Judge – Yoshiki Tonogai

Résumé : Après avoir indirectement causé la mort de son propre frère, Hiro vit rongé par le remords. Deux ans ont passé quand il se réveille soudain dans le noir, menotté et coiffé d’un mystérieux masque de lapin. Au bout d’un couloir, le corps sans vie d’un adolescent, et sept autres victimes terrifiées, enfermées dans une étrange salle de tribunal. Mais aucun d’entre eux n’est vraiment innocent… Coupables d’un crime resté impuni, tous incarnent un des péchés capitaux : gourmandise, avarice, paresse, orgueil, luxure, envie et colère. Le procès peut commencer… À la fois juges et bourreaux, ils devront choisir toutes les douze heures celui d’entre eux qui sera sacrifié.

Judge

Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ★

Avis : Il s’agit du premier manga que j’ai lu et par conséquent le premier que je présente sur le blog. 👍

Ma lecture n’est pas récente : en rangeant ma bibliothèque j’ai remarqué les tomes et je me suis dit qu’il fallait que je vous en parle. J’ai également regardé le film, que je compte chroniquer comme je l’ai fait pour « La maison des damnés« .

Ce sont les masques qui m’ont attiré. Avouez que c’est super creepy et connaissant mon penchant pour les choses flippantes, vous vous doutez bien que je ne pouvais pas passer à côté de cette lecture. 🐷🐻🐶🐺🦁

Je n’ai pas découvert le poteau rose pendant la lecture, la fin a été pour moi totalement inattendue ! D’ailleurs pendant toute l’histoire je pensais savoir qui était à l’origine de l’emprisonnement de ces gens avec leurs masques, sauf qu’à chaque nouvelle théorie un élément venait la démonter. Je n’avais de cesse de me demander « Qui ? Pourquoi ? », sans trouver de réponse. Quoi qu’il me semble bien avoir eu l’impression d’avoir trouvé le coupable et son motif, d’où cette énorme surprise à la fin. 😱

La seule chose regrettable à mes yeux, bien qu’elle ne m’ait pas dérangé outre mesure durant la lecture, c’est que les décors étaient parfois assez vides. Ces six tomes restent quand même un énorme coup de cœur et une très bonne idée pour s’initier aux mangas !

Anecdote Puisque ce manga est fcking creepy, je vais vous dévoiler une anecdote qui aurait pu l’être si nous n’avions pas autant les pieds sur terre. En prenant une capture d’écran de la photo, je me suis retrouvée avec une image brouillée, ce qui est vraiment surprenant étant donné que c’est la première fois que ça m’arrive avec mon fidèle téléphone portable ! 👈 Ce n’est pas la nouvelle du siècle, je n’ai pas cru que j’allais mourir dans la journée, mais il faut bien que je complète la partie « anecdote ». 😉 Voici l’image : clic !

Bonne lecture ! Signé C.

The lying game – Sara Shepard [saga]

Résumé : Deux jumelles que tout sépare.
Une disparition mystérieuse.
Un jeu diabolique et dangereux.
Qui pourra en sortir indemne ?

Lying game.png

Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ☆

Avis : Quand j’ai commencé la lecture de ce roman je n’étais pas emballée du tout. Une adolescente américaine, des histoires de téléphone et de fringues, trop « young adult » pour moi. Puis j’ai passé le premier chapitre et là, la révélation, je n’ai plus décroché ! Il y a beaucoup de suspense, avec ce que j’appelle « le ping-pong du coupable », oui cela a sûrement un nom, mais vous comprenez ce que je veux dire. C’est que tour à tour tout le monde prend la place de suspect numéro un, jusqu’au moment où on ne sait plus qui ment et qui est coupable. Un peu comme dans « Les enfants du crépuscule » de Serge Brussolo. J’ai trouvé cette histoire moderne, grâce à la technologie, comme les téléphones, les ordinateurs, mais aussi le fait que l’enquête ne soit pas menée par un policier ou un journaliste comme finalement la plupart des livres qui se trouvent dans ma bibliothèque. C’est incontestablement une réussite. 😍📚

Quelques extraits du livre :

« Par contre, avoir une mère lui manquait : une présence stable et constante, quelqu’un qui connaissait son passé, espérait le meilleur pour son avenir et l’aimait inconditionnellement. Elle avait inventé la famille d’étoiles, non pas en se basant sur ce qu’elle avait connu, mais sur ce qu’elle aurait voulu connaître. »

« J’avais l’impression de regarder un film, à cela près que je ne pouvais pas huer les comédiens ni jeter de pop-corn sur l’écran. » (Je n’ai pas pour habitude de huer les comédiens ni de jeter mon pop-corn, cette phrase m’a fait rire rien que pour ça, c’est typiquement américain ce comportement ?)

« De près, il sentait la racinette. » (Non, cette phrase n’est pas intéressante, c’est simplement « racinette » qui m’a poussé à vous dévoiler. Je ne savais absolument pas ce que cela pouvait être. Il s’agit d’une boisson américaine, voici sa page sur Wikipédia, juste ici.)

« À une des fenêtres de l’étage, un autocollant réfléchissant indiquait : ENFANT À L’INTÉRIEUR. PRIORITAIRE EN CAS D’INCENDIE. Aucune famille d’accueil ne s’était jamais donné la peine de mettre ce genre d’autocollant à la fenêtre de la chambre d’Emma. » (Là aussi, choc des cultures probablement. Moi non plus mes parents n’ont jamais mis un tel autocollant sur ma fenêtre.)

« Un pot de paillettes rouges s’était renversé, répandant son contenu scintillant sur le sol. On dirait du sang de fée, songea Emma. »

Anecdote : Livre lu pour le Baby Challenge Thriller 2018 de Livraddict.

Bonne lecture ! Signé C.