FOCUS : Tome 12 – L’épouvanteur – Joseph Delaney

Résumé : Depuis plusieurs années, Alice combat aux côtés de l’Épouvanteur, John Gregory et de son apprenti, Thomas Ward. Afin de détruire le Malin, ce dernier doit accomplir un dangereux rituel lors de la prochaine fête d’Halloween. Pour cela, il a besoin de trois objets sacrés : trois armes. Il en a déjà deux. La dernière, une lame surnommée « Douloureuse », est cachée dans le repaire du Malin. C’est à Alice qu’il revient de la récupérer. La voici contrainte de retourner dans le monde de l’Obscur où ses ennemis l’attendent à chaque recoin. La jeune sorcière va découvrir qu’elle n’a jamais été aussi puissante… ni aussi proche de la mort.

Note personnelle : ★ ★ ☆ ☆ ☆

Avis : Un tome qui nous avance peu dans l’histoire puisqu’il est consacré au personnage d’Alice. Certes sa quête est importante… Mais ce n’est pas si palpitant que ce que je l’espérais. Quelques flash-backs nous permettent d’entrevoir le passé de la jeune sorcière, qui lutte pour ne pas sombrer dans l’Obscur, avec succès jusqu’ici.

Je ne suis pas très fan d’Alice. Je la trouve trop… sorcière peut-être. Elle a à plusieurs reprises poussé Tom sur le mauvais chemin. Ses intentions étaient bonnes en général, elle voulait le protéger. Sachez que pour moi « seul le résultat compte » ça ne passe pas, les méthodes aussi ont leur importance.

Nous croisons plusieurs personnages décédés, autant de clins d’œil aux tomes précédents. Alice va également trouver une alliée de taille, une ancienne disciple de Grimalkin, Thorne. Malgré ses défauts, ses trahisons, elle reste un personnage sympathique. Cela dit, pour moi, aucun personnage n’arrivera à la cheville de Grimalkin, qui est également la petite préférée de l’auteur…

Ce tome a au moins le mérite d’avoir dissipé mes doutes concernant la jeune sorcière. Je pensais qu’elle allait finir par trahir les épouvanteurs, je crois pouvoir dire maintenant qu’elle ne le fera pas. Je n’ai pas grand chose à dire d’autre malheureusement. C’est l’une de mes rares déceptions dans cette saga…

42431679_2184412758238137_301597043263824492_n

 

« Je serai brave.
Je ferai ce qui doit être fait.
Je suis Alice. »

 

 Ci-dessus, une photo extraite de mon feed Instagram, et le texte de fin du tome.

Anecdote :Badge PAC 2020 Lu pour le Pumpkin Autumn Challenge 2020, menu automne douceur de vivre, catégorie « Fafnir ton assiette sinon pas de piécette ! » (Créatures légendaires et fantastiques, petit peuple, féérie, conte…). Cela dit, ce roman aurait pu être mis dans la catégorie « A window to the past », mais je pense que dans le monde de l’Obscur Alice va rencontre des créatures légendaires, bien qu’inamicales. P.S. : Bravo aux plus observateurs d’entre vous. J’avoue, j’ai modifié le décor de l’image de présentation. 🦇

Bonne lecture, Signé C.

La musique des ténèbres – Eric Bony

Résumé : Un scientifique se jette par la fenêtre de son appartement parisien. Sur son torse, on découvre des lettres gravées à l’encre sanglante, un message destiné à Thomas Cazan, le journaliste spécialisé dans les affaires étranges. Au même moment, un autre chercheur est retrouvé mort devant l’immeuble où habite sa fille Agnès. Ce vieil excentrique, mis au ban de la communauté scientifique, s’était toute sa vie passionné pour une ancienne partition de musique qui aurait le pouvoir de tuer…

La musique des ténèbres.png

Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ★

Avis : Un thriller original, mêlant science et ésotérisme, avec une touche d’humour et de suspense. De quoi donner envie de le lire ! La couverture de l’édition City est une réussite, elle rend bien dans ma bibliothèque.

