Pumpkin Autumn Challenge 2018

Dans un premier temps je souhaite remercier Guimause pour ce challenge automnal. 🍂

Le Pumpkin Autumn Challenge 2018 session « Magies et Sorcières ».

Sur les réseaux vous pouvez retrouver de nombreuses personnes participant à ce challenge, et vous inspirer de leur PAL (pile à lire), en cherchant avec les hashtags :

#PumpkinAutomneChallenge et #PAC

Il existe également une page Facebook où se retrouvent les personnes souhaitant participer au challenge. Cliquez ici pour y accéder. 🎃

Grâce aux défis comme celui-ci, j’ai pu rencontrer des passionnés de lecture et j’ai eu le plaisir de voir que les livres ne sont pas de l’histoire ancienne.

Je vous laisse aux bons soins de Guimause pour vous expliquer le concept de ce défi. De mon côté j’ai choisi de me prêter au jeu en prenant les quatre menus et en lisant un livre par sous-menus, ce qui nous fait une PAL de 12 livres. Cet article étant en évolution constante, je vous mettrais les liens de mes chroniques sur ces livres. 📚

Score actuel 12 sur 12

Je vous propose de découvrir sans plus attendre ma pile à lire pour ce challenge. #PALduPAC

Lire la suite de « Pumpkin Autumn Challenge 2018 »

Les chevaliers d’Émeraude – Anne Robillard [saga]

Résumé : L’Empereur Noir, Amecareth, a levé ses armées monstrueuses pour envahir les royaumes d’Enkidiev. Bientôt, le continent subit les attaques féroces de ses dragons et hommes-insectes. Pourquoi mettre à feu et à sang les terres glacées de Shola après des siècles de paix ? Les Chevaliers d’Emeraude sont les seuls à pouvoir percer ce mystère et repousser les forces du Mal. Ils devront pour cela accomplir l’étrange prophétie qui lie Kira, une petite fille de deux ans, au sort du monde.

Les chevaliers d'émeraude.png

Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ★ 

Avis : Un coup de cœur, de la high fantasy, avec beaucoup de personnages attachants (toute une armée à vrai dire), un entraînement épique pour vaincre les forces du mal, voilà comment je définirais cette saga de 12 tomes. 💚🧚‍♀️

L’histoire commence avec l’éducation de la première génération du deuxième ordre des chevaliers d’Émeraude, qui contient sept chevaliers : Wellan, Falcon, Santo, Bergeau, Jasson, Dempsey et Chloé. Pourquoi le second ordre, tout simplement parce qu’ils sont en paix depuis 500 ans grâce au premier ordre… Dont on ne découvrira finalement que deux chevaliers, Hadrian et Onyx. Mais accrochez-vous bien, parce qu’au fil des tomes vous allez vous retrouver au lieu d’une bataille épique mettant en scène près de 245 chevaliers sur six générations (sept si on compte les deux chevaliers du premier ordre)… Bien entendu on ne les voit pas tous, on voit leurs noms passer. Les personnages principaux sont déjà bien assez nombreux ! Entre Wellan, Bridget, Kira, Lassa, les dieux notamment Theandras et Fan, les rois… Il ne s’agit pas simplement d’une série de romans mais d’un monde entier qu’Anne Robillard a créé. Autant de personnages, de lieux, de pouvoirs différents, d’histoire d’amour et d’amitié, le tout supervisé par les dieux et les immortels et les rois, sans perdre de cohérence, nom d’un chien : c’est un exploit.

Raconter l’histoire et donner mon avis sur les douze tomes ne me semble pas nécessaire. J’ai passé un excellent moment et ce sera probablement votre cas aussi, c’est sûrement tout ce qu’il y a à savoir sur mon avis, penchons nous plutôt sur quelques faits en rapport avec la saga et l’auteure.

J’aimerais vous citer une phrase d’Anne Robillard durant une interview du site « actualitté » : Il y a même un enfant un jour qui m’a dit : « Je suis sûr que Enkidiev existe et que vous avez tout reçu par télépathie… ». Je ne peux même pas lui dire que ce n’est pas vrai. J’avoue que cette phrase me plait parce que comme je le disais plus haut, c’est un monde entier qui a été créé par cette romancière.

Un fait « drôle » (faut avoir l’humour facile, je vous l’accorde) maintenant, saviez-vous chaque couverture représente un personnage de la série ? Voici la liste pour les éditions françaises (Michel Lafon). Tome 1 : Wellan – Tome 2 : Asbeth – Tome 3 : Nomar -Tome 4 : Kira – Tome 5 : Santo -Tome 6 : Onyx – Tome 7 : Bridgess – Tome 8 : Akuretari et Atlance – Tome 9 : Danalieth – Tome 10 : Liam, Lassa et Jenifael – Tome 11 : Hadrian – Tome 12 : Amecareth.

3183511181_1_2_S5MQoPS8.jpg

Dernier fait, vous pouvez devenir un chevalier d’Émeraude vous aussi (pour de l’animation lors des rencontres avec les lecteurs des romans et séances de dédicaces) en envoyant une lettre de motivation ainsi que votre curriculum vitae avec photo à : info@anne-robillard.com. 🧚‍♀️🧝‍♂️

Pour terminer cette chronique, vous trouverez ci-dessous mes arguments pour expliquer pourquoi la saga est de la high fantasy alors que j’ai lu (probablement sur Wikipédia ou en consultant les résultats de ma googlelisation) que la saga est considérée comme de l’héroic fantasy.

