Octobre – Søren Sveistrup

Résumé : Début octobre, dans la banlieue de Copenhague, la police découvre le cadavre d’une femme amputée d’une main. À côté du corps, un petit bonhomme fabriqué à partir de marrons et d’allumettes. Chargés de l’enquête, la jeune inspectrice Naia Thulin et l’inspecteur Mark Hess découvrent vite que cette figurine est porteuse de mystérieuses empreintes : celles de la fille de Rosa Hartung, ministre des Affaires Sociales, enlevée un an plus tôt et présumée morte. Thulin et Hess explorent toutes les pistes qui leur révèleraient un lien entre la disparition de la fille de la ministre et la victime à la main coupée. Lorsqu’une autre femme est tuée, selon le même mode opératoire, ils comprennent que le cauchemar ne fait que commencer…

Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ★

Avis : Le roman commence un « Mardi 31 octobre 1989 », par acquis de conscience, je suis allée vérifier si le 31/10/1989 était bien un mardi. C’est le cas. Détail futile, mais Inspectrice C. a voulu faire les choses bien. 🌰

Mardi 31 octobre 1989 : Marius Larsen, qui devrait, ou plutôt devait prendre sa retraite, s’y refuse. Pour différer l’annonce de cette décision à sa femme et surtout esquiver la situation tendue qui va en découler, il répond à un appel sur le canal et effectue un long trajet dans les bois afin de rencontrer Ørum, un fermier, pour lui demander de récupérer son bétail qui s’est égaré dans les champs voisins et de réparer sa clôture. Jusque là rien de bien palpitant. Mais rassurez-vous (ou pas) les choses se corsent lorsque le policier pénètre dans la maison… Il y découvre la fille d’Ørum : Elle est encore à table et ce qui reste de son visage criblé de balles baigne dans son assiette de porridge. Puis son fils… Il a reçu une balle en pleine poitrine et sa nuque appuyée contre la porte du four forme un angle étrange. Il découvre ensuite la mère, allongée sur le sol près de la baignoire d’où l’eau coule encore, mélangée à une grande quantité de sang. Détail morbide : un bras et une jambe sont détachés du corps. « Plus tard, dans le rapport d’autopsie, il sera noté qu’elle a été découpée à la hache, à coups répétés. ». Le policier trouve un petit garçon âgé de 10 ou 11 ans derrière le rideau de la douche. Ambulance. Renforts. Urgence. Aucune trace du fermier Ørum. Il se souvient tout à coup qu’il devrait y avoir un autre enfant, car celui qu’il a vu dans la salle de bains a une sœur jumelle. Marius se rend à la cave où il trouve la fameuse jumelle. Sur des étagères il découvre des sculptures de bonhommes et d’animaux en marrons… Des grands et des petits, enfantins et effrayants, certains achevés, d’autres difformes. Marius est fasciné par leur nombre et leurs différences. Ces figurines l’emplissent d’un profond malaise et, tandis qu’il les contemple, le garçon entre derrière lui. […] Quand il se retourne et se trouve nez à nez avec le garçon, ses pensées s’envolent comme de petits nuages affolés dans le ciel. La hache s’abat violemment sur sa mâchoire et tout s’obscurcit. Marius aurait mieux fait de prendre sa retraite finalement. Quant à ce garçon, on peut supposer qu’il a également assassiné son père Ørum, puisque Marius ne l’a pas trouvé. Peut-être même a-t-il tué sa sœur jumelle après s’être occupé de Marius (qui n’est pas officiellement mort, mais l’espoir de le revoir vivant est mince). Ou, peut-être a-t-il fait (fera ?) d’elle une complice. Les bases sont posées. Lecteurs, lectrices, l’histoire peut officiellement commencer ! 🌰

