Les Elfes – Bernhard Hennen [saga]

Résumé : Les humains redoutent leur froideur apparente. Les nains craignent leur arrogance et les fuient comme la peste. Les orcs et les trolls ne voient en eux que du gibier… Mais qui sont vraiment les elfes ? Quel est le destin de ces êtres de légende ? Farodin et Nuramon, deux puissants guerriers elfes, sont envoyés en chasse par leur reine dans le monde des humains afin de terrasser un démon, fléau ancestral de leur race. Leur courage, leur amitié et leur loyauté seront rudement mis à l’épreuve dans cette quête, car tous deux aiment Noroelle qu’ils ont laissée derrière eux et qui devra affronter seule un funeste destin.

Les elfes.png

Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ☆

Avis : Je trouve que sa note Livraddict est bien trop basse (12/20). Je m’attendais du coup à une grande déception. Pas du tout ! Certes ce n’est pas un chef-d’oeuvre mais il est tout à fait sympathique, une fois passé les vingt premières pages. Je lui ai attribué la note de 15/20. Je peux comprendre que le rythme du début casse un peu l’ambiance, et ne donne pas envie de poursuivre, mais une fois lancé on ne peut pas s’arrêter, c’est très léger comme livre. C’est peut-être aussi son point faible. Parce que je sens moi aussi qu’il lui manque un petit quelque chose.

Cela dit, les elfes de Monsieur Hennen ont leurs coutumes, leur histoire, leur façon de faire et ils restent des personnages intéressants. Les descriptions m’ont permise de visualiser rapidement les lieux, les personnages ont des caractères différents les uns des autres, l’histoire connait des rebondissements, je n’ai pas grand chose à lui reprocher finalement.

Une histoire d’amour est très présente dans le premier tome. En effet, deux jeunes elfes souhaitent conquérir une demoiselle. Je pensais qu’ils aillaient se déchirer, mais finalement ils se soutiennent malgré tout. Je trouve que c’est très altruiste et ça augmente la note finale ! Il faut savoir parfois féliciter les auteurs pour les petites surprises qu’ils nous réservent.

PUMPKIN AUTUMN CHALLENGEAnecdote : Roman lu pour le #PumpkinAutumnChallenge 2018 dans la catégorie « automne enchanteur », sous-catégorie « Clochette, grimoire et chandelle (petit peuple, elfe) ». 🧝‍♂️

Bonne lecture ! Signé C.

Le songe d’une nuit d’octobre – Roger Zelazny

Résumé : Ce sera pendant l’horreur d’une profonde nuit, la dernière d’octobre. La lune sera pleine. On a un mois pour préparer le Jeu. Pour collecter les outils, déjouer les plans de ceux de l’autre camp, trouver l’endroit magique… L’enjeu est de taille : si ce sont les ouvreurs qui gagnent, alors les Anciens Dieux reviendront, et je ne vous dit pas la catastrophe ! Moi, Snuff le chien, je vous assure que je ne chôme pas. Entre mes rondes et les informations que je dois récolter, j’estime que je fais bien mon boulot. Notez, la chatte grise se débrouille bien aussi. Mais de quel bord est sa maîtresse ? That is the question… Quand Jack l’éventreur, Dracula, Raspoutine, Frankenstein et quelques autres s’affrontent – chacun aidé d’un compagnon à poil ou à plume-, on peut s’attendre à tout ! Surtout par une nuit de pleine lune…

Songes d'une nuit d'octobre.png

Note personnelle : ★ ★ ★  

Avis : Je n’ai trouvé que des livres d’occasion, il est possible que le prix ne soit plus le même sur Rakuten. J’aurais pu l’acheter dans un grand format avec une magnifique couverture marron, cependant, j’ai préféré le format poche, avec ses pages jaunies et sa bonne odeur de vieux livre.

Le roman est classé dans la science-fiction, mais je pense qu’il s’agit plutôt de fantastique. Pour une raison toute simple, dans les romans de science-fiction tout est expliqué par la science, dans ce roman les animaux parlent certes ça ne choque pas leurs maîtres (puisqu’il s’agit de Dracula et compagnie) mais théoriquement, même si on les croise que très peu, le reste du monde est « normal », les autres êtres-vivants ne savent pas que les protagonistes existent et vivent parmi eux.

Passons à l’histoire. La façon d’écrire de Roger Zelazny nous force à se laisser porter par le livre. On obtient les informations en même temps que Snuff, le chien de garde de Jack. Ce qui fait tout l’originalité du livre d’ailleurs, c’est de suivre ce « Jeu » en passant par les animaux, que ce soit un chat, un chien, un serpent, ou même un écureuil. On ne suit pas les joueurs humains mais leurs compagnons dans la découverte d’informations cruciales pour le soir d’Halloween, comme vous l’aurez compris. J’ai apprécié cet univers de calcul, de schéma, d’espionnage mais surtout ce « fairplay » entre joueurs. Le songe d’une nuit d’octobre est un livre à suspense. Jusqu’à la fin on doit simplement accepter que l’auteur nous guide. J’ai trouvé la fin malheureusement trop rapide, tout est révélé en quelques pages seulement.

Quelques phrases ont attiré mon attention (la narrateur est un chien nommé Snuff et le dialogue lui fait référence) :

« Je renversais la tête en arrière et me mis à hurler. Il ne remarqua rien. Tant pis. ça fait toujours du bien de hurler un bon coup quand on se sent frustré. »

« Il se mit à me caresser la tête et je réagis comme si c’était la plus belle invention de l’homme après le repas gratuit. »

« – Inutile, Snuff. Tu peux te dispenser de tes singeries – pour ne pas dire de tes chienneries. »

PUMPKIN AUTUMN CHALLENGEAnecdote : J’ai lu le roman dans le cadre du #PumpkinAutumnChallenge 2018  catégorie Trick or Treat. ☕

Bonne lecture ! Signé C.