Effets d’emprises – Sélène Derose

Résumé : Histoires de toutes sortes, empreintes de mystère, naissent et s’assemblent dans Les Récits Sélénites. De la journaliste avide à l’enfant innocent, du village enclavé dans une sinistre forêt à l’immense cité aux mœurs sournoises, en passant une maison décrépie mangée par le lierre, une brume dont il faut se méfier au crépuscule, de sombres époques et leurs légendes captivantes, inquiétantes, se déploient comme l’obscurité sans lumière dans Effets d’Emprises. N’oubliez pas d’éteindre les lumières superflues pour vous mettre dans l’ambiance. Bonne lecture.

Effets d'emprise

Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ☆

Avis : Des nouvelles toutes plus surprenantes les unes que les autres. Des univers divers et variés. C’est cette diversité que je tiens à mettre en avant. Contrairement à ce que l’on peut penser, sortir de sa zone de confort n’est pas une chose aisée. Les histoires étant différentes, tout le reste doit suivre… Les lieux, les personnages, leurs attitudes, leurs vêtements, leurs façons de s’exprimer. Dans ce recueil, le changement d’ambiance est une réussite. J’ai malgré tout deux petits points qui m’embêtent. Le premier vient du style d’écriture, au début les adjectifs sont très nombreux et noient un peu les actions, je ne saurais pas vous l’expliquer mieux que ça. Je vous l’accorde, ce n’est pas très grave, d’autant plus que cela change au fur et à mesure de la lecture. Le second point c’est qu’on en veut plus encore ! Loin d’être un point faible en effet. Je voulais que l’histoire dure plus longtemps, que de ces nouvelles naissent de vrais romans. Particulièrement pour la seconde nouvelle « Les amants maudits ». Je me procurerais avec plaisir les deux autres œuvres de cette auteure, en attendant, je garderais un souvenir sympathique de cette lecture. 📕❤

Anecdote : J’ai découvert cette auteure grâce à Twitter (comme quoi les réseaux sociaux rapprochent parfois les personnes). L’auto-édition on le sait, c’est compliqué, les auteurs sont noyés dans la masse. C’est avec du talent, de l’investissement personnel et de la persévérance que l’on peut se démarquer. J’ai lu ce recueil avec plaisir et j’estime qu’il mérite d’être partagé.

Bonne lecture ! Signé C.

Les enfants du crépuscule – Serge Brussolo

Résumé : Curiosité locale, la maison de poupées géante de la famille McGregor attire les touristes de tous les coins de la Floride. Interminable labyrinthe, elle abrite des poupées d’une beauté étrange. On dit que le fantôme d’une petite fille y aurait trouvé refuge. Depuis quelque temps la mort guette tous ceux qui s’y intéressent d’un peu trop près. Quelqu’un se décidera-t-il enfin à aller voir ce qui se cache derrière cette façade rose bonbon ? Et si oui, en reviendra-t-il vivant ? Prix du roman d’aventures 1994 avec Le Chien de minuit, Serge Brussolo restitue, avec un insurpassable sens du suspense et de l’angoisse, l’atmosphère lourde et vénéneuse des marais de Floride.

Les enfants du crépuscule.png

Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ★

Avis : Attention les amis, il est possible que je ne sois pas tout à fait objective concernant ce roman, Brussolo étant l’un de mes auteurs préférés depuis que j’ai lu « Les emmurés ». D’ailleurs, « Les enfants du crépuscule » porte la signature de Serge Brussolo, qui se plait à flirter avec le genre fantastique.

Il y a d’autres points communs entre « Les emmurés » et « Les enfants du crépuscule », par exemple un personnage principal féminin avec une grande force de caractère. De plus, Serge Brussolo sait nous faire basculer dans une ambiance glauque, oppressante, voire malsaine. Il s’amuse avec le lecteur, qui termine par se perdre dans de multiples possibilités, lorsque la fin du roman approche, c’est notamment vrai pour celui-ci, le lecteur est désorienté et n’arrive à démêler le faux du vrai. Il en vient à douter de la santé mentale du personnage principal (je parle pour moi en fait 😂).

