Le Bourbon Kid – Anonyme [saga]

Résumé : Santa Mondega, une ville d’Amérique du Sud oubliée du reste du monde, où sommeillent de terribles secrets… Un mystérieux tueur en série, qui assassine ceux qui ont eu la malchance de lire un énigmatique « livre sans nom »… La seule victime encore vivante du tueur, qui, après cinq ans de coma, se réveille, amnésique… Deux flics très spéciaux, un tueur à gages sosie d’Elvis Presley, des barons du crime, des moines férus d’arts martiaux, une pierre précieuse à la valeur inestimable…

Bourbon Kid.png

Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ★

Avis : Un mélange judicieux de tout et n’importe quoi. Je ne sais pas encore comment ce livre tient la route. C’est du pur génie ! Western, vampires, guitares électriques, flingues, jolies demoiselles, jurons et grains de maïs. Impossible d’écrire un avis logique et correctement tourné sur des livres aussi décalés ! 😂

Ces livres (ils sont sept au total) m’ont fait rire, angoisser, larmoyer, voire pleurer, mais surtout rire (c’est voulu cette répétition). C’est comme une grande pièce de théâtre jouée par des enfants déguisés qui chahutent sur scène. Ils rentrent dans la catégorie des livres inoubliables. D’ailleurs, je voudrais, sans spoiler, que vous pensiez à moi quand vous lirez les mots « maïs » et « Sainte-Marie Merde Dieu ». 😵

Plus sérieusement, même si c’est difficile de l’être en parlant du Bourbon Kid, cette série de romans fait passer un excellent moment. Il y a beaucoup d’actions et d’humour, avec une touche d’horreur. L’auteur (ou les auteurs) a créé des personnages à la limite de la caricature, les personnalités sont très différentes les unes des autres, je dirais même que leurs caractères sont forts. Parfois même les physiques sont atypiques (en tout cas dans les souvenirs qu’il me reste). Dans le tome trois, on croise Elvis Presley, Kurt Cobain, James Brown, les Blues Brothers, Janis Joplin, Freddie Mercury et même Michael Jackson (quand ils sont dans une ville dans le désert pour assister à un festival de musique, avouez que pour une histoire de vampires western, c’est genre super original). Comme beaucoup d’autres lecteurs, mon personnage préféré reste le tout aussi emblématique Bourbon Kid (essayez de ne pas tomber amoureux(se) de ce personnage), au coude-à-coude avec Elvis.

Anecdote : Excepté vous dire que la guitare n’est pas la mienne… J’en ai une, mais je n’en joue pas, ou alors si, mais aussi bien qu’un canard. Je réitère mon conseil au passage : lisez ces livres c’est de la bombe ! 🎸💣💀

Bonne lecture ! Signé C.

Lieutenant Eve Dallas – Noras Roberts [saga]

Résumé : New York. Le lieutenant de police Eve Dallas consacre sa vie à traquer les criminels. Dans son métier, pas de place pour les sentiments ni pour les états d’âme. Alors, les cauchemars qui hantent ses nuits, elle les oublie. Comme son passé. Mais le jour où l’on découvre Sharon DeBlass assassinée à son domicile, sa belle assurance vacille. Son enquête – strictement confidentielle – la conduit chez Connors, milliardaire au passé trouble, séduisant et énigmatique, que tous les indices placent au premier rang des suspects. Lorsque deux autres prostituées sont assassinées, Eve se débat entre suspicion et passion.

Lieutenant Eve Dallas.png

Note personnelle : ★★★★★

Avis : Fragile et forte à la fois, belle, intelligente, couronnée de succès dans son métier, entourée d’amis merveilleux, mariée à un milliardaire attentionné et beau comme un dieu, quelle femme ne voudrait pas être Eve Dallas ?

Un monde futuriste, qui est très déroutant dans les premiers tomes, des personnages décalés et attachants, une histoire d’amour digne de « Cinquante nuances de Grey » (ça ce n’est pas une bonne nouvelle, mais sachez qu’il n’y a que le côté extrêmement riche de Connors qui me fait dire ça), des enquêtes et du suspense, c’est la recette du succès de Nora Roberts. Lieutenant Eve Dallas est une série idéale quand on veut une lecture reposante et rassurante, tout en restant dans les romans policiers.

Il est vrai que les enquêtes sont facilitées par l’argent et le statut de Connors, parfois même par l’entourage d’Eve, ce qui peut rebuter certains lecteurs. Je conseille donc de garder cette série pour les moments où vous voulez simplement goûter au plaisir de lire et vous plonger dans des histoires qui font rêver, de suivre des enquêtes pas trop compliquées, c’est aussi un excellent remède (pour moi) pour faire passer les pannes de lecture. Je trouve cette série légère : les tomes des aventures du Lieutenant Eve Dallas sont à la littérature ce que la chantilly est au dessert. On en veut toujours plus !

