Le cimetière des papillons – Richard Canal

Résumé : Et si Dieu jouait aux dés ? Dans son casino le monde ne serait que hasard… Quelque part dans un espace virtuel, le Domaine, ils sont cinq à jouer. Ils animent des personnages, en créent, les regardent vivre et mourir. Quand on est immortel, il faut bien tuer l’ennui…
Le monde tel qu’ils l’ont tiré au sort n’est que désolation. Des villes à l’image de Brookstadt, qui puisent leur énergie dans des sources et tombent en poussière lorsque celles-ci tarissent. Partout ailleurs des mines fabriquées par les villes pour s’entre-déchirer… Mais dans l’enfer du jeu, un jour, bizarrement tout se dérègle. A Brookstadt, un homme, Anton, un enfant noir blanc et un clown échappent soudain à la furie des mines. Les joueurs sont dépassés… Qu’arrive-t-il quand les créatures pénètrent les secrets des Dieux ?

Le cimetière des papillons.png

Note personnelle : ★ ★ ★ ☆ ☆

Avis : Un roman de science-fiction dystopique*, bien que la présence dieux (bien qu’incompréhensible à mes yeux, puisqu’ils ne sont pas très présents) puissent venir altérer ce genre… Les nuages écarlates ça, je maîtrisais, pas de soucis, mais très vite sont venus s’ajouter les mots inconnus, car bien entendu créés pour ce monde. L’entropie (transformation, fonction exprimant le principe de la dégradation de l’énergie) est au centre du roman. Imaginez un monde où une couverture à une durée de vie d’une nuit, un flingue durera quelques jours, une fleur quelques secondes. La politique et les conditions de vie, tout tourne autour de ce monde qui se dégrade rapidement. Finalement, les dieux sont quasiment inexistants dans l’histoire (on ne comprend que peu leur rôle au début, si je rentre dans les détails je risque de spoiler). Par contre, on ne peut pas retirer la poésie de ce livre, ni paradoxalement la vulgarité, pour au final le qualifier « d’étrange ». J’ai bien aimé le fait que les machines du futur aient des noms d’animaux en référence à leurs « qualités ». Un condor, un faucon, un perroquet, un sanglier, un éléphant.

J’ai retenu quelques petites choses qui risquent de vous glisser entre les doigts, comme la sexualité d’un des personnages, par une simple phrase, une seule dans tout le livre, la suivante « À ce fils qu’il n’aurait jamais parce qu’il n’aimait pas les femmes ». Je me permets de mettre ceci en avant, pour créer le contraste avec un livre de 1973 (la maison des damnés de Richard Matheson), dans lequel l’homosexualité est à la fois fascinante et dégoûtante pour les personnages (je ne peux pas dire que c’est le cas de l’auteur). Là, elle passe comme une brise, on le sait, mais on ne s’en formalise pas parce que la sexualité d’une personne n’est pas plus importante que son caractère. Voilà une façon de penser qui colle à celle de notre époque. 💖

J’ai également d’autres extraits à vous présenter :

« Qu’il vous suffise de savoir que derrière l’univers ludique, il y a l’éternité. Et même si, en fin de compte, celle-ci vous effraie, croyez-moi, c’est bon d’y goûter, rien que pour apprécier la mort à sa juste valeur »

« – Espoir ! Mais on le trouve partout, mon brave. Jusque dans les vers de mirliton que les putes se font tatouer autour du sexe. Ce n’est pas en nous apportant des mots aussi galvaudés que vous sauverez la culture »

« – C’est toi qu’es pas normal de vouloir que tout soit normal. T’as pas remarqué ? C’est fou ce qu’on est normal, nous. »

Anecdote : A la fin du roman « Le songe d’une nuit d’octobre », j’ai regardé quelques titres proposés. Mes yeux ont immédiatement trouvé ce titre poétique. Je n’avais aucune idée de ce dont pouvait parler ce livre. 🦋 Offert par mon amoureux ❤

Bonne lecture ! Signé C.

