Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire – John Jonasson

Résumé : Franchement, qui a envie de fêter son centième anniversaire dans une maison de retraite en compagnie de vieux séniles, de l’adjoint au maire et de la presse locale ? Allan Karlsson, chaussé de ses plus belles charentaises, a donc décidé de prendre la tangente. Une chose en entraînant une autre, notre fringant centenaire se retrouve à trimbaler une valise contenant 50 millions de couronnes dérobée – presque par inadvertance – à un membre de gang.

Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire.png
Note personnelle : 
★ ★ ★ ★

Avis : Qu’est-ce que j’ai rigolé en lisant ce roman ! Dites adieux aux pantoufles, vous aurez besoin de baskets pour suivre le rythme de ce centenaire. 😂

Le roman dans le roman, c’est un concept ! Nous avons donc l’histoire de la vie d’Allan d’un côté, de sa naissance à sa fugue, ainsi que la folle histoire qui commence le jour de son centième anniversaire, qui sera ponctuée de rencontres avec des personnages tout aussi haut en couleurs. Un ancien escroc, un vendeur de hot-dogs, une quadragénaire rousse au langage ponctué d’injures, un chien et une éléphante, qui se baladent avec un gros paquet d’argent appartenant au gang Never Again. Ils sont bien entendu pris en chasse par la police ainsi que par les membres du gang ! Mais décidément, ce groupe hétéroclite semble impossible à arrêter, grâce en partie à une chance arrogante. 😉👍

Se mélange à ce « présent » très agité, le passé d’Allan qui est tout aussi palpitant, babelio va se charger de vous le raconter pour moi « Grâce à son talent pour les explosifs, Allan Karlsson, individu lambda, apolitique et inculte, s’est ainsi retrouvé mêlé à presque cent ans d’événements majeurs aux côtés des grands de ce monde, de Franco à Staline en passant par Truman et Mao…« . Je ne dirais pas qu’Allan est inculte pour ma part, quoi qu’inculte ne veut pas dire stupide, dans tous les cas il fait preuve d’une grande intelligence, quant à la culture je n’ai pas ressenti qu’il en manquait. Par contre, je dirais qu’il a un sérieux penchant pour l’alcool et la nourriture ! Incontestablement ce qu’on nomme un « bon vivant » et d’ailleurs qui mieux que lui peut nous dire ce qu’est être vivant… Le personnage a un flegme incroyable qui le sort d’un paquet de situations épineuses. ☺

Pour résumé, si vous avez un coup de blues ouvrez ce roman, quand vous l’aurez refermé, vous aurez la banane ! 🍌

Anecdote : J’ai gardé ce roman dans ma PAL très longtemps avant d’enfin me décider à le lire. J’ai même retrouvé le ticket à l’intérieur ! Acheté visiblement le 14/04/2017 à 16h05, lu plus de deux ans plus tard. 😂

Bonne lecture ! Signé C.

Dompteur d’anges – Claire Favan

Résumé : Condamné pour un meurtre qu’il n’a pas commis, Max Ender a été jeté en pâture à ses codétenus par ceux-là mêmes censés assurer l’ordre et la discipline au sein de la prison. Lorsqu’il est reconnu innocent et libéré, ce n’est plus le même homme. Il n’a désormais plus qu’une seule idée en tête : se venger de cette société qu’il hait par-dessus tout.

Dompteur d'anges.png

Note personnelle : ★ ★ ★ ★

Avis : J’ai découvert Claire Favan grâce au Baby Challenge Thriller de Livraddict 2018, avec son roman « Le tueur intime ». Nous suivions la métamorphose de Will Edwards en un psychopathe tueur de femmes, puis sa vie en tant que tel. Là aussi nous voyons la naissance d’un psychopathe, assoiffé de vengeance, rendu violent et manipulateur suite à une erreur judiciaire qui l’enverra cinq ans en prison où il sera torturé par ses codétenus.

