Viscères – Mo Hayder

Résumé : Il y a quinze ans, deux amoureux ont été retrouvés sauvagement éviscérés dans le bois attenant à la maison de campagne des Anchor-Ferrers. Le principal suspect, qui a avoué les crimes, est depuis sous les verrous. Mais aujourd’hui, alors que Oliver, Matilda et leur fille, Lucia, n’ont pas oublié cette découverte macabre, l’histoire se répète, plongeant la famille dans la terreur.

frise (2)

Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ☆

Avis : Birdman (2000), Tokyo (2005), ou Pig Island (2007), Mo Hayder sait ce qui va captiver le lecteur et le garder en haleine. Ce thriller qui alterne entre le huit clos et l’enquête menée par l’inspecteur Jack Caffery huis clos n’échappe pas à la règle.

Un « home-jacking » qui se déroule sur plusieurs jours.

La famille Anchor-Ferrers vient d’arriver dans sa résidence secondaire. Composée des parents et de Lucia, jeune femme dépressive, elle va très vite découvrir des viscères accrochées dans un arbre de leur jardin, découverte qui va semer les graines de l’angoisse.

Deux flics débarquent dans la maison. D’abord rassurés par leur présence, la famille se rend rapidement compte que ces deux hommes ne sont pas qui ils prétendent être, mais il est déjà trop tard.

Nous suivons donc le calvaire de cette famille séquestrée, soumise à de nombreux sévices psychologiques. Chacun dans une salle, ne sachant comment vont les autres… Le père écrit le plus d’informations possibles sous un tapis, espérant qu’un enquêteur trouvera ses indices pour arrêter les deux criminels, et la mère jette le chien de la famille dans un conduit, quitte à le blesser, pour qu’il ramène de l’aide. L’animal sera d’ailleurs récupéré par Jack Caffery, qu’on suit tout au long de son enquête. Le lecteur est sous pression, il espère que Caffery trouvera la famille en vie.

Dans cette ambiance oppressante, l’intrigue se dévoile petit à petit. Quelques indices nous mettent sur la voie du dénouement, néanmoins il fallait être assez observateur pour comprendre ce qu’il se passait réellement dans cette maison… En effet, l’auteur réussit à créer la surprise dans les derniers chapitres.

Vous serez enchaînés au roman, comme la famille Anchor-Ferrers aux radiateurs !

Anecdote : Roman emprunté dans une boîte à livres, avant la crise sanitaire. Comme quoi, on y trouve parfois des perles.

Bonne lecture ! Signé C.

Bloody Junkie – Hasumi Natsume

Résumé : 

Shouta Mochizuki est à la recherche de son frère aîné, porté disparu. Alors qu’il était censé rencontrer quelqu’un qui avait apparemment des infos sur son frère, il se réveille dans une étrange pièce. Là, il apprend qu’il est filmé et que c’est diffusé sur internet. Il doit alors participer au Bloody Junkie.

4

Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ☆

Avis : Après avoir regardé la série Netflix « Alice in borderland » (je n’avais lu que trois tomes avant de regarder la série), j’ai eu envie de me replonger dans un manga « papier ». Ce que j’entends par « papier » ce n’est pas de tenir le tome entre mes mains mais plutôt de lire les scans sur divers sites. 👌

Nous faisons la connaissance du personnage principal, Shouta, alors qu’il est seul dans une pièce, couvert de sang, hurlant qu’ils sont tous morts. Ha bah merci le spoiler Hasumi Natsume ! Après quelques planches nous faisons un bond dans le passé, deux jours plus tôt… Shouta se réveille encore une fois seul, dans une cellule. Il comprend bien vite qu’il a été enlevé. Le ou les kidnappeurs l’ont équipé d’oreillettes et lui ont laissé un sac-à-dos qu’ils lui demandent de ne pas oublier ne quittant « sa chambre » : le jeu va commencer. Un départ tout en douceur ! Enfin… Un peu mou quoi. Shouta entre en contact avec des personnes via son oreillette, qui eux semblent comprendre ce qu’il se passe. Ils lui demandent si son ignorance fait partie de son personnage, puis finalement, le questionne sur son frère. Nous avons le droit à l’histoire larmoyante classique : parents décédés, grand frère qui sacrifie ses études pour l’élever, et lui qui se foire à l’école, puis la fameuse disparition de ce grand-frère. Je vous avoue que ça ne m’a pas transcendée, au contraire, j’ai faillit lâcher la lecture du scan. Heureusement qu’on apprend un peu plus loin que ces personnes qui lui parlent sont *roulement de tambour* … des spectateurs. Shouta doit sortir de « sa chambre ». Il tombe directement sur un cadavre. Pire encore sa première rencontre avec une personne vivante se solde par une blessure… 😱