De nos jours : Nous découvrons plusieurs personnages, plusieurs histoires : Laura Kjær, qui court un grave danger. Naia Thulin, une inspectrice de police qui souhaite être mutée dans le service de cybercriminalité, le NC3, ainsi que son tout nouveau collègue, Hess. Rosa Hartung, une politique qui a perdue sa fille un an plus tôt, ainsi que Steen son mari devenu alcoolique après la tragédie. Très vite, Naia et Hess se retrouvent sur une scène de crime, dont la victime n’est autre que Laura Kjær… Ils découvrent également un petit bonhomme en marron, sur lequel se trouvent les empreintes digitales de la fille de Rosa et Steen (elle est officiellement décédée, tuée par un homme qui a été retrouvé et jugé, toutefois il ne dit pas où se trouve très exactement le corps). Maintenant, j’arrête de parler de l’histoire, je sais que vous avez l’eau à la bouche, si vous ne l’avez pas encore lu, alors je vous laisse dévorer ce roman. Si vous l’avez lu, vous savez ce qui m’attend… 🌰

Petit détail, qui me fait sourire : l’auteur évoque régulièrement League of Legends. Notamment quand Hess parle au fils de feue Laura « Tu joues sur la Faille de l’Invocateur. Moi aussi, c’est la carte que je préfère. C’est Lucian le Purificateur, ton champion ?« . Un ADC donc ! Pour ma part, je préfère Sivir la vierge martiale, quand j’occupe ce poste. Par contre, l’enfant ferme l’ordinateur en pleine partie… Tatatatata, nous savons tous que ça ne se fait pas. Il risque de prendre un avertissement ou se faire bannir temporairement, voire définitivement si ça lui arrive régulièrement de quitter une partie.

Bref ! Je ne me suis pas ennuyée une seconde ! Quelques questions restent en malgré tout en suspend pour ma part. J’aurais aimé plus de réponses de part du coupable, sur le choix de ses méthodes et également sur l’avenir de certains personnages mais nous pouvons nous contenter de ce que nous donne l’auteur, la boucle est quand même bouclée. Un roman bien morbide, bien ficelé, avec un Hess tout à fait attachant. Je le considère plus comme le personnage principal que Thulin, même si l’enquête est menée par les deux inspecteurs. J’espère croiser ce duo dans un nouveau roman. 🌰

Anecdote : lu pour le Pumpkin Autumn Challenge 2020, menu automne douceur de vivre, catégorie « Il fait un temps Badge PAC 2020épouvantail ! » (Halloween, Samhain, Automne). P.S. : j’avoue, j’ai encore modifié un détail sur l’image de présentation, ce n’est pas un petit chat qui attend près du château, mais un écureuil. 🐿

Bonne lecture ! Signé C.

L’automne chez les Bookstagrameurs ! 🍂

Sorcières, zombies, vampires et aux autres créatures de la nuit, lecteurs avant tout, voici pour vous une sélection de comptes Instagram à l’ambiance automnale. #Bookstagram #Automne ! 📸🍂🦔

Commençons par le compte anglophone de Melissa et Isabelle, qui tiennent le blog « The Reader and the Chef » dont le feed se trouve à l’adresse suivante @thereaderandthechef … On craque carrément pour leurs photos !

Les feuilles mortes ont envahies le feed du compte @lachambrelitteraire et ça va vous en vous en mettre plein les yeux !

Un second compte français, cocorico ! @lesinstants nous partage des photos d’un automne plus clair et doux.

Poursuivons avec le compte @bookohomora chez qui le feed de l’automne se passe principalement en extérieur.

Toujours plus de douceur avec ce compte anglophone @myfriendsarefiction qui va vous mettre des citrouilles plein les yeux !

Dernier compte de cet article, qui a opté pour un automne coloré @livres.enchantes !

Bel automne à tous,
Signé C. 🍂

Lecture d’Halloween

La fête des morts approche, pour l’occasion je vous propose une sélection de livres à ne pas lire la nuit. 👻

LE PETIT CHAPERON ROUGE – Les contes interdits – Sonia Alain

510JRgY4K8L._SX322_BO1,204,203,200_

Dans cette version contemporaine du Petit Chaperon rouge, la candeur est bafouée et les fantasmes deviennent cauchemars. Après cette lecture interdite, les bois ne vous sembleront peut-être plus aussi sûrs… Une vieille Tzigane en communication avec des esprits, condamnée à une fin tragique pour avoir découvert la vérité au sujet de sa fille. Une enfant retrouvée dans les bois, devenue plus tard une séductrice avide de vengeance. Un groupe d’hommes aux mœurs vicieuses, semant l’horreur sur leur passage. Un sergent de police acharné, tentant d’endiguer une série de meurtres barbares à caractère sexuel. Un loup rôdant dans la nuit, à la recherche d’une proie délectable.

