TAG PKJ – Janvier 2019

Vive le vent, vive le vent, vive le vent d’hiver, qui s’en va sifflant, soufflant dans les grands sapins verts ! ❄

 Premier #tagpkj de l’année ! 

Je suis heureuse qu’il sorte celui-ci. Je me demandais ce qu’on nous avait réservé pour ce premier tag pkj de l’année. Voici les questions :

1) Le livre le plus attendu de l’année.

outsider-stephen-king-albin-michel.jpg

Il était annoncé pour février 2019, finalement il devrait être publié le 30/01/2019 ! Le petit dernier de Stephen King : L’Outsider. 😱

2) Un livre PKJ.

9782266280761ORI.jpg

Nevermoor, pour sa couverture qui me fait baver depuis un bon moment. ☂

3) Une série que vous aimeriez terminer.

916yuwh1uyl

Il me reste encore neuf tomes, dont un est prévu dans le ColdWinterChallenge 2018 ! ❄

4) Une nouvelle série que vous aimeriez découvrir.

51jB4XYWzYL._SX307_BO1,204,203,200_.jpg

J’en ai entendu parler, notamment pendant le PumpkinAutumnChallenge 2018 ! 🎃

5) Un livre d’un auteur que vous n’avez jamais lu auparavant.

51oh9mqlbml._sx303_bo1,204,203,200_

Ma sœur m’a souvent conseillé de lire les romans de Douglas Kennedy, peut-être cette année ? 😉📚

6) Un livre que vous vouliez lire en 2018 mais dont vous avez repoussé la lecture.

417BAiqsaXL._SX329_BO1,204,203,200_.jpg

Délicieuse de Marie Neuser, peut-être qu’un challenge me donnera l’occasion de l’ajouter à ma PAL. 📚📚📚

7) Le nouveau livre d’un auteur dont vous avez lu tous les livres (ou presque).

41-Sc7iEM4L._SX343_BO1,204,203,200_

J’adore les romans de Maxime Chattam, celui-ci doit impérativement venir compléter ma collection. ❤

8) Un livre qui sort un peu de vos lectures habituelles (genre différent).

Les-enchantements-d-Ambremer.jpg

C’est plus pour l’univers Steampunk que je ressens en regardant la couverture.

9) Un livre qu’on vous a conseillé.

51Opq0Lt9bL._SX307_BO1,204,203,200_.jpg

Et ça fait des années qu’on me dit de le lire… 😅

10) Un livre qui vous fait envie à cause de sa couverture.

512w9rcgcgl._sx303_bo1,204,203,200_

J’ai craqué en voyant la couverture, peut-être parce qu’elle reste sobre, et que je la vois fréquemment dans mes fils d’actualités pour le fameux ColdWinterChallenge 2018. 😍

11) Un livre écrit par un auteur de votre nationalité.

code-93

Olivier Norek, le coup de cœur 2018 ! ❤❤❤

12) Un livre que vous avez déjà lu en 2019.

51ZPBno8-yL._SX320_BO1,204,203,200_

Ce n’est pas le premier lu, mais le premier coup de cœur de cette année. ❤😍📚

Signé C.

Rendez-vous le mois prochain pour le #tagpkj de février ! En attendant, voici la publication Twitter ⬇⬇

 

Capitaine Coste – Olivier Norek [saga]

Résumé : Un cadavre, émasculé, qui rouvre les yeux sur la table d’autopsie. Un portable qui se met à sonner dans le corps d’un jeune toxico, mort de brûlures inexplicables. Malgré quinze ans de terrain en Seine-Saint-Denis, Victor Coste, capitaine de police, se prépare au pire.
Et que penser de ces lettres anonymes qui dessinent une première piste : celle d’un mystérieux dossier, le  » Code 93  » ?
Une piste qui, des cercles huppés parisiens aux quartiers déshérités, fera franchir à Coste les limites du périphérique, et de la raison…

Capitaine coste.png

Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ★

Avis : J’ai choisi de lire en premier « Surtensions », puis en lisant « Territoires », je me suis aperçue qu’il s’agissait des mêmes personnages en tout cas du côté des policiers (le fameux running gag du blog, qui a commencé avec « Le bonhomme de Neige » de Jo Nesbo). Bien que cela ne change rien à la lecture, car dans sa grande bonté Olivier Norek a fait attention à ne pas « spoiler » ses lecteurs, voici tout de même l’ordre des romans : en premier « Code 93 », en second « Territoires », puis « Surtensions ». N’en ayant lu que deux sur trois, je peux déjà dire que les personnages de l’équipe du capitaine Coste sont très attachants (je sais ça manque d’originalité comme analyse, mais il faut dire qu’ils sont tellement réalistes que l’on est obligé de les aimer, ils pourraient être vos voisins). De plus, l’histoire se déroulant en France, cela apporte un réalisme aux romans que je ne ressens pas autant en lisant des livres qui se passent à l’étranger. 😌

Commençons par « Surtensions », l’histoire scindée en deux visions, celle des cambrioleurs et celle des policiers, ce qui nous force à s’attacher aux deux parties. On voit finalement deux groupes d’humains : pour les policiers c’est assez facile, ils sont là pour traquer ceux qui pourraient nous nuire (easy de faire en sorte que les gens aiment les héros). Cependant, l’exercice est plus compliqué avec les « méchants », réussir à nous faire intégrer qu’ils sont avant tout des humains avant d’être des criminels et nous contraindre à faire preuve d’empathie envers des personnages dont nous n’approuvons pas les actes, c’est un art. En se plongeant dans le roman et grâce à l’intelligence (j’aurais même pu dire « la compassion », parce que j’ai l’impression que l’auteur ne veut pas réduire l’importance ou l’humanité de ses personnages peu importe le clan dans lequel ils sont) de cette plume, le lecteur ne souhaite pas que les voleurs finissent mal, mais il ne veut pas être confronté à l’échec des policiers (je dis ça, mais en fait, c’est mon cas à moi, peut-être pas le vôtre). Finalement, je me suis retrouvée à ressentir une tension perpétuelle : dans les deux cas j’avais peur pour l’avenir des personnages (d’ailleurs, je me suis dit que le titre était parfait).

Dans « Territoires », l’histoire est construite de façon assez similaire. C’est ce qui me plait tant dans l’écriture d’Olivier Norek. Sa force est d’obliger les lecteurs à comprendre le principe des vérités multiples et à faire preuve d’empathie envers leurs semblables. En plus d’être des thrillers ces livres font aussi se poser des questions existentielles. C’est là mon interprétation de ces romans. Je n’ai pas plus de choses à dire sans commencer à spoiler l’histoire. Je reviendrais compléter cet avis quand j’aurais dévoré « Code 93 ».

Anecdote : Pas de spoil dramatique, mais tout de même, mieux vaut les lire dans l’ordre ! 🙃

Bonne lecture ! Signé C.