Parlons maintenant du style de dessin. Certaines cases sont très encombrées par les murs en pierres et d’autres au contraire très vides nous forçant à regarder uniquement le personnage. Personnellement, je trouvais que ça donnait du rythme cette alternance. De plus, le fait qu’il y est peu de meubles et d’objets permet au lecteur de se concentrer sur l’histoire. Une belle réalisation, volontaire ou non. Petit fun fact : il y a des planches colorisées, la veste de Shouta passe du vert au orange pour terminer grise. 😄

Le mangaka Hasumi Natsume n’a pas terminé de dessiner le volume 2. Le premier volume ne s’étant pas assez bien vendu, il a dû renoncer à sortir le second. Il s’est alors contenté d’écrire l’histoire, sans dessiner les planches.

Je suis très déçue qu’il n’y ai pas de fin « dessinée », ce manga avait un potentiel dingue ! 🤷‍♀️

Anecdote : Lu sur le site scan-fr.cc. 🤩

Bonne lecture ! Signé C.

Mais c’est à toi que je pense – Gary A. Braunbeck

Résumé : Pour Thomas, Arnold, Rebecca et Christopher, c’est la fin du supplice. Ils viennent d’échapper à leur tortionnaire, un tueur en série pédophile qui les séquestrait depuis des années. Mais une nouvelle épreuve les attend : et si on les avait oubliés ? Et si on ne les aimait plus ? Horriblement défigurés et mutilés, ils ont besoin d’un adulte pour les ramener à leurs parents, que certains n’ont pas vus depuis dix ans… et ils ont choisi Mark.

mais c'est à toi que je pense.png

Note personnelle  : ★ ★ ★ ★ ★

Avis : Première lecture commune avec la blogueuse Plume de Soie alias @Nueva56 sur Twitter.

Tout d’abord, j’ai été surprise par le style d’écriture qui est agréable, facile à lire, une plume gracieuse et élégante (pour dire à quel point j’ai aimé). Le sujet abordé est extrêmement dur, les enfants kidnappés, torturés, retenus en captivités, avec tous les mauvais traitements que l’on peut imaginer (et même ceux qu’on ne peut pas).

J’ai en premier lieu cru que le livre ne serait qu’un enchaînement de souvenirs glauques et que ça me mettrait mal à l’aise. Le plus horrible est à mes yeux dans les premiers chapitres, y sont décrites des scènes terribles. Notamment une dont il faut que je vous parle : il s’agit de Mark qui regarde une vidéo (il y est contraint par Christopher, l’un des enfants qui a lui 21 ans à ce moment là), qui montre le meurtre d’une petit fille, dans une cave, sur une table d’autopsie. L’auteur nous fait comprendre ce qu’il se passe, pourtant il focalise notre attention et celle de Mark sur une poupée Super Nana. On sait éperdument et malheureusement ce que subit l’enfant, sans pour autant avoir les images en tête si on suit bien le texte. Cette façon de décrire la scène sans la « montrer » est vraiment époustouflante mais nécessaire, sans ça j’aurais stoppé ma lecture.

Par la suite l’histoire n’est pas, ou plus trop centrée sur les souvenirs macabres. C’est les souvenirs de Mark et non pas ceux des enfants (en majorité). Je souhaite évoquer au passage le personnage Cletus (un garagiste) à qui l’auteur a donné une importance et une vraie personnalité marquante sans pour autant qu’il soit présent (excepté au début et à la fin).

La fin de l’histoire justement… Sortez les mouchoirs ! Alerte madeleine. Le livre est un condensé d’émotions, qui m’a émue au plus haut point. Je vous le conseille malgré la dureté du sujet. 😭

Anecdote : Roman lu pour le #ColdWinterChallenge 2018 sans être rattaché à un menu (ça aurait pu être stalactites ensanglantées mais j’ai préféré ne pas l’inclure, tout simplement parce qu’il ne rapporte pas de points supplémentaires).

Bonne lecture ! Signé C.