C’est mes livres « doudous » pour les longues soirées d’automne et d’hiver. 💕

Anecdote : Mon livre était posé sur mon bureau qui est quant à lui dans le salon. Un soir, avant même que j’ai pu lire une ligne du premier tome, mon adorable chat a décidé d’avoir un quart d’heure de folie, il a couru dans l’appartement, en sautant sur le bureau il a dérapé sur le livre. Il a laissé trois grandes griffures sur la couverture ! Mais pas que… Ses griffes ont également troué les pages (jusqu’à la cinquième). J’ai acheté un deuxième exemplaire de ce livre… 🐱

Bonne lecture ! Signé C.

Purgatoire des innocents – Karine Giebel

Résumé : Je m’appelle Raphaël, j’ai passé quatorze ans de ma vie derrière les barreaux. Avec mon frère, William, et deux autres complices, nous venons de dérober trente millions d’euros de bijoux. Ç’aurait dû être le coup du siècle, ce fut un bain de sang. Deux morts et un blessé grave. Le blessé, c’est mon frère. Alors, je dois chercher une planque sûre où Will pourra reprendre des forces. Je m’appelle Sandra. Je suis morte, il y a longtemps, dans une chambre sordide. Ou plutôt, quelque chose est né ce jour-là. Je croyais avoir trouvé le refuge idéal. Je viens de mettre les pieds en enfer. Quelque chose qui marche et qui parle à ma place. Et son sourire est le plus abominable qui soit.

Purgatoire des innocents.png

Note personnelle : ★★★★★ 

Avis : UNE CLAQUE ! Ça faisait longtemps qu’un(e) auteur(e) ne m’avait pas transporté comme ça. Je n’avais de cesse de m’interrompre pendant la lecture de ce roman. Glacée d’effroi, je n’avais pas envie de lire par peur de voir un personnage souffrir, ou à l’inverse je dévorais les pages pour connaitre la suite. Dans ce roman les personnages sont d’une complexité « terriblement humaine », on les déteste puis on les aime, parfois même on s’inquiète pour eux. C’est ce paradoxe qui les rend si attachants. Attention le paragraphe suivant peut potentiellement vous spoiler.

Vous l’aurez compris, plusieurs personnages sont des criminels, notamment William et Raphaël les frères voleurs. Cependant, ce roman m’a amené à me poser la question « peut-on classer les crimes par gravité ? », ma réponse est oui. Voler « par nécessité » dans un grand magasin est moins grave (attention, cela reste quelque chose que je n’approuve pas et je suis intimement convaincue qu’il existe toujours d’autres solutions) que de tuer, à mes yeux en tout cas. Prenons un exemple plus enfantin issu d’un Disney : Aladdin est incontestablement un criminel, un voleur et un menteur (si si, il se fait passer pour un prince, ce qu’il n’est pas, même si j’adore ce Disney, au point d’avoir appelé mon chat à l’époque, car celui-ci brille maintenant dans le ciel, Rajah comme le tigre de Jasmine), pourtant c’est Jafar le « vrai » méchant de cette histoire. Et bien dans ce roman aussi on a des méchants encore plus méchants que les méchants du début (niveau répétition de mots on est bien là). Les deux frères, William et Raphaël, qui sont des voleurs (il n’y a pas qu’eux dans la joyeuse petite bande, mais ce sont eux les principaux), se réfugient chez une femme (Sandra) et son mari, mais au fil des pages on se dit que finalement ces deux voleurs ne sont pas les pires. Si vous êtes en train de vous dire que vous ne pouvez pas apprécier un voleur, cherchez dans votre mémoire, il y en a quelques-uns que vous aimez déjà (ou en tout cas vous les connaissez), en voici des exemples : Aladdin, Arsène Lupin, plus récemment les protagonistes de la série « La casa de papel » (bien que, théoriquement, ils ne volent rien) ou même les personnages du roman « Surtensions » d’Olivier Norek qui « met en valeur » les voleurs. Ce sont des personnes intrigantes que l’on méprise autant qu’on les admire (attention je ne parle que de certains cas, les véritables artistes du vol, pas les imbéciles qui arrachent leurs sacs aux vieilles dames ou les pickpockets du métro). Bref, plus l’histoire avance, plus on les aime, tout simplement. Je ne peux pas me permettre d’en dire plus sans spoiler toute l’histoire, même si j’ai déjà dévoilé une partie de l’intrigue.

Pour finir, je trouve que ce roman est puissant. Je n’ai pas de mot pour le décrire mieux. J’ai été subjuguée. Je pense même acquérir d’autres romans de cette magnifique plume qui m’a torturé l’estomac et les neurones. 💕

Anecdote : J’ai acheté le livre pour le Baby-Challenge Thriller de Livraddict. Je dois avouer que dans cette liste aucun livre ne m’a déçu pour le moment ! Pour le mandala, vous le trouverez juste ici. N’hésitez pas à m’envoyer vos créations ! 🙃

Bonne lecture ! Signé C.