L’illusion – Maxime Chattam

Résumé : Bienvenue à Val Quarios, petite station de ski familiale qui ferme ses portes l’été. Ne reste alors qu’une douzaine de saisonniers au milieu de bâtiments déserts. Hugo vient à peine d’arriver, mais, déjà, quelque chose l’inquiète. Ce sentiment d’être épié, ces «visions» qui le hantent et cette disparition soudaine… Quels secrets terrifiants se cachent derrière ces murs ? Hugo va devoir affronter ses peurs et ses cauchemars jusqu’à douter de sa raison… Bienvenue à Val Quarios, une «jolie petite station familiale» où la mort rôde avec la gourmandise d’une tempête d’été.

L'illusion image

Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ★

Avis : Le livre grand format des éditions Albin Michel est un bijou… Couverture métallisée, titre et nom de l’auteur en relief, sapins brillants. Une merveille !

Concernant l’histoire, elle m’a fait penser aux romans de Serge Brussolo par moment, qui flotte à la limite du surnaturel, mélangée aux romans de Stephen King pour l’ambiance oppressante sans qu’on sache exactement quel est le danger. Une chose est sûre, même sans hémoglobine, sans violence, sans même savoir « qui ou quoi », nous avons un sentiment de peur.

Hugo, trentenaire sortant d’une rupture douloureuse, accepte un emploi de saisonnier dans une station de ski gigantesque, occupée par une douzaine de personnes seulement. La solitude dans un lieu si grand et si isolé : avouez que l’idée est effrayante… Et lorsque des faits étranges arrivent dans cette situation, l’angoisse est à son paroxysme.

Je dirais qu’avant les derniers chapitres, il ne se passe finalement pas grand chose. Un ancien prestidigitateur dont la légende raconte qu’il a passé un pacte avec le diable comme propriétaire de la station, des guirlandes d’os d’animaux accrochées dans une forêt, quelques visages effrayés taillés dans des arbres autour d’une propriété privée, des bruits venant d’un ascenseur, certes, pas de quoi avoir la peur de sa vie pour le lecteur… Mais quand tout cela associé aux cauchemars d’Hugo, à ce qui ressemble à des hallucinations et à la disparition d’une jeune femme, ces « petites » choses prennent une autre dimension. Il cherche à comprendre ce qu’il se passe dans cette station et nous lecteurs, nous cherchons aussi !

Les soupçons et les hypothèses, nous en avons durant toute la lecture. Lucien Strafa, ancien prestidigitateur ? Merlin l’homme d’entretien ? DePrigent le directeur ? JC le bûcheron au regard si franc ? Tous seront dans le viseur d’Hugo à tour de rôle. Il acceptera de donner du crédit aux plus étonnantes histoires. Ce n’est que dans les derniers chapitres que nous (et Hugo) aurons le fin mot de l’histoire. Il va vous falloir de la patience avant d’assister au feu d’artifice mais il vaut le coup ce bouquet final !

Anecdote : J’ai reçu ce magnifique roman en cadeau à Noël. Merci Père Noël ! 💙

Bonne lecture ! Signé C.

La véritable histoire de Noël – Marko Leino

Résumé : Au cœur de la Laponie, pays des neiges éternelles, le jeune orphelin Nicolas est recueilli par les habitants de son village. Mais ils sont tous trop pauvres pour pouvoir l’adopter. Le Conseil des Anciens prend alors une décision inédite : chaque année, le garçon sera pris en charge par une famille différente, et il en changera le jour de Noël.

La véritable histoire de noel.png

Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ★

Avis : J’ai passé un moment magique et plein d’émotions durant cette lecture. Je me vois bien lire cette histoire à mes enfants (lorsque j’en aurais 🤭) le soir en décembre, ou même pendant la journée devant un feu de cheminée et une grande tasse de chocolat chaud.

Je trouve le style d’écriture adapté pour les enfants, comme pour les adultes. Comme le sujet de la mort est abordé à de nombreuses reprises, personnellement, je ne les laisserais pas lire seul, juste au cas où ils aient des questions.

Autrement, j’ai trouvé que l’histoire était plutôt plausible, bien que triste à certains moment. On découvre Nicolas lorsqu’il a cinq ans tout juste, et on le suit jusqu’à la fin du roman (non pas la sienne, le Père Noël est éternel, comme tout le monde le sait). C’est une histoire qui pourrait rentrer dans les classiques de la littérature. Si ce n’est pas déjà le cas !

Voici quelques citations :

« Tu trouveras le temps moins long si tu comprends comment il passe. »

« Aimer, c’est aussi la crainte de perdre l’objet de son amour. Ça fait partie de la vie. Tu es encore prisonnier de ton passé. Tu ne peux pas passer le reste de tes jours à esquiver tes sentiments par peur de perdre quelqu’un. Car si tu n’oses pas aimer ou si tu ne te laisses pas les autres t’aimer, tu ne vis pas. »

« Parce que le bonhomme de Noël veut que nous apprenions, à travers la joie de recevoir, à quel point il est important de donner. Quand on donne aux autres, on reçoit bien plus que ce qu’on a donné. »

COLD WINTER CHALLENGEAnecdote : Roman lu pour le #ColdWinterChallenge 2018, menu « Flocons magiques ». Roman rapportant deux points pour le score final. Couverture avec de la neige, couverture de Noël 🎅❄

Bonne lecture ! Signé C.