DÉMENCES – Graham Masterton

51Z0q3-FiKL._SX307_BO1,204,203,200_

Les 137 pensionnaires de l’asile, tous de dangereux criminels, avaient brusquement disparu sans laisser de trace. La police ne les avait jamais retrouvés. Comment aurait-on pu imaginer, ne serait-ce qu’une seconde, qu’ils s’étaient réfugiés dans les murs mêmes de l’asile, à l’intérieur des murs? Il n’y a que les fous pour croire sérieusement à l’efficacité de la magie noire. Et les fous furieux pour s’en servir.

HANTISE : LA MAISON HANTÉE – James Herbert

51HzkaITBiL._SX304_BO1,204,203,200_

David ne croit pas aux fantômes. Rationaliste convaincu, il met un point d’honneur à démasquer les faux médiums et à attribuer des causes naturelles aux prétendus phénomènes paranormaux. Mais un véritable mystère plane sur la vieille demeure d’Edbrook et, pour la première fois, David se heurte à l’inexplicable. Pour la première fois ? Dans son acharnement à nier tout ce qui relève du surnaturel, ne cherche-t-il pas finalement à oublier ce qui le hante depuis l’enfance ?

POSSESSION – Paul Tremblay

41qejGbs4GL._SX316_BO1,204,203,200_.jpg

Malgré une mère alcoolique et un père au chômage, la famille Barrett tente de mener une vie ordinaire dans la tranquille banlieue de Beverly, Massachusetts, jusqu’au jour où leur fille de 14 ans, Marjorie, commence à manifester les symptômes d’une étrange schizophrénie. Alors que des événements de plus en plus angoissants se produisent, les Barrett décident de faire appel à un prêtre, qui ne voit qu’une seule solution : l’exorcisme. À court d’argent, la famille accepte l’offre généreuse d’une chaîne de télévision ; en contrepartie, elle suivra la guérison de Marjorie en direct.

SIMETIERRE – Stephen King

41TE67qnwgL._SX308_BO1,204,203,200_

Louis Creed, un jeune médecin de Chicago, vient s’installer avec sa famille à Ludlow, petite bourgade du Maine. Leur voisin, le vieux Jud Crandall, les emmène visiter le pittoresque « simetierre » où des générations d’enfants ont enterré leurs animaux familiers. Mais, au-delà de ce « simetierre », tout au fond de la forêt, se trouvent les terres sacrées des Indiens, lieu interdit qui séduit pourtant par ses monstrueuses promesses. Un drame atroce va bientôt déchirer l’existence des Creed, et l’on se trouve happé dans un suspense cauchemardesque…

LES EMMURÉS – Serge Brussolo

51OE5+LqHKL._SX304_BO1,204,203,200_

A l’origine, la mission de Jeanne était simple : s’installer quelque temps dans un immeuble où furent commis, des années plus tôt, plusieurs crimes inexpliqués, afin d’y écrire un reportage si possible sensationnel… Mais aussitôt franchi le seuil de l’étrange maison Malestrazza, la jeune femme va deviner que les maléfices ne sont pas uniquement dus aux fantasmes du voisinage. Est-il vrai que l’assassin habiterait toujours là, caché dans un appartement invisible ? Y a-t-il comme on le prétend des cadavres emmurés aux différents étages ? Et que lui veut au juste ce gamin trop imaginatif, le fils de la concierge, qui, spontanément, s’offre à lui faire découvrir les arcanes de la bâtisse ?