La différence entre héroic fantasy et high fantasy
  • D’après mon point de vue l’héroic fantasy doit répondre à plusieurs critères :
    – Le protagoniste (le héros) est seul
  • – Il agit dans son intérêt et pour répondre à ses désirs non pas pour sauver le monde
  • – Il a un comportement essentiellement négatif sans pour autant être le méchant
  • – Il a des capacités hors du commun.
  • Vous voyez que cette description ne colle pas aux Chevaliers d’Émeraude…
  • Parlons donc de la high fantasy. Les critères auxquels la high fantasy doit répondre sont les suivants :
  • – Le protagoniste n’est pas unique (c’est une communauté, un groupe, etc)
  • – Il doit y avoir une notion d’élu et/ou de prophétie
  • – Le sort du monde est en jeu
  • – La magie et les notions de « fantastiques » sont très élevées
  • – Il y a une nette distinction entre le bien et le mal
  • – L’emphase mise sur des valeurs positives.
  • La saga répond clairement à ces critères voilà pourquoi je pense que c’est effectivement de la high fantasy et non pas de l’héroic fantasy. Je vous invite à lire « le guide des genres et sous-genres de l’imaginaire » d’Apophis que vous trouverez gratuitement sur Amazon au format Kindle, afin d’apprendre à différencier les genres.

 


Anecdote
: Le premier tome m’a été prêté par un petit garçon que je gardais, je n’ai pas pu le finir avant la fin de mon contrat (soit, la fin de l’année scolaire), j’ai acheté le tome pour pouvoir continuer la lecture qui m’avait beaucoup plu.

Bonne lecture ! Signé C.

Les enfants du crépuscule – Serge Brussolo

Résumé : Curiosité locale, la maison de poupées géante de la famille McGregor attire les touristes de tous les coins de la Floride. Interminable labyrinthe, elle abrite des poupées d’une beauté étrange. On dit que le fantôme d’une petite fille y aurait trouvé refuge. Depuis quelque temps la mort guette tous ceux qui s’y intéressent d’un peu trop près. Quelqu’un se décidera-t-il enfin à aller voir ce qui se cache derrière cette façade rose bonbon ? Et si oui, en reviendra-t-il vivant ? Prix du roman d’aventures 1994 avec Le Chien de minuit, Serge Brussolo restitue, avec un insurpassable sens du suspense et de l’angoisse, l’atmosphère lourde et vénéneuse des marais de Floride.

Les enfants du crépuscule.png

Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ★

Avis : Attention les amis, il est possible que je ne sois pas tout à fait objective concernant ce roman, Brussolo étant l’un de mes auteurs préférés depuis que j’ai lu « Les emmurés ». D’ailleurs, « Les enfants du crépuscule » porte la signature de Serge Brussolo, qui se plait à flirter avec le genre fantastique.

Il y a d’autres points communs entre « Les emmurés » et « Les enfants du crépuscule », par exemple un personnage principal féminin avec une grande force de caractère. De plus, Serge Brussolo sait nous faire basculer dans une ambiance glauque, oppressante, voire malsaine. Il s’amuse avec le lecteur, qui termine par se perdre dans de multiples possibilités, lorsque la fin du roman approche, c’est notamment vrai pour celui-ci, le lecteur est désorienté et n’arrive à démêler le faux du vrai. Il en vient à douter de la santé mentale du personnage principal (je parle pour moi en fait 😂).

Dans « les enfants du crépuscule », il est question d’une maison de poupée géante (avouez que pour l’ambiance glauque et malsaine, le thème des poupées entre facilement dans le top 5) ! Dans les films « Annabelle », « The Boy » (l’actrice principale de ce film est Lauren Cohan, que vous connaissez peut-être mieux dans le rôle de Maggie dans Walking Dead), « Dead Silence », « Jeu d’enfant », ou « Les Poupées du Diable », les poupées nous montrent à quel point elles peuvent être effrayantes. Je suis certaine qu’il existe d’autres œuvres où les poupées sont mises en avant et toujours aussi inquiétantes, d’ailleurs, si vous en connaissez que je n’ai pas citées, vous pouvez me le dire en commentaire ! Bref, le thème en lui-même était déjà dérangeant, Brussolo a pourtant réussi à donner une nouvelle dimension à l’horreur avec sa maison de poupée. Au lieu de se pencher sur les poupées, Brussolo a préféré donner sa chance à leur maison, pour mon plus grand plaisir ! Je n’ai pas envie de m’étendre sur l’intrigue, parce que pour le coup j’ai été perdue et que c’est l’essence même de ce roman, il n’y a pas vraiment de scène si terrible que ça, mais c’est le fait d’être pris dans une toile de doute qui rend ce roman génial. Comme dans beaucoup d’autres œuvres de Brussolo, on est à la limite du fantastique. C’est-à-dire qu’on se demande si l’explication est scientifique ou paranormale. De plus, les personnages secondaires nous mettent vraiment dans un état de tension. Encore une fois, si j’en parle plus je risque de spoiler, je préfère résumer en quelques mots : malsain, mensonges et poupées. 😉

PUMPKIN AUTUMN CHALLENGEAnecdote : J’ai lu le roman dans le cadre du #PumpkinAutumnChallenge 2018. Aussi, en bonne Bookstagrameuse je voulais présenter mon livre, mais mon chat a pointé le bout de ses oreilles… J’étais obligée de faire un focus sur lui, après tout c’est ma star voleuse de Pim’s ! 🐱💕

Bonne lecture ! Signé C.