Viscères – Mo Hayder

Résumé : Il y a quinze ans, deux amoureux ont été retrouvés sauvagement éviscérés dans le bois attenant à la maison de campagne des Anchor-Ferrers. Le principal suspect, qui a avoué les crimes, est depuis sous les verrous. Mais aujourd’hui, alors que Oliver, Matilda et leur fille, Lucia, n’ont pas oublié cette découverte macabre, l’histoire se répète, plongeant la famille dans la terreur.

frise (2)

Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ☆

Avis : Birdman (2000), Tokyo (2005), ou Pig Island (2007), Mo Hayder sait ce qui va captiver le lecteur et le garder en haleine. Ce thriller qui alterne entre le huit clos et l’enquête menée par l’inspecteur Jack Caffery huis clos n’échappe pas à la règle.

Un « home-jacking » qui se déroule sur plusieurs jours.

La famille Anchor-Ferrers vient d’arriver dans sa résidence secondaire. Composée des parents et de Lucia, jeune femme dépressive, elle va très vite découvrir des viscères accrochées dans un arbre de leur jardin, découverte qui va semer les graines de l’angoisse.

Deux flics débarquent dans la maison. D’abord rassurés par leur présence, la famille se rend rapidement compte que ces deux hommes ne sont pas qui ils prétendent être, mais il est déjà trop tard.

Nous suivons donc le calvaire de cette famille séquestrée, soumise à de nombreux sévices psychologiques. Chacun dans une salle, ne sachant comment vont les autres… Le père écrit le plus d’informations possibles sous un tapis, espérant qu’un enquêteur trouvera ses indices pour arrêter les deux criminels, et la mère jette le chien de la famille dans un conduit, quitte à le blesser, pour qu’il ramène de l’aide. L’animal sera d’ailleurs récupéré par Jack Caffery, qu’on suit tout au long de son enquête. Le lecteur est sous pression, il espère que Caffery trouvera la famille en vie.

Dans cette ambiance oppressante, l’intrigue se dévoile petit à petit. Quelques indices nous mettent sur la voie du dénouement, néanmoins il fallait être assez observateur pour comprendre ce qu’il se passait réellement dans cette maison… En effet, l’auteur réussit à créer la surprise dans les derniers chapitres.

Vous serez enchaînés au roman, comme la famille Anchor-Ferrers aux radiateurs !

Anecdote : Roman emprunté dans une boîte à livres, avant la crise sanitaire. Comme quoi, on y trouve parfois des perles.

Bonne lecture ! Signé C.