Dans « les enfants du crépuscule », il est question d’une maison de poupée géante (avouez que pour l’ambiance glauque et malsaine, le thème des poupées entre facilement dans le top 5) ! Dans les films « Annabelle », « The Boy » (l’actrice principale de ce film est Lauren Cohan, que vous connaissez peut-être mieux dans le rôle de Maggie dans Walking Dead), « Dead Silence », « Jeu d’enfant », ou « Les Poupées du Diable », les poupées nous montrent à quel point elles peuvent être effrayantes. Je suis certaine qu’il existe d’autres œuvres où les poupées sont mises en avant et toujours aussi inquiétantes, d’ailleurs, si vous en connaissez que je n’ai pas citées, vous pouvez me le dire en commentaire ! Bref, le thème en lui-même était déjà dérangeant, Brussolo a pourtant réussi à donner une nouvelle dimension à l’horreur avec sa maison de poupée. Au lieu de se pencher sur les poupées, Brussolo a préféré donner sa chance à leur maison, pour mon plus grand plaisir ! Je n’ai pas envie de m’étendre sur l’intrigue, parce que pour le coup j’ai été perdue et que c’est l’essence même de ce roman, il n’y a pas vraiment de scène si terrible que ça, mais c’est le fait d’être pris dans une toile de doute qui rend ce roman génial. Comme dans beaucoup d’autres œuvres de Brussolo, on est à la limite du fantastique. C’est-à-dire qu’on se demande si l’explication est scientifique ou paranormale. De plus, les personnages secondaires nous mettent vraiment dans un état de tension. Encore une fois, si j’en parle plus je risque de spoiler, je préfère résumer en quelques mots : malsain, mensonges et poupées. 😉

PUMPKIN AUTUMN CHALLENGEAnecdote : J’ai lu le roman dans le cadre du #PumpkinAutumnChallenge 2018. Aussi, en bonne Bookstagrameuse je voulais présenter mon livre, mais mon chat a pointé le bout de ses oreilles… J’étais obligée de faire un focus sur lui, après tout c’est ma star voleuse de Pim’s ! 🐱💕

Bonne lecture ! Signé C.

 

Lieutenant Eve Dallas – Noras Roberts [saga]

Résumé : New York. Le lieutenant de police Eve Dallas consacre sa vie à traquer les criminels. Dans son métier, pas de place pour les sentiments ni pour les états d’âme. Alors, les cauchemars qui hantent ses nuits, elle les oublie. Comme son passé. Mais le jour où l’on découvre Sharon DeBlass assassinée à son domicile, sa belle assurance vacille. Son enquête – strictement confidentielle – la conduit chez Connors, milliardaire au passé trouble, séduisant et énigmatique, que tous les indices placent au premier rang des suspects. Lorsque deux autres prostituées sont assassinées, Eve se débat entre suspicion et passion.

Lieutenant Eve Dallas.png

Note personnelle : ★★★★★

Avis : Fragile et forte à la fois, belle, intelligente, couronnée de succès dans son métier, entourée d’amis merveilleux, mariée à un milliardaire attentionné et beau comme un dieu, quelle femme ne voudrait pas être Eve Dallas ?

Un monde futuriste, qui est très déroutant dans les premiers tomes, des personnages décalés et attachants, une histoire d’amour digne de « Cinquante nuances de Grey » (ça ce n’est pas une bonne nouvelle, mais sachez qu’il n’y a que le côté extrêmement riche de Connors qui me fait dire ça), des enquêtes et du suspense, c’est la recette du succès de Nora Roberts. Lieutenant Eve Dallas est une série idéale quand on veut une lecture reposante et rassurante, tout en restant dans les romans policiers.

Il est vrai que les enquêtes sont facilitées par l’argent et le statut de Connors, parfois même par l’entourage d’Eve, ce qui peut rebuter certains lecteurs. Je conseille donc de garder cette série pour les moments où vous voulez simplement goûter au plaisir de lire et vous plonger dans des histoires qui font rêver, de suivre des enquêtes pas trop compliquées, c’est aussi un excellent remède (pour moi) pour faire passer les pannes de lecture. Je trouve cette série légère : les tomes des aventures du Lieutenant Eve Dallas sont à la littérature ce que la chantilly est au dessert. On en veut toujours plus !

C’est mes livres « doudous » pour les longues soirées d’automne et d’hiver. 💕

Anecdote : Mon livre était posé sur mon bureau qui est quant à lui dans le salon. Un soir, avant même que j’ai pu lire une ligne du premier tome, mon adorable chat a décidé d’avoir un quart d’heure de folie, il a couru dans l’appartement, en sautant sur le bureau il a dérapé sur le livre. Il a laissé trois grandes griffures sur la couverture ! Mais pas que… Ses griffes ont également troué les pages (jusqu’à la cinquième). J’ai acheté un deuxième exemplaire de ce livre… 🐱

Bonne lecture ! Signé C.