Pumpkin Autumn Challenge – Édition 2021

🍂 On prend les mêmes et on recommence mamène ! Merci Guimause pour cette nouvelle édition du challenge automnal. 🍂

Rejoignez la page Facebook où les participants sont ravis d’échanger leurs expériences de ce challenge. Cliquez ici pour y accéder. 🎃

Je vous laisse maintenant aux bons soins de Guimause pour vous expliquer le concept de ce défi (que vous connaissez probablement aussi bien que moi). De mon côté j’ai choisi de me prêter au jeu en prenant les quatre menus et en lisant trois livres (minimum) par menus, ce qui nous fait une PAL de 12 livres (minimum). Cet article étant en évolution constante, je vous mettrais les liens de mes chroniques sur ces livres. 📚

Cette année encore, j’ai créé un badge que je mettrai en bas des articles pour signaler qu’il s’agit d’une lecture du PAC.

Découvrez sans plus attendre ma pile à lire ! Quatre menus, trois livres par menus (sauf pour le menu « Automne des mystères » qui propose de lire quatre livres).


Les sous-menus sont les suivants (cliquez sur l’intitulé du sous-menu pour retrouver la chronique du livre) :

🍪 Eh Jiji, tu ne trouves pas que ça sent drôlement bon à la Gütiokipänja ! (Parcours initiatique, jeunesse, famille, nourriture)
Soul Kitchen – Poppy Z. Brite
🍪 Il suffit de se souvenir de rallumer la lumière (Feel Good, santé mentale, émotion)
Zen altitude – Sonia Dagotor
🍪 J’ai un dragon et je n’hésiterais pas à faire feu ! (Humour, décalé, Anthropomorphisme, animaux)
La femme parfaite est une connasse ! – Marie-Aldine Girard et Anne-Sophie Girard


Les sous-menus sont les suivants (cliquez sur l’intitulé du sous-menu pour retrouver la chronique du livre) :

Le destin perdu (Temps, horloge, énigme, puzzle, historique, steampunk)
Les huit coups de l’horloge – Maurice Leblanc
Les ruines de l’Atlantide (Conte moral, philosophie, récit métaphorique, mythes et légendes)
Précis de Mythologie Scandinave – S. Ricard
En avant Yvette Tempête ! (Aventure, archéologie, artefact, voyage)
Le Dernier Oracle – James Rollins
Cabinet de curiosité (Arts, sciences, musée, singularité, étrangeté)
En quête de l’étrange : L’affaire Melmenac – Sélène Derose


Les sous-menus sont les suivants (cliquez sur l’intitulé du sous-menu pour retrouver la chronique du livre) :

👻 Gare, gare à la main de gloire ! (Voleur, thriller, policier, superstition, horreur, épouvante)
Damned Master – Katayama Shuu
👻 Double, double, toil and trouble (Sorcière, pièce de théâtre, prophétie, tragédie)
Pigpen – Kim carnby
👻 Le folklore de Chipenden (Créature surnaturelle, fantastique, obscure, fantasy)
Aime ton prochain – Chida Daisuke


Les sous-menus sont les suivants (cliquez sur l’intitulé du sous-menu pour retrouver la chronique du livre) :

🧚‍♀️ « La lunette de pierre, c’est extra ! Quand on veut voir ce qui ne se voit pas. » (Petit peuple, féérie, nature, nature writting)
Les ailes d’Alexanne, Tome 1 : 4 h 44 – Anne Robillard
🧚‍♀️ Nom d’une dune (Écologie, anticipation, science-fiction, post-apocalyptique)
L’Île du docteur Moreau – H. G. Wells
🧚‍♀️ Princesse princesse (Inclusivité, LGBTQI+, féminisme)
Le Deuxième Sexe, tome 1 : Les faits et les mythes – Simone de Beauvoir


Avez-vous participé ou participez-vous cette année au Pumpkin Autumn Challenge ? Avons nous des lectures communes ? Avez-vous déjà lu ces livres ? 🎃

Vous trouverez juste ici ma PAL de l’année 2020. 📚 🍂

Bon challenge, Signé C.


Le chuchoteur – Donato Carrisi

Résumé : Cinq petites filles ont disparu. Cinq petites fosses ont été creusées dans la clairière. Au fond de chacune, un petit bras, le gauche. Depuis le début de l’enquête, le criminologue Goran Gavilla et son équipe ont l’impression d’être manipulés. Chaque découverte macabre les oriente vers un assassin différent. Lorsqu’ils découvrent un sixième bras, appartenant à une victime inconnue, ils appellent en renfort Milla Vasquez, experte en affaires d’enlèvement. Dans le huis clos d’un appartement, Gavila et ses agents vont échafauder une théorie à laquelle nul ne veut croire…

Note personnelle : ★ ★ ★ ☆ ☆

Avis : Décembre 2020 : Cher journal, haha, vous comprendrez plus bas. J’ai eu du mal à me mettre dedans. L’auteur n’y est pour rien sachez-le ! Il y a deux facteurs qui ont altérés mon expérience de lecture, et qui sont à prendre en compte avant de lire cet avis. Premièrement, le pauvre passe après un Grangé et un Hayder, que j’admire pour la fluidité de leur écriture. Ici nous avons un style un peu plus « dense », plus de métaphores peut-être, plus de personnages, je ne sais pas exactement pour quelle raison je l’ai trouvé moins digeste (au début en tout cas). Deuxièmement mon état physique et psychologique durant la lecture n’était pas le meilleur. Il se trouve que j’ai tourné les premières pages dans un état de fatigue intense, affectée par un nouveau confinement et ses conséquences.

