Conan Lord – Serge Brussolo [saga]

Résumé : Londres, 1945. Les exploits de Conan Lord défraient la chronique. Qui est donc ce cambrioleur insaisissable qui signe ses forfaits en rayant les miroirs, comme si son image lui était insupportable ? Un nazi clandestin, un anarchiste ? Un soldat défiguré par la guerre et décidé à se venger ? Cependant, au square, le jeune Richard Shieldrake a lié connaissance avec un autre garçonnet, Tiny, lui aussi accompagné de sa nurse. Étrange enfant, celui-là, qui, une fois sorti du jardin, allume une cigarette et boit un coup. Quelque temps plus tôt, le cirque Paddington a brûlé dans les bombardements. On y exécutait pour appâter le public les numéros les plus dangereux…

Comtesse

Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ★

Avis : L’histoire se déroule dans un Londres d’après-guerre, en 1945 (soit quatre ans après la fin du « Blitz », un bombardement stratégique qui a eu lieu durant la Seconde Guerre mondiale), où nous allons suivre les aventures de Conan Lord, bien différent de notre cher Arsène Lupin, le gentleman cambrioleur. C’est un enfant, en apparence, issu du cirque Paddington (qui a malheureusement été détruit durant les bombardements) qui se fait accompagner de sa nurse, Peggy, durant ses cambriolages. Nous découvrons bien vite que Tiny, alias Conan Lord, est en réalité un adulte, souffrant de la thyroïde, qui lui fait conserver cette apparence d’enfant. Par conséquent, sa nurse, n’en est évidemment pas une. Peggy est l’ancienne dompteuse du cirque. Le duo est accompagné d’un troisième compagnon, Seth, l’ancien homme-obus. Nous ne verrons pas énormément ce dernier car à la suite d’un accident lors d’une représentation, il souffre désormais de crises qui le plonge dans une espèce de léthargie, le rendant inefficace.

La mission de notre duo improbable est de trouver et détruire un tableau, qui se trouve dans la résidence Shelton, tristement connue pour avoir vu naître le Coupeur de Tête. Celui-ci a décapité pas moins de cinq domestiques et une invitée. Par ailleurs, deux hommes enquêtant sur le tueur, s’accusant mutuellement d’être le coupable, se sont entre-tués dans la roseraie… Beaucoup de sang a coulé entre ces murs désormais considérés comme maudits.

Trouver ce tableau et le détruire est une tâche difficile à accomplir, si nous tenons compte du fait qu’elle est gardée dans un coffre-fort quasiment impossible à détruire et à ouvrir… D’autant plus que la famille Shieldrake ne leur facilite en rien le travail. Le jeune Richard est un tortionnaire qui va s’amuser à torturer Tiny, lui racontant des histoires de fantômes et autres dangers qui le guettent. Sa mère folle à lier est hantée par les souvenirs de cette époque tragique, par ailleurs cette femme est d’une jalousie maladive, mettant dans une très mauvaise posture la fausse nurse Peggy, qui est courtisée par le beau-père de Richard, homme obsédé par le mystère du Coupeur de Tête, qui s’enferme dans le coffre-fort impénétrable avec le fameux tableau qui est, parait-il, sur le point de lui livrer son honteux secret. Si cette œuvre est si importante, c’est que le nom du tueur y est mentionné dans un message crypté. Cependant, afin de ne pas rendre aux enquêteurs la tâche trop facile, le peintre, qui est également l’ancien jardinier de la résidence et qui connait l’identité du Coupeur de Tête, a décidé d’utiliser une substance qui noircit irrémédiablement dès qu’elle est exposé à la lumière. Les scientifiques ont découvert qu’elle pouvait néanmoins s’étudier à l’aide de lumière rouge, car celle-ci a un effet moindre sur la toile.

Dans une ambiance malsaine et angoisse, à huit clos dans la résidence où le fog semble ne jamais disparaître, où de simples roses rouges vous donnent la chair de poule, entourés d’antipathiques occupants, les deux saltimbanques vont tenter de mener à bien leur mission si généreusement rémunérée.

Brussolo et son style si particulier, flirtant avec la science-fiction dans des ambiances étouffantes, nous terrorise encore une fois avec son roman. Comme toujours, je ne peux que le conseiller, en grande fan de l’auteur. ❤

Anecdote : Acheté dans une librairie Boulinier, que je vous invite à découvrir pour ceux qui aiment les romans d’occasions. Site ici. Et pour l’image ici.