Il est assez évident que l’auteur souhaite dénoncer les dérives pharmaceutiques dans ce roman. Peut-être a-t-il effleuré ce domaine lorsqu’il était journaliste (c’est également le métier d’un des deux personnages principaux, Thomas Cazan). Parlons encore un peu de cet auteur francophone… En effet, en me baladant sur Google (oui je sais « sur » est employé à tort et à travers), je suis tombée (pas littéralement là non plus) sur son profil Linkedin et j’ai découvert que nous avions en commun le métier de Community Manager. En somme après avoir épluché son profil, parce que je suis une petite fouineuse (on peut dire stalkeuse mais soyons cléments, je fais des recherches pour mon article en dosant ma curiosité, promis), j’ai vu qu’il avait une vie bien remplie ! Il se sert visiblement de ses expériences et ça fonctionne.

Ce n’est absolument pas évident de savoir doser l’ésotérisme dans un roman pour ne pas faire carrément kitsch, Monsieur Bony sait mixer les ingrédients à la perfection pour que ce livre ne soit pas indigeste. Sa plume peut presque concurrencer celle de Serge Brussolo (un compliment venant de votre blogueuse préférée, rappelez-vous, j’en suis complètement fan). On se laisse balader à la frontière du surnaturel, avant d’être ramené en toute intelligence à la science ! Quelle jolie balade en compagnie des personnages principaux !

PUMPKIN AUTUMN CHALLENGEAnecdote : Roman lu pour le #PumpkinAutumnChallenge 2018 dans la catégorie « Automne Ensorcelant », sous-catégorie « Cristaux, tarot et encens (étrangeté, mystère, freak, petit frisson, ésotérisme) ».

Bonne lecture ! Signé C.

Fractures – Franck Thilliez

Résumé : Alice sait que quelque chose ne tourne pas rond dans sa tête. Son psychiatre à l’hôpital de Lille doit lui révéler le résultat d’un an de traitement. Mais les événements étranges se multiplient autour de la jeune femme : cette photo récente de sa sœur jumelle, pourtant morte dix ans auparavant, son père, agressé chez lui à l’arme blanche, et qui prétend avoir tenté de se suicider, ce chemisier ensanglanté qu’elle découvre dans sa douche et à propos duquel elle n’a pas le moindre souvenir, cet homme retrouvé nu dans un abribus et qui semble avoir vu le diable en personne. En un mot, Alice vient de prendre un aller simple vers la folie…

Fractures.png

Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ★

Avis : Un coup de cœur pour ce roman traitant avec habilité de maladie mentale. Je tiens à souligner qu’Alice Dehaene l’héroïne de ce roman, existe bel et bien, cependant, l’histoire est quant à elle totalement fictive. Vous pouvez retrouver son blog (consacré à sa rencontre avec Franck Thilliez) juste ici.

Je ne sais pas comment parler de ce roman sans spoiler, aussi, je vais me contenter de vous assurer qu’il y a dans ces pages beaucoup de suspense et de l’action. Une autre chose que j’aime particulièrement, c’est le « mixte des visions » (les termes doivent exister en littérature, malheureusement, je n’ai pas étudié cela, alors, il faudra vous contenter de mon langage de chroniqueuse lambda), on passe de l’histoire du point de vue du médecin Luc Graham, à celui d’Alice, puis Dorothée, ce qui permet au final de comprendre l’histoire dans son ensemble mais à l’allure imposée par l’auteur.

Il y a aussi un mélange dans les temps, un fait vu par un personnage qui en croise un autre, comment « l’autre » en est arrivé là, etc. Je suppose que là aussi il s’agit d’un style particulier qui a un nom en littérature. Si quelqu’un a des connaissances en la matière, je suis preneuse !

Je termine cet article en vous conseillant vivement de dévorer ce chef-d’œuvre. 

Anecdote : J’ai trouvé ce roman dans la bibliothèque de ma maman, qui, par un heureux hasard, l’avait en deux exemplaires ! Voilà qui rééquilibre les bibliothèques, un exemplaire chacune et les livres seront bien gardés. Aussi, j’avais tweeté une petite phrase, qui se voulait ironique et qui mentionnait l’un des personnages, j’ai préféré la retirer parce qu’il devient très important ce petit point à la fin du roman. 🙃📚

Bonne lecture ! Signé C.