La musique des ténèbres – Eric Bony

Résumé : Un scientifique se jette par la fenêtre de son appartement parisien. Sur son torse, on découvre des lettres gravées à l’encre sanglante, un message destiné à Thomas Cazan, le journaliste spécialisé dans les affaires étranges. Au même moment, un autre chercheur est retrouvé mort devant l’immeuble où habite sa fille Agnès. Ce vieil excentrique, mis au ban de la communauté scientifique, s’était toute sa vie passionné pour une ancienne partition de musique qui aurait le pouvoir de tuer…

La musique des ténèbres.png

Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ★

Avis : Un thriller original, mêlant science et ésotérisme, avec une touche d’humour et de suspense. De quoi donner envie de le lire ! La couverture de l’édition City est une réussite, elle rend bien dans ma bibliothèque.

Il est assez évident que l’auteur souhaite dénoncer les dérives pharmaceutiques dans ce roman. Peut-être a-t-il effleuré ce domaine lorsqu’il était journaliste (c’est également le métier d’un des deux personnages principaux, Thomas Cazan). Parlons encore un peu de cet auteur francophone… En effet, en me baladant sur Google (oui je sais « sur » est employé à tort et à travers), je suis tombée (pas littéralement là non plus) sur son profil Linkedin et j’ai découvert que nous avions en commun le métier de Community Manager. En somme après avoir épluché son profil, parce que je suis une petite fouineuse (on peut dire stalkeuse mais soyons cléments, je fais des recherches pour mon article en dosant ma curiosité, promis), j’ai vu qu’il avait une vie bien remplie ! Il se sert visiblement de ses expériences et ça fonctionne.

Ce n’est absolument pas évident de savoir doser l’ésotérisme dans un roman pour ne pas faire carrément kitsch, Monsieur Bony sait mixer les ingrédients à la perfection pour que ce livre ne soit pas indigeste. Sa plume peut presque concurrencer celle de Serge Brussolo (un compliment venant de votre blogueuse préférée, rappelez-vous, j’en suis complètement fan). On se laisse balader à la frontière du surnaturel, avant d’être ramené en toute intelligence à la science ! Quelle jolie balade en compagnie des personnages principaux !

PUMPKIN AUTUMN CHALLENGEAnecdote : Roman lu pour le #PumpkinAutumnChallenge 2018 dans la catégorie « Automne Ensorcelant », sous-catégorie « Cristaux, tarot et encens (étrangeté, mystère, freak, petit frisson, ésotérisme) ».

Bonne lecture ! Signé C.

L’ombre des chats – Arni Thorarinsson

Résumé : Apparent suicide « assisté par ordinateur » d’une jeune mariée, messages obscènes à l’orthographe défaillante sur son téléphone portable… Décidément, Einar est fâché avec les nouvelles technologies. Enquêteur nonchalant et lucide, le journaliste est bien décidé à résoudre ces énigmes malgré l’hostilité du commissaire de police local. Après tout, remplacer le mensonge par la vérité, c’est son boulot.

L'ombre des chats.png

Note personnelle : ★ ★ ☆ ☆ ☆

Avis : L’exemple parfait pour illustrer mon système de notation. Je le dis rapidement ici : la « note personnelle » porte bien son nom. Je note « le plaisir que j’ai éprouvé » en lisant, pas l’ouvrage en lui-même. L’avis que j’exprime est mon ressenti, pas un jugement sur le livre ou l’auteur. Je vous invite à découvrir la rubrique « À propos » dans laquelle j’explique mon système de notes.

Revenons à nos moutons ou plutôt nos chats : le résumé me semblait vraiment intéressant. Un logiciel capable de tuer des gens ? Un cyber-psychopathe ? Un vrai suicide ? Une expérience loupée ? J’avais des milliers d’idées en tête lorsque je passais en caisse. L’histoire commence…

J’ai dû relire plusieurs fois les mêmes passages parce que je suis une lectrice francophone et que par conséquent les prénoms islandais ne s’impriment pas dans mon cerveau, de plus les personnages sont nombreux. J’ai essayé à de situer les personnages, comprendre de qui l’on parle, qui parle, puis (ouf !) à force de m’obstiner et de noter, j’y suis arrivée. Après ces petits soucis qui sont entièrement ma faute (l’auteur a écrit dans sa langue, c’est un livre traduit, il ne pensait pas qu’une petite française allait l’acheter), je me force à lire quelques chapitres de plus malgré mon appréhension.

J’ai trouvé le temps long, je me suis posée des questions et j’ai trouvé que le résumé ne collait pas à l’histoire. Où sont les mariées ? Pourquoi il ne se pose pas plus de questions sur cet ordinateur, ce crime, ces gens ? Page après page je me retrouvais dans la peau de ce journaliste au milieu des complots politiques, des échanges avec les policiers, des articles de journaux… En somme rien à voir avec ce que je pensais !

Ce livre est loin d’être mauvais, mais je souhaitais lire une histoire policière (oui oui même avec un journaliste, après tout Le Poulpe ce n’est pas un policier et il se charge des affaires policières), de l’hémoglobine, des technologies supérieures, des suicides en masse, des logiciels perfectionnés, alors que finalement, il s’agit surtout de suivre un journaliste dans la création de scoop avec un fond d’histoire policière. Vous le lirez probablement avec plaisir si vous ne vous attendez pas à vous plonger dans une enquête avec un cyber-tueur. 😉

Anecdote : J’ai commencé à le lire dans le train qui me ramenait en région parisienne, mais ce jour là, j’ai été victime d’un mal des transports qui m’a forcé à le ranger dans mon sac. 🙃

Bonne lecture ! Signé C.