Bonne lecture ! Signé C.

Le Labyrinthe de Pharaon – Serge Brussolo

Résumé : Anathotep, pharaon hérétique, n’entend pas laisser la mort le déposséder de sa puissance ; c’est pourquoi il prépare ses funérailles comme on organise une expédition militaire et transforme son tombeau en forteresse capable de résister aux violeurs de sépulture. Mais d’étranges complots se préparent dans le monde des morts. Les pillards se pressent au seuil du labyrinthe défensif, tandis que Anouna, jeune embaumeuse de troisième classe, découvre qu’elle détient le moyen d’accéder au trésor funéraire de Pharaon, et que ce pouvoir, bien encombrant, va désormais placer sa vie sous le signe du danger. Cependant, à trop vouloir forcer les portes du royaume d’en bas, ne risque-t-on pas d’en rester prisonnier… à jamais ?

Le labyrinthe de Pharaon.png

Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ★

Avis : Un coup de cœur. J’ai tout aimé. Les personnages, les paysages, le thème, l’intrigue que je trouve particulièrement intelligente… J’aime aussi les couleurs de cette couverture ! 😂😍 #BrussoloAddict #Manquedobjectivité

Encore une fois Brussolo m’a éblouie. Certes, il a tendance a placer des passages gores qui gênent les âmes sensibles… Mais j’ai l’estomac suffisamment bien accroché pour ne pas pâlir devant quelques mots imprimant dans mon cerveau des images de chair en putréfaction ou d’odieuses mutilations. 😎 (je suis un peu plus crédible avec cet émoji n’est-ce pas ?)

L’histoire se déroule dans l’Égypte antique, époque que Serge Brussolo a irrémédiablement dû visiter pour la décrire avec autant d’aisance (bien entendu il a eu recours à une machine à remonter le temps, probablement fournie par René Barjavel). Le thème ne s’arrête pas aux pharaons, pyramides, sarcophages et autres emblèmes de cette époque, car un autre point est des plus important dans ce roman : les parfums. En effet, trois des quatre personnages principaux sont dotés de capacités olfactives hors du commun, leur permettant de sentir les odeurs les plus ténues, bien entendu cela est aussi un handicap, car leur nez leur pose bien des soucis lorsqu’ils sont soumis aux mauvaises odeurs. Si l’Égypte antique est bien au cœur du roman, l’intrigue elle, elle vous mènera par le bout du nez… 😉

Parlons des personnages principaux qui sont au nombre de quatre, ou plutôt parlons des deux qui m’intéressent le plus :
👉 Anathotep, le monarque hérétique (j’ai l’intime conviction que Brussolo s’est inspiré d’Akhenaton pour créer ce personnage, car lui aussi est considéré comme un pharaon hérétique et a de naissance le même nom que son père (AmenhotepIII qui ressemble légèrement à Anathotep du coup (des parenthèses dans des parenthèses, Inception Style))). Cet homme est tyrannique et égoïste, mégalomane, avec une peur de perdre son statut qui dépasse l’entendement, mais il est également d’une redoutable intelligence.
👉 Anouna, une parfumeuse de seize ans (elle en est à ce moment là déjà à la moitié de sa vie, car la population mourrait vers les 30 ans pour les travailleurs en tout cas, à cause des conditions de travail et des impôts qui plongeaient le peuple dans la pauvreté et la famine). Elle aussi a développé un odorat puissant, moins que Anathotep (et Dakomon qui l’un des personnages principaux, architecte de génie dont je ne vais pas parler outre mesure), qui la conduit tout de même au milieu du trio infernal qu’est celui des hommes mis en lumière dans le roman (manque Netoub dont je n’ai pas parlé, qui est le chef d’un groupe de voleurs sauvages et sadiques, connu pour avoir pillé de nombreuses tombes). J’ai remarqué que les rares chroniques sur ce roman décrivaient Anouna comme certes forte, mais un peu « cruche » voire « naïve », « faisant des choix idiots ». Ce n’est pas mon ressenti sur ce personnage. Je pense au contraire qu’elle est une personne fondamentalement gentille, dont les choix sont toujours les plus éthiques et généreux. Capable d’aimer profondément et de faire preuve de bienveillance en toute circonstance. Je l’ai adoré ! Cette femme est d’une douceur infinie, à la fois sensuelle et sauvage, débrouillarde, forte, intelligente (parce que non elle ne se laisse jamais abuser, elle ne fait pas preuve de naïveté, mais elle choisit toujours les autres à elle-même). Anouna ne peut être qu’un modèle pour nous.