LA PATIENCE DU DIABLE – Maxime Chattam

51XUJ7XU+uL._SX303_BO1,204,203,200_

Des gens ordinaires découverts morts… de terreur.
Un go-fast qui transporte bien pire que de la drogue…
Et dans ce qui semble être l’antichambre de l’enfer : un homme retrouvé sauvagement égorgé.
Lieutenant à la section de recherche de Paris, Ludivine Vancker comprend bientôt qu’un fil sanglant relie ces faits divers. Le mal qui ronge le monde, elle le connaît. Elle le côtoie depuis trop longtemps. Alors elle plonge, prête à nager dans l’horreur pour en retrouver la source.
Là-bas, le diable l’attend, patiemment.


Je n’ai pas encore lu ces livres, ou plutôt pas tous. Pour Graham, plusieurs de ces romans pouvaient entrer dans le cadre de cet article, c’est également le cas pour Chattam, Brussolo et Stephen King bien évidement. 😊

Pour Graham vous avez un large choix, comme « Le portrait du mal », « Rituel de Chair », « Le démon des morts », « Les guerriers de la nuit ». Pour Chattam « Le signal », « Conjuration primitive », « In tenebris », ou même « Prédateurs ». Pour Brussolo, qui est souvent à la limite de la science-fiction vous avez « Les enfants du crépuscule », « le sourire noir », « le nuisible », « Ceux d’en-bas » qui rentre dans la collection l’agence 13. Et pour Stephen King, je n’ai même plus à présenter les titres, ils sont nombreux et connus de tous. Cela dit ces quatre auteurs sont connus. 😱

Je vous laisse également découvrir une liste de films pour vous faire frissonner durant ces soirées d’automne, vous pouvez retrouver l’article juste ici !

Bonne lecture, et bons frissons !

Signé C.

Fractures – Franck Thilliez

Résumé : Alice sait que quelque chose ne tourne pas rond dans sa tête. Son psychiatre à l’hôpital de Lille doit lui révéler le résultat d’un an de traitement. Mais les événements étranges se multiplient autour de la jeune femme : cette photo récente de sa sœur jumelle, pourtant morte dix ans auparavant, son père, agressé chez lui à l’arme blanche, et qui prétend avoir tenté de se suicider, ce chemisier ensanglanté qu’elle découvre dans sa douche et à propos duquel elle n’a pas le moindre souvenir, cet homme retrouvé nu dans un abribus et qui semble avoir vu le diable en personne. En un mot, Alice vient de prendre un aller simple vers la folie…

Fractures.png

Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ★

Avis : Un coup de cœur pour ce roman traitant avec habilité de maladie mentale. Je tiens à souligner qu’Alice Dehaene l’héroïne de ce roman, existe bel et bien, cependant, l’histoire est quant à elle totalement fictive. Vous pouvez retrouver son blog (consacré à sa rencontre avec Franck Thilliez) juste ici.

Je ne sais pas comment parler de ce roman sans spoiler, aussi, je vais me contenter de vous assurer qu’il y a dans ces pages beaucoup de suspense et de l’action. Une autre chose que j’aime particulièrement, c’est le « mixte des visions » (les termes doivent exister en littérature, malheureusement, je n’ai pas étudié cela, alors, il faudra vous contenter de mon langage de chroniqueuse lambda), on passe de l’histoire du point de vue du médecin Luc Graham, à celui d’Alice, puis Dorothée, ce qui permet au final de comprendre l’histoire dans son ensemble mais à l’allure imposée par l’auteur.

Il y a aussi un mélange dans les temps, un fait vu par un personnage qui en croise un autre, comment « l’autre » en est arrivé là, etc. Je suppose que là aussi il s’agit d’un style particulier qui a un nom en littérature. Si quelqu’un a des connaissances en la matière, je suis preneuse !

Je termine cet article en vous conseillant vivement de dévorer ce chef-d’œuvre. 

Anecdote : J’ai trouvé ce roman dans la bibliothèque de ma maman, qui, par un heureux hasard, l’avait en deux exemplaires ! Voilà qui rééquilibre les bibliothèques, un exemplaire chacune et les livres seront bien gardés. Aussi, j’avais tweeté une petite phrase, qui se voulait ironique et qui mentionnait l’un des personnages, j’ai préféré la retirer parce qu’il devient très important ce petit point à la fin du roman. 🙃📚

Bonne lecture ! Signé C.