10 ou 11 ans derrière le rideau de la douche. Ambulance. Renforts. Urgence. Aucune trace du fermier Ørum. Il se souvient tout à coup qu’il devrait y avoir un autre enfant, car celui qu’il a vu dans la salle de bains a une sœur jumelle. Marius se rend à la cave où il trouve la fameuse jumelle. Sur des étagères il découvre des sculptures de bonhommes et d’animaux en marrons… Des grands et des petits, enfantins et effrayants, certains achevés, d’autres difformes. Marius est fasciné par leur nombre et leurs différences. Ces figurines l’emplissent d’un profond malaise et, tandis qu’il les contemple, le garçon entre derrière lui. […] Quand il se retourne et se trouve nez à nez avec le garçon, ses pensées s’envolent comme de petits nuages affolés dans le ciel. La hache s’abat violemment sur sa mâchoire et tout s’obscurcit. Marius aurait mieux fait de prendre sa retraite finalement. Quant à ce garçon, on peut supposer qu’il a également assassiné son père Ørum, puisque Marius ne l’a pas trouvé. Peut-être même a-t-il tué sa sœur jumelle après s’être occupé de Marius (qui n’est pas officiellement mort, mais l’espoir de le revoir vivant est mince). Ou, peut-être a-t-il fait (fera ?) d’elle une complice. Les bases sont posées. Lecteurs, lectrices, l’histoire peut officiellement commencer ! 🌰

De nos jours : Nous découvrons plusieurs personnages, plusieurs histoires : Laura Kjær, qui court un grave danger. Naia Thulin, une inspectrice de police qui souhaite être mutée dans le service de cybercriminalité, le NC3, ainsi que son tout nouveau collègue, Hess. Rosa Hartung, une politique qui a perdue sa fille un an plus tôt, ainsi que Steen son mari devenu alcoolique après la tragédie. Très vite, Naia et Hess se retrouvent sur une scène de crime, dont la victime n’est autre que Laura Kjær… Ils découvrent également un petit bonhomme en marron, sur lequel se trouvent les empreintes digitales de la fille de Rosa et Steen (elle est officiellement décédée, tuée par un homme qui a été retrouvé et jugé, toutefois il ne dit pas où se trouve très exactement le corps). Maintenant, j’arrête de parler de l’histoire, je sais que vous avez l’eau à la bouche, si vous ne l’avez pas encore lu, alors je vous laisse dévorer ce roman. Si vous l’avez lu, vous savez ce qui m’attend… 🌰

Petit détail, qui me fait sourire : l’auteur évoque régulièrement League of Legends. Notamment quand Hess parle au fils de feue Laura « Tu joues sur la Faille de l’Invocateur. Moi aussi, c’est la carte que je préfère. C’est Lucian le Purificateur, ton champion ?« . Un ADC donc ! Pour ma part, je préfère Sivir la vierge martiale, quand j’occupe ce poste. Par contre, l’enfant ferme l’ordinateur en pleine partie… Tatatatata, nous savons tous que ça ne se fait pas. Il risque de prendre un avertissement ou se faire bannir temporairement, voire définitivement si ça lui arrive régulièrement de quitter une partie.

Bref ! Je ne me suis pas ennuyée une seconde ! Quelques questions restent en malgré tout en suspend pour ma part. J’aurais aimé plus de réponses de part du coupable, sur le choix de ses méthodes et également sur l’avenir de certains personnages mais nous pouvons nous contenter de ce que nous donne l’auteur, la boucle est quand même bouclée. Un roman bien morbide, bien ficelé, avec un Hess tout à fait attachant. Je le considère plus comme le personnage principal que Thulin, même si l’enquête est menée par les deux inspecteurs. J’espère croiser ce duo dans un nouveau roman. 🌰

Anecdote : lu pour le Pumpkin Autumn Challenge 2020, menu automne douceur de vivre, catégorie « Il fait un temps Badge PAC 2020épouvantail ! » (Halloween, Samhain, Automne). P.S. : j’avoue, j’ai encore modifié un détail sur l’image de présentation, ce n’est pas un petit chat qui attend près du château, mais un écureuil. 🐿

Bonne lecture ! Signé C.

L’automne chez les Bookstagrameurs ! 🍂

Sorcières, zombies, vampires et aux autres créatures de la nuit, lecteurs avant tout, voici pour vous une sélection de comptes Instagram à l’ambiance automnale. #Bookstagram #Automne ! 📸🍂🦔

Commençons par le compte anglophone de Melissa et Isabelle, qui tiennent le blog « The Reader and the Chef » dont le feed se trouve à l’adresse suivante @thereaderandthechef … On craque carrément pour leurs photos !

Les feuilles mortes ont envahies le feed du compte @lachambrelitteraire et ça va vous en vous en mettre plein les yeux !

Un second compte français, cocorico ! @lesinstants nous partage des photos d’un automne plus clair et doux.

Poursuivons avec le compte @bookohomora chez qui le feed de l’automne se passe principalement en extérieur.

Toujours plus de douceur avec ce compte anglophone @myfriendsarefiction qui va vous mettre des citrouilles plein les yeux !

Dernier compte de cet article, qui a opté pour un automne coloré @livres.enchantes !

Bel automne à tous,
Signé C. 🍂