Damned Master – Katayama Shuu

Résumé : Uni, jeune étudiant universitaire, est fréquemment sujet à la paralysie du sommeil qui lui fait voir des choses qu’il n’arrive pas à expliquer. Shishou, un professeur fan d’occultisme, va alors s’intéresser à son cas…

Note personnelle : ★ ★ ★ ☆ ☆

Avis : Je ne savais pas tellement à quoi m’attendre en commençant ce manga. J’imaginais une histoire avec deux hommes qui découvrent les ténèbres. Finalement, il s’agit d’un jeune homme qui semble voir des esprits, et qui décide d’aller partout où les gens disent qu’il y a des phénomènes paranormaux. C’est une accumulation de petites histoires horrifiques, comme une légende urbaine sur une main noire qui exaucerait les vœux si on la gardait sept jours, un trou étrange qui se forme sans arrêt dans le bac à sable d’une école, des appels étranges… Bref des petites histoires quoi !

Est-ce que cette obscurité vous effraie ? Fermez les yeux ! Voilà…

Damned Master – Katayama Shuu

Le tout début de l’histoire est très sympathique pour les fans d’horreur, mais la suite m’a semblée un peu légère, pas assez horrible, avec plus ou moins toujours les mêmes mécanismes. Le « Master » en question, ressemble surtout à un jeune homme en dépression qui joue à se faire peur. Il n’offre pas souvent de réponse concrète, souvent les chapitres finissent sur un « p’tête bin qu’oui, p’tête bin qu’non », magnifique expression qui ne fonctionne pas sans accent au passage. Il y a un moment où j’ai vraiment apprécié le personnage qui sortait enfin du mode « DarkSasukeDu59 », c’est quand il pète littéralement un plomb et décide de se faire une cure de ténèbres. Je vous mets la double page en question plus bas. J’avoue, j’ai rigolé.

Il y a un petit détail qui me plaisait beaucoup, c’est que la plupart des visages des personnages secondaires ne sont pas justement pas détaillés, par exemple un visage entièrement blanc avec un trait pour la bouche qui suffit amplement à comprendre le ressenti de cette personne. Et même toute une histoire contée avec des visages entièrement noirs, excepté le fameux détail qui permet de retranscrire l’émotion du personnage (que ce soit la joie, la tristesse, ou la peur par exemple).

Ses pupilles sombres fixaient l’horreur cachée sous l’obscurité.

Damned Master- Katayama Shuu

Il existe visiblement, si ma mémoire ne me trahie pas, sept tomes en VO et uniquement cinq en VF. En mauvaise chroniqueuse, je vous laisserais le soin d’aller vérifier si bon vous semble.

En somme, ce n’est pas un mauvais manga. Il manquait juste de profondeur pour moi. Je n’ai pas eu de frissons, sauf au début, et je n’ai pas tant aimé les personnages. Le vrai point positif pour moi c’est les dessins, notamment ceux des esprits, toujours noirs avec ces visages terrifiés, ça c’est bien.

Lu dans le cadre du Pumpkin Autumn Challenge 2021, menu « Automne frissonnant », catégorie « Gare, gare à la main de gloire ! » (Voleur, thriller, policier, superstition, horreur, épouvante)

Bonne lecture ! Signé C.

En quête de l’étrange : L’affaire Melmenac – Sélène Derose

Résumé : Lacura Obs était partie couvrir, pour le journal En quête de l’étrange, un sujet inédit autour de la mine présumée hantée de Melmenac et le destin tragique de cinq mineurs. Elle en revient brisée de corps et d’esprit. Son collègue, Jasper Vincens, accepte de poursuivre l’investigation et décide de se rendre à son tour dans cette mystérieuse bourgade, afin de faire la lumière sur cette affaire. Que peut-il bien se cacher derrière la brume de Melmenac ?

Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ☆

Avis : Le roman démarre sur les chapeaux de roues, nous découvrons une reporter tétraplégique, brisée et traumatisée suite à sa dernière enquête sur le terrain. Immédiatement, nous avons envie de savoir ce qui l’a mise dans cet état, avouez-le. Heureusement Jasper se rend à Melmenac pour enquêter à son tour et nous fournir, nous l’espérons, l’explication attendue.