Dans ce roman, Claire Favan fait un petit clin d’œil à un autre auteur français, Olivier Norek, en choisissant son nom pour nommer le personnage du coéquipier de Nick Lebel dans la série « Sans pitié ni territoire », série préférée de Suzy Keaton, celle qui deviendra la petite amie de notre cher Max Ender. On retrouve aussi le personnage principal de la saga écrite par Olivier Norek dans les romans « Code 93 », « Territoires » et « Surtensions » : Victor Coste, page 333, pour nommer un des campeurs. Claire Favan cite également Olivier Norek dans ses remerciements à la fin du roman pour ses conseils d’écriture. Ce qui ne me surprend finalement pas, parce que lorsque je me souviens avoir mentionné que j’aimais le fait qu’il nous donne la version des criminels afin de leur rendre un peu d’humanité contrairement aux autres thrillers qui se passent essentiellement dans la peau d’un enquêteur. On avait cette « double vision » des deux camps. Claire Favan dans ce roman et le roman « Le tueur intime » montre la naissance d’un psychopathe, comment la vie l’a rendu ainsi. Karine Giébel effectue la même prouesse qu’Olivier Norek dans « Purgatoire des innocents » en montrant l’affrontement de deux camps. C’est une belle génération d’auteurs français qui explore une facette du crime qui est fascinante, effrayante et qui provoque des contradictions dans ce que peut ressentir le lecteur.

Le roman est scindé en deux, une partie sur la naissance du psychopathe Max Ender et de ses anges qui sont au nombre de trois, puis une partie plus focalisée sur l’un d’entre eux, Cameron. Ce roman est bouleversant. D’autant plus que je ne trouve pas ça totalement surréaliste. La psychologie humaine est tellement complexe qu’il n’est pas impossible de devenir un tueur suite à un traumatisme comme des années de violence en prison. Si la personne est « intelligente » (je devrais plutôt dire manipulatrice et calculatrice car tous les gens intelligents ne sont pas forcément manipulateurs, ni calculateurs), elle en deviendra redoutable, voire intouchable. La manipulation et le formatage de jeunes esprits sont aussi plausibles.

Vous êtes-vous demandé comment vous réagiriez dans cette situation ? S’il était possible de vous rendre obéissant au point de faire de vous des tueurs en série ? Bien entendu je me suis posée la question et me suis insurgée, plutôt mourir que d’obéir, n’est-ce pas ? Mais qui peut dire que sa réaction sera la même quand il sera confronté à la faim, la violence, la peur et aux manipulations d’un esprit malade ? Malgré mon envie de clamer que dire que je suis capable de résister à tout ça, je ne peux pas le confirmer (et je ne le souhaite pas, avis aux psychopathes, je ne suis pas une cible intéressante, merci). Je vous laisse en vous conseillant vivement les romans de Claire Favan. ❤

Anecdote : Roman lu dans le cadre du Baby Challenge Thriller de Livraddict 2019. Et par pur plaisir aussi ! 😊👍

Bonne lecture ! Signé C.

TAG PKJ – Janvier 2019

Vive le vent, vive le vent, vive le vent d’hiver, qui s’en va sifflant, soufflant dans les grands sapins verts ! ❄

 Premier #tagpkj de l’année ! 

Je suis heureuse qu’il sorte celui-ci. Je me demandais ce qu’on nous avait réservé pour ce premier tag pkj de l’année. Voici les questions :

1) Le livre le plus attendu de l’année.

outsider-stephen-king-albin-michel.jpg

Il était annoncé pour février 2019, finalement il devrait être publié le 30/01/2019 ! Le petit dernier de Stephen King : L’Outsider. 😱

2) Un livre PKJ.

9782266280761ORI.jpg

Nevermoor, pour sa couverture qui me fait baver depuis un bon moment. ☂

3) Une série que vous aimeriez terminer.

916yuwh1uyl

Il me reste encore neuf tomes, dont un est prévu dans le ColdWinterChallenge 2018 ! ❄

4) Une nouvelle série que vous aimeriez découvrir.

51jB4XYWzYL._SX307_BO1,204,203,200_.jpg

J’en ai entendu parler, notamment pendant le PumpkinAutumnChallenge 2018 ! 🎃

5) Un livre d’un auteur que vous n’avez jamais lu auparavant.

51oh9mqlbml._sx303_bo1,204,203,200_

Ma sœur m’a souvent conseillé de lire les romans de Douglas Kennedy, peut-être cette année ? 😉📚

6) Un livre que vous vouliez lire en 2018 mais dont vous avez repoussé la lecture.