Un point que j’apprécie dans l’écriture de Brussolo, est l’insertion des définition dans l’histoire, sans alourdir celle-ci, plutôt que de se rabattre sur un glossaire, qui force le lecteur à aller chercher ses réponses à la fin du roman.

MAGICAL SUMMER CHALLENGEAnecdote : Lu dans le cadre du Magical Summer Challenge 2019, menu « Rainbow Sparkle » catégorie « Unicorn Bag ».

Bonne lecture ! Signé C.

Les enfants du crépuscule – Serge Brussolo

Résumé : Curiosité locale, la maison de poupées géante de la famille McGregor attire les touristes de tous les coins de la Floride. Interminable labyrinthe, elle abrite des poupées d’une beauté étrange. On dit que le fantôme d’une petite fille y aurait trouvé refuge. Depuis quelque temps la mort guette tous ceux qui s’y intéressent d’un peu trop près. Quelqu’un se décidera-t-il enfin à aller voir ce qui se cache derrière cette façade rose bonbon ? Et si oui, en reviendra-t-il vivant ? Prix du roman d’aventures 1994 avec Le Chien de minuit, Serge Brussolo restitue, avec un insurpassable sens du suspense et de l’angoisse, l’atmosphère lourde et vénéneuse des marais de Floride.

Les enfants du crépuscule.png

Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ★

Avis : Attention les amis, il est possible que je ne sois pas tout à fait objective concernant ce roman, Brussolo étant l’un de mes auteurs préférés depuis que j’ai lu « Les emmurés ». D’ailleurs, « Les enfants du crépuscule » porte la signature de Serge Brussolo, qui se plait à flirter avec le genre fantastique.

Il y a d’autres points communs entre « Les emmurés » et « Les enfants du crépuscule », par exemple un personnage principal féminin avec une grande force de caractère. De plus, Serge Brussolo sait nous faire basculer dans une ambiance glauque, oppressante, voire malsaine. Il s’amuse avec le lecteur, qui termine par se perdre dans de multiples possibilités, lorsque la fin du roman approche, c’est notamment vrai pour celui-ci, le lecteur est désorienté et n’arrive à démêler le faux du vrai. Il en vient à douter de la santé mentale du personnage principal (je parle pour moi en fait 😂).

Dans « les enfants du crépuscule », il est question d’une maison de poupée géante (avouez que pour l’ambiance glauque et malsaine, le thème des poupées entre facilement dans le top 5) ! Dans les films « Annabelle », « The Boy » (l’actrice principale de ce film est Lauren Cohan, que vous connaissez peut-être mieux dans le rôle de Maggie dans Walking Dead), « Dead Silence », « Jeu d’enfant », ou « Les Poupées du Diable », les poupées nous montrent à quel point elles peuvent être effrayantes. Je suis certaine qu’il existe d’autres œuvres où les poupées sont mises en avant et toujours aussi inquiétantes, d’ailleurs, si vous en connaissez que je n’ai pas citées, vous pouvez me le dire en commentaire ! Bref, le thème en lui-même était déjà dérangeant, Brussolo a pourtant réussi à donner une nouvelle dimension à l’horreur avec sa maison de poupée. Au lieu de se pencher sur les poupées, Brussolo a préféré donner sa chance à leur maison, pour mon plus grand plaisir ! Je n’ai pas envie de m’étendre sur l’intrigue, parce que pour le coup j’ai été perdue et que c’est l’essence même de ce roman, il n’y a pas vraiment de scène si terrible que ça, mais c’est le fait d’être pris dans une toile de doute qui rend ce roman génial. Comme dans beaucoup d’autres œuvres de Brussolo, on est à la limite du fantastique. C’est-à-dire qu’on se demande si l’explication est scientifique ou paranormale. De plus, les personnages secondaires nous mettent vraiment dans un état de tension. Encore une fois, si j’en parle plus je risque de spoiler, je préfère résumer en quelques mots : malsain, mensonges et poupées. 😉

PUMPKIN AUTUMN CHALLENGEAnecdote : J’ai lu le roman dans le cadre du #PumpkinAutumnChallenge 2018. Aussi, en bonne Bookstagrameuse je voulais présenter mon livre, mais mon chat a pointé le bout de ses oreilles… J’étais obligée de faire un focus sur lui, après tout c’est ma star voleuse de Pim’s ! 🐱💕

Bonne lecture ! Signé C.