Chasse à mort – Dean R. Koontz

Résumé : Deux créatures s’échappent d’un laboratoire scientifique dont le programme de recherches ultra-secrètes est centré sur les manipulations génétiques. L’un de ces cobayes, Un retriever, chien intelligent et sensible, est recueilli par Travis Cornel, ex-membre de la Delta-Force. L’autre cobaye, le plus dangereux, aussi sauvage que sanguinaire, aussi intelligent qu’agressif, recherché par les services secrets, ne pense, lui, qu’à une chose : retrouver Einstein le retriever et le tuer. La traque commence: d’un côté, un tueur hors du commun, de l’autre, fuyant, un retriever, un homme et une femme.

chasse à mort.png

Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ★

Avis : Un très bon livre de science-fiction / thriller. J’ai du mal à le classer. On a l’impression de lire du Stephen King, dans l’histoire comme dans l’écriture. Il nous transporte dans son univers, l’intrigue est passionnante, avec une fin originale et inattendue.

Ce qui me fascine toujours c’est de réussir à inclure des animaux comme des personnages à part entière, en leur donnant une consistance, une personnalité et un vrai intérêt, sans que ce soit un roman basé sur les animaux (à l’image des romans jeunesse comme « Les gardiens de Ga’Hoole » ou « La quête des ours »). Je dis ça, mais ce chien est quand même un peu l’élément central du roman. Je ne veux pas trop spoiler, comme toujours, mais j’ai adoré l’association des deux personnes qui se démènent pour sauver Einstein (le chien). Notamment Nora, à laquelle je m’identifiais un peu.

Anecdote au passage, page 30, découverte de ce personnage : « Norma Devon avait peur du réparateur de télévision… », quelques lignes plus tard elle se nomme Nora. Ce n’est rien, une faute de frappe ou changement de nom : seul l’auteur connait la raison. J’ai remarqué parce que j’ai adoré « Bates Motel » dont je parle régulièrement et dans laquelle la mère du personnage principal (Norman Bates brillamment joué par Freddie Highmore) se nomme Norma Bates.

Conclusion : si vous aimez Stephen King, ce roman devrait vous plaire. 👍

Anecdote : Roman lu dans le cadre du #BabyChallengeThriller de Livraddict 2018 Une autre anecdote, qui m’a bien fait rire : J’ai commandé ce roman sur internet, déjà je l’ai reçu avec le mauvais visuel (osef), ensuite, en ouvrant le roman, un morceau de carton est tombé. C’était le dessus d’une boite d’une boite de Lansoÿl (un médicament pour les constipations), avec une étiquette de prix en francs (39,50 francs soit 7,75 euros) et des tas de nombres au dos. Si jamais ça vous intéresse c’est ici.

Bonne lecture ! Signé C.

Noël à la petite boulangerie – Jenny Colgan [saga]

Résumé : Maisons en pain d’épice, brioches aux fruits confits, feuilletés au miel… À l’approche des fêtes de fin d’année, Polly est débordée ! Accaparée par sa petite boulangerie, la jeune femme ne souhaite qu’une chose : passer un réveillon romantique avec Huckle, bien au chaud dans leur grand phare. Mais les bourrasques qui balaient la petite île de Mount Polbearne pourraient bien emporter les doux rêves de Polly et faire resurgir du passé des souvenirs qu’elle croyait enfouis à jamais… Entre mensonges, surprises et trahisons, Noël s’annonce finalement très mouvementé !

Noel a la petite boulangerie.png

Note personnelle : ★ ★ ★

Avis : J’ai du mal à juger ce livre. Je n’ai jamais trouvé grand intérêt à lire ce type d’histoire, pourtant ça se lit très facilement, c’est mignon tout plein. Dès que j’ai commencé à tourner les pages, j’ai presque senti l’odeur du pain et des viennoiseries, je m’en suis d’ailleurs procuré. J’avoue qu’il m’a fait faire quelques écarts mais tant pis, l’hiver arrive (winter is coming, hahaha, oui je sors) et les gros pulls informes aussi. L’ambiance « couple », « boulangerie », « Noël », c’est vraiment craquant, j’ai rien à redire à ça. Pour l’édition Pocket, il y a un détail que j’ai adoré, à chaque chapitre, nous avons une illustration, je déplore juste qu’elle soit la même pour tous. Par contre, le couple d’amis riches, excentriques, mais généreux ; Bon voilà quoi. Quand un personnage n’a pas de limite financière c’est bien plus simple de faire tourner l’histoire comme on le souhaite. Il n’y a qu’à regarder Batman. S’il n’avait pas eu un sou en poche, il n’aurait pas été ce personnage… Il aurait été Catwoman en fait. Ce qui est embêtant, c’est que le déroulement à partir du milieu de l’histoire est créé par ce manque de limite financière, alors sans ce détail un peu « kitsch », il n’y a plus de livre. Pour conclure, c’est mignon, ça donne faim mais ce n’est toujours pas mon truc. 🥐☕📚

Petit détail supplémentaire, il y a des recettes à la fin du roman. Je pense que c’est le cas pour toutes les éditions. Mais… Dans la recette de la Galette des Rois qui est proposée, il y a de la confiture, eh bah non, juste non. Une galette c’est à la frangipane ou ça n’est pas. On sent mon mécontentement, qui est injustifié parce qu’il y a des tas de recettes de galettes. C’était mon coup de gueule gourmand. #Non 🤭🥧

COLD WINTER CHALLENGEAnecdote : Premier roman lu dans le cadre du #ColdWinterChallenge 2018 menu « La magie de Noël ». Aussi une des premières romances que je lis. Je pense qu’on peut quand même compter les deux ou trois « cœur grenadine » que j’ai lu en primaire, parce que je n’avais plus de « grand galop » ni de « chair de poule » en stock.

Bonne lecture ! Signé C.