417BAiqsaXL._SX329_BO1,204,203,200_.jpg

Délicieuse de Marie Neuser, peut-être qu’un challenge me donnera l’occasion de l’ajouter à ma PAL. 📚📚📚

7) Le nouveau livre d’un auteur dont vous avez lu tous les livres (ou presque).

41-Sc7iEM4L._SX343_BO1,204,203,200_

J’adore les romans de Maxime Chattam, celui-ci doit impérativement venir compléter ma collection. ❤

8) Un livre qui sort un peu de vos lectures habituelles (genre différent).

Les-enchantements-d-Ambremer.jpg

C’est plus pour l’univers Steampunk que je ressens en regardant la couverture.

9) Un livre qu’on vous a conseillé.

51Opq0Lt9bL._SX307_BO1,204,203,200_.jpg

Et ça fait des années qu’on me dit de le lire… 😅

10) Un livre qui vous fait envie à cause de sa couverture.

512w9rcgcgl._sx303_bo1,204,203,200_

J’ai craqué en voyant la couverture, peut-être parce qu’elle reste sobre, et que je la vois fréquemment dans mes fils d’actualités pour le fameux ColdWinterChallenge 2018. 😍

11) Un livre écrit par un auteur de votre nationalité.

code-93

Olivier Norek, le coup de cœur 2018 ! ❤❤❤

12) Un livre que vous avez déjà lu en 2019.

51ZPBno8-yL._SX320_BO1,204,203,200_

Ce n’est pas le premier lu, mais le premier coup de cœur de cette année. ❤😍📚

Signé C.

Rendez-vous le mois prochain pour le #tagpkj de février ! En attendant, voici la publication Twitter ⬇⬇

 

Fractures – Franck Thilliez

Résumé : Alice sait que quelque chose ne tourne pas rond dans sa tête. Son psychiatre à l’hôpital de Lille doit lui révéler le résultat d’un an de traitement. Mais les événements étranges se multiplient autour de la jeune femme : cette photo récente de sa sœur jumelle, pourtant morte dix ans auparavant, son père, agressé chez lui à l’arme blanche, et qui prétend avoir tenté de se suicider, ce chemisier ensanglanté qu’elle découvre dans sa douche et à propos duquel elle n’a pas le moindre souvenir, cet homme retrouvé nu dans un abribus et qui semble avoir vu le diable en personne. En un mot, Alice vient de prendre un aller simple vers la folie…

Fractures.png

Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ★

Avis : Un coup de cœur pour ce roman traitant avec habilité de maladie mentale. Je tiens à souligner qu’Alice Dehaene l’héroïne de ce roman, existe bel et bien, cependant, l’histoire est quant à elle totalement fictive. Vous pouvez retrouver son blog (consacré à sa rencontre avec Franck Thilliez) juste ici.

Je ne sais pas comment parler de ce roman sans spoiler, aussi, je vais me contenter de vous assurer qu’il y a dans ces pages beaucoup de suspense et de l’action. Une autre chose que j’aime particulièrement, c’est le « mixte des visions » (les termes doivent exister en littérature, malheureusement, je n’ai pas étudié cela, alors, il faudra vous contenter de mon langage de chroniqueuse lambda), on passe de l’histoire du point de vue du médecin Luc Graham, à celui d’Alice, puis Dorothée, ce qui permet au final de comprendre l’histoire dans son ensemble mais à l’allure imposée par l’auteur.

Il y a aussi un mélange dans les temps, un fait vu par un personnage qui en croise un autre, comment « l’autre » en est arrivé là, etc. Je suppose que là aussi il s’agit d’un style particulier qui a un nom en littérature. Si quelqu’un a des connaissances en la matière, je suis preneuse !

Je termine cet article en vous conseillant vivement de dévorer ce chef-d’œuvre. 

Anecdote : J’ai trouvé ce roman dans la bibliothèque de ma maman, qui, par un heureux hasard, l’avait en deux exemplaires ! Voilà qui rééquilibre les bibliothèques, un exemplaire chacune et les livres seront bien gardés. Aussi, j’avais tweeté une petite phrase, qui se voulait ironique et qui mentionnait l’un des personnages, j’ai préféré la retirer parce qu’il devient très important ce petit point à la fin du roman. 🙃📚

Bonne lecture ! Signé C.