*Comprendre les genres et sous-genre de l’imaginaire

La science-fiction dystopique répond aux critères suivants :

  • Montre un futur apocalyptique où la société a mal tourné, souvent dans le but d’attirer nôtre attention sur un problème actuel (mais pas toujours).
  • Inclus des technologies essentiellement humaines, même si elle peut également venir d’ailleurs.
  • Inclus une ampleur spatiale et/ou temporelle.

La maison des damnés – Richard Matheson

Résumé : Passer une semaine dans une maison réputée hantée depuis trente ans : telle est la mission confiée au Dr. Barrett et à une équipe de spirites par un milliardaire mourant, qui veut savoir si son âme lui survivra. Mission que le parapsychologue s’empresse d’accepter, espérant bien ainsi triompher des  » maléfices  » et vérifier ses théories scientifiques sur l’existence d’une vie après la mort. Arrivés sur place, les investigateurs se rendent vite compte que le lieu est à la hauteur de sa réputation : résonnant des crimes et des orgies qu’elle a accueillis par le passé, la maison Belasco semble les attendre. Prête à posséder les audacieux qui oseront pénétrer en son sein…

La maison des damnés.png

Note personnelle : ★ ★ ★ ☆ ☆

Avis : Là où on s’attend à quatre personnages principaux (le scientifique, sa femme, la médium et le médium « à la retraite »), on en trouve finalement cinq : la maison en elle-même tient une place importante dans l’histoire. C’est assez impressionnant de voir à quel point une « simple » ambiance peut nous faire humaniser un manoir. Le danger dans ce roman vient d’absolument partout, sans que l’on sache s’il s’agit de fantômes, de démons, ou d’une psychose généralisée (quoi que le scientifique, Docteur Barrett, ne semble pas s’inquiéter du tout alors que tout part à vau-l’eau autour de lui).

Notons bien que ce roman a été édité en 1971, soit 47 ans avant qu’il ne tombe entre mes mains (certes j’ai une édition datant de 2001 mais cela ne change rien au texte). Partant de se principe, il est important de ne pas s’offusquer durant la lecture, qui peut pour ma génération paraître très « limite-limite » (pour ne pas dire machiste et homophobe).

Continuons en gardant cela à l’esprit (en vrai, c’est compliqué, mes réactions sont celles de ma génération alors…) : sur les quatre personnages principaux, trois sont parfaitement insupportables. La femme du scientifique, parfaite potiche, effrayée pour un rien (elle s’incruste dans le manoir alors qu’elle n’était pas censée y aller, une vraie plaie), et dont la vie sexuelle semble ennuyeuse à mourir. La médium, parlons-en de la médium, un vrai cliché ! Vous voyez de quoi je parle ? Une personne trop sensible qui se retrouve à communiquer avec une tonne d’esprits maléfiques alors qu’au final il ne doit pas y avoir grand chose autour d’elle. Pour finir, troisième personnage énervant, le scientifique, Docteur Barrett. Alors lui… Il ne vit que pour sa machine, il n’a peur de rien et ne croit en rien, même quand il se retrouve à lutter pour survivre au milieu des phénomènes paranormaux, Monsieur a raison un point c’est tout, les arguments des autres il les rejette sans même prendre le temps de les écouter.

Passons maintenant à l’histoire : une lutte entre la science et le spiritisme. Si les personnages avaient su s’écouter et proposer leurs arguments dans le calme, cela aurait pu être plus intéressant, mais moins effrayant. C’est donc dans une mauvaise ambiance générale que la maison décide de s’énerver et nous révéler petit à petit son passé ainsi que les vices cachés de nos chers personnages. Je pensais que la « peur » viendrait des apparitions et des phénomènes paranormaux, cependant, le thème est essentiellement axé sur le sexe. En somme, j’ai apprécié cette lecture, mais je déplore toute cette vulgarité dans les scènes sexualisées qui sont bien trop nombreuses.

PUMPKIN AUTUMN CHALLENGE

Anecdote : Roman lu dans le cadre du #PumpkinAutumnChallenge 2018. Ce roman a été adapté en film, en 1973, que vous pouvez voir en streaming sur le site zone-film (je conseille quand même d’avoir Adblock et Adblock plus).

Bonne lecture ! Signé C.