Nous découvrons ensuite André Barvac, dont le frère est décédé en accompagnant Lacura Obs dans la mine présumée hantée. La famille Barvac est en deuil et nous pouvons voir diverses réactions, celle très calme et brave d’André, l’innocente de son fils Louis et celle plus violente d’Évelyne la mère du défunt. Celle-ci semble passer d’un état à un autre très rapidement, sautant d’une phase de deuil à l’autre, le déni, la colère, la tristesse…

Enfin au plus grand plaisir (et frisson) du lecteur, Jasper arrive à Melmenac. Je ne sais pas vous, mais cette brume qui semble tout engloutir m’a immédiatement fait penser à Silent Hill ! C’est donc avec joie que j’ai suivi Jasper dans cet endroit effrayant marchant dans ses pas, regardant par-dessus son épaule au rythme de la plume de l’auteure. Il n’est évidemment pas le bienvenue, cependant André et sa famille acceptent de l’héberger pour ne pas dire le séquestrer car à Melmenac personne ne sort après le couvre-feu. Pourtant, le petit Louis n’est pas dans son lit défait le lendemain de cette étrange nuit, première que passe Jasper dans le village.

Les recherches restes infructueuses. André et Jasper sont rejoints par une alliée bien étrange. Mélina, une médium dépêchée par journal pour aider Jasper dans son enquête. Tous les trois se jettent dans les mystères de Melmenac qui leurs réservent bien des surprises, autant qu’à nous. Jusqu’à la fin nous frissonnons ! D’ailleurs cette fin peu rester ainsi mais elle ouvre aussi la possibilité d’avoir une suite (que nous espérons tous).

Lu dans le cadre du Pumpkin Autumn Challenge 2021, menu « Automne des mystères », catégorie « Cabinet de curiosité » (Arts, sciences, musée, singularité, étrangeté).

Bonne lecture ! Signé C.

Pumpkin Autumn Challenge – Édition 2021

🍂 On prend les mêmes et on recommence mamène ! Merci Guimause pour cette nouvelle édition du challenge automnal. 🍂

Rejoignez la page Facebook où les participants sont ravis d’échanger leurs expériences de ce challenge. Cliquez ici pour y accéder. 🎃

Je vous laisse maintenant aux bons soins de Guimause pour vous expliquer le concept de ce défi (que vous connaissez probablement aussi bien que moi). De mon côté j’ai choisi de me prêter au jeu en prenant les quatre menus et en lisant trois livres (minimum) par menus, ce qui nous fait une PAL de 12 livres (minimum). Cet article étant en évolution constante, je vous mettrais les liens de mes chroniques sur ces livres. 📚

Cette année encore, j’ai créé un badge que je mettrai en bas des articles pour signaler qu’il s’agit d’une lecture du PAC.

Découvrez sans plus attendre ma pile à lire ! Quatre menus, trois livres par menus (sauf pour le menu « Automne des mystères » qui propose de lire quatre livres).


Les sous-menus sont les suivants (cliquez sur l’intitulé du sous-menu pour retrouver la chronique du livre) :

🍪 Eh Jiji, tu ne trouves pas que ça sent drôlement bon à la Gütiokipänja ! (Parcours initiatique, jeunesse, famille, nourriture)
Soul Kitchen – Poppy Z. Brite
🍪 Il suffit de se souvenir de rallumer la lumière (Feel Good, santé mentale, émotion)
Zen altitude – Sonia Dagotor
🍪 J’ai un dragon et je n’hésiterais pas à faire feu ! (Humour, décalé, Anthropomorphisme, animaux)
La femme parfaite est une connasse ! – Marie-Aldine Girard et Anne-Sophie Girard


Les sous-menus sont les suivants (cliquez sur l’intitulé du sous-menu pour retrouver la chronique du livre) :

Le destin perdu (Temps, horloge, énigme, puzzle, historique, steampunk)
Les huit coups de l’horloge – Maurice Leblanc
Les ruines de l’Atlantide (Conte moral, philosophie, récit métaphorique, mythes et légendes)
Précis de Mythologie Scandinave – S. Ricard
En avant Yvette Tempête ! (Aventure, archéologie, artefact, voyage)
Le Dernier Oracle – James Rollins
Cabinet de curiosité (Arts, sciences, musée, singularité, étrangeté)
En quête de l’étrange : L’affaire Melmenac – Sélène Derose


Les sous-menus sont les suivants (cliquez sur l’intitulé du sous-menu pour retrouver la chronique du livre) :

👻 Gare, gare à la main de gloire ! (Voleur, thriller, policier, superstition, horreur, épouvante)
Damned Master – Katayama Shuu
👻 Double, double, toil and trouble (Sorcière, pièce de théâtre, prophétie, tragédie)
Pigpen – Kim carnby
👻 Le folklore de Chipenden (Créature surnaturelle, fantastique, obscure, fantasy)
Aime ton prochain – Chida Daisuke


Les sous-menus sont les suivants (cliquez sur l’intitulé du sous-menu pour retrouver la chronique du livre) :

🧚‍♀️ « La lunette de pierre, c’est extra ! Quand on veut voir ce qui ne se voit pas. » (Petit peuple, féérie, nature, nature writting)
Les ailes d’Alexanne, Tome 1 : 4 h 44 – Anne Robillard
🧚‍♀️ Nom d’une dune (Écologie, anticipation, science-fiction, post-apocalyptique)
L’Île du docteur Moreau – H. G. Wells
🧚‍♀️ Princesse princesse (Inclusivité, LGBTQI+, féminisme)
Le Deuxième Sexe, tome 1 : Les faits et les mythes – Simone de Beauvoir


Avez-vous participé ou participez-vous cette année au Pumpkin Autumn Challenge ? Avons nous des lectures communes ? Avez-vous déjà lu ces livres ? 🎃

Vous trouverez juste ici ma PAL de l’année 2020. 📚 🍂

Bon challenge, Signé C.


Doubt – Tonogai Yoshiki

Résumé : Rabbit Doubt, un jeu sur téléphone portable qui fait fureur au Japon. Dans ce jeu le but est de débusquer le loup alors que vous faites partie des lapins. Et le loup utilise tous les subterfuges possibles pour créer la confusion et éliminer un par un tous les lapins. Mais pour ces cinq fans du jeu, il ne va pas tarder à virer au cauchemar. Yû, Mitsuki, Rei, Hajime, Eiji, et Haruka se réveillent enfermés dans une pièce et à leurs côtés le corps d’un camarade mort. Chaque adolescent a sur sa peau un code-barres tatoué qui leur permet à chacun d’ouvrir une porte, ce qui semble être leur seul espoir. Un loup se cache parmi eux. Et il faudra le démasquer avant d’êtres dévorés. Le trouverez-vous ?

4-42099_dripping-blood-clipart-dripping-blood-border-transparent-hd

Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ★

Avis : Un jour, un loup s’introduisit dans une colonie de lapins. Dès que les autres étaient endormis, le loup apparaissait sous sa vraie forme. Jour après jour, un par un, le loup tua et mangea les lapins. Les lapins, ne sachant pas qui était le loup, organisèrent un rendez-vous entre eux. Puis… Après concertation, ils désignèrent celui d’entre eux le plus susceptible d’être le loup déguisé, et le tuèrent. S’ils choisissent correctement, les lapins gagnent. S’ils se trompent tous les lapins seront rués et mangés par le loup. Ceci est l’histoire d’un drôle de jeu. 🐰🐰🐺🐰🐰

Les premières pages expliquent le concept du jeu sadique auquel vont devoir jouer nos héros. Un jeu qui ressemble au célèbre « Loups-garous de Thiercelieux ». Des adolescents jouant à ce jeu sur téléphone se retrouvent pour faire un karaoké (sachez que c’est une activité plus répandue au Japon qu’en France). Durant cette rencontre ils sont kidnappés et se réveillent dans un endroit qui leur ait inconnu. La suite du manga et évidemment, du jeu, se déroule en huis clos. Un concept classique dont je ne me lasse pas !

Pour ceux qui auraient déjà lu « Judge » du même mangaka, autant les dessins que le principe se ressemblent. J’ai préféré Judge, je ne saurais pas dire pourquoi. Peut-être pour la diversité des masques ou l’intrigue plus complète. D’autant plus que je n’ai pas tellement été surprise par cette fin, qui ressemble également à celle de Judge (enfin, un peu… On sent qu’un seul cerveau à trouvé les deux histoires).

Bref, je n’ai finalement pas grand chose à en dire. Je conseille juste de lire celui-ci en premier, Judge étant meilleur à mes yeux. Dans tous les cas, il s’agit d’un excellent travaille, nous pouvons malgré tout saluer les efforts que déploie le mangaka pour nous divertir.

Anecdote : Lu en scan sur Internet. 🤫

Bonne lecture, Signé C.