Avril 2021 : Cher journal, it’s me again ! Cet article prends des allures de journal intime avec ces longues pauses. En effet, je continue l’article plusieurs mois plus tard, et pourtant, je n’arrive toujours pas à entrer dans le roman. Je lis quelques pages de temps en temps. J’ai bien essayé de me poser pour lire, mais rien à faire. Je n’arrive pas à m’attacher à ces deux personnages principaux, Goran et Mila, deux écorchés vifs, sur les traces d’une personne que j’assimile à Dexter (oui oui, celui de la série. Probablement parce qu’il leur livre des tueurs en série…). Je ne vois vraiment pas où Donato Carrisi veut nous emmener.

Juillet 2021 : Cher journal, j’ai enfin terminé. Je comprends maintenant où il voulait aller, haha. Je me suis habituée à son style durant la seconde partie du roman, mais il aura fallu attendre les dernières pages pour comprendre vraiment son génie. Cela dit ! Il est passé un peu vite sur les parties les plus intéressantes, comme l’histoire de Goran… Et il nous laisse sur un mindfuck. Même sans le savoir, il est facile de s’imaginer que ce roman a une suite. En somme, je ne peux pas décemment parler de ce livre. Il n’est qu’un début, ou, il est un début…

Octobre 2021 : Cher journal, je vais publier ! 😂 Le souci, c’est que pour l’instant je n’ai rien à dire. Ce premier tome pose les bases sur la suite. Nous verrons ce que je pourrais en dire quand « L’écorchée » aura rejoint ma bibliothèque (et ma longue liste des romans lus).

Anecdote : Livre d’occasion, trouvé chez Boulinier Bonne Nouvelle. 🥰

Bonne lecture, Signé C.

La ligne noire – Jean-Christophe Grangé

Résumé : Il existe, quelque part en Asie du Sud-Est, entre le tropique du Cancer et la ligne de l’équateur, une autre ligne. Une ligne noire jalonnée de corps et d’effroi…

blood

Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ☆

Avis : Un résumé de mon avis en deux mots : Top moumoute ! 😍 Grangé a toujours cette plume magique qui fait que le roman se lit avec beaucoup de fluidité. Nous avalons les pages sans nous en rendre compte.

Concernant l’histoire, cette fois, je ne suis pas déçue ! Le roman est divisé en trois parties : le contact, le voyage et le retour. Dans ces trois parties nous suivons Marc Dupeyrat, journaliste fasciné par les origines « du mal ». Lorsque le scandale de Jacques Reverdi, ancien apnéiste professionnel, éclate et qu’il est inculpé pour meurtre en Malaisie, Marc saute sur l’occasion.

Il se forge une fausse identité, celle d’une jeune femme. Le nom est emprunté à une étudiante, quant à la photo qu’il fera parvenir au tueur, il s’agit de celle d’une jeune mannequin encore méconnue, qui travaille avec son ami Vincent. Marc avance masqué, bien décidé à découvrir le déclencheur de la tuerie pour enfin comprendre pourquoi sa fiancée a été assassinée. Une correspondance commence entre Jacques et Marc/Élisabeth. Notre journaliste réussi à prendre le tueur dans ses filets, le voyage commence…

Nous parcourons ensuite l’Asie du Sud-Est, guidés par un Jacques Reverdi emprisonné. D’indice en indice, Marc découvre le modus operandi du tueur qui le conduira même sur une ancienne scène de crime. Tout au long de l’enquête nous découvrons un journaliste égoïste, manipulateur, prêt à tout sacrifier pour arriver à ses fins. Le protagoniste nous deviens de plus en plus antipathique. Quoi que cela est peut-être entièrement personnel…

De retour à Paris, l’angoisse augmente considérablement, jusqu’à la conclusion du roman. Cette partie est un peu trop rapide à mon goût, quant au retournement de situation… Ne me dites pas que vous ne l’avez pas vu venir depuis le début ! Grangé place Marc du côté sombre depuis le début et le laisse s’enfoncer dans les abymes. Les « vrais » protagonistes nous les voyons assez régulièrement, à mes yeux, il s’agit de Vincent et Khadidja. Pour résumer, je reprends mes premiers mots : top moumoute !

Anecdote : Roman trouvé d’occasion chez Boulinier Bonne Nouvelle. 🩸

Bonne lecture ! Signé C.

Skin – Mo Hayder

Résumé : Un rituel chasse l’autre… Alors que l’affaire du trafic de membres humains à tendance vaudoue est encore dans toutes les mémoires, on déplore des victimes d’un nouveau genre. Écorchées. Dépecées. On ne coupe plus, on épluche… Seul contre tous, le commissaire Jack Caffery croit encore y voir l’empreinte du Tokoloshe, ce minuscule démon africain, mi-animal mi-humain, pervers et insaisissable… Obsession paranoïaque ou non, de faux suicides viennent bientôt ajouter à sa confusion. Quant au sergent « Flea » Marley, plongeuse de la brigade subaquatique, elle a d’autres soucis en tête. L’un comme l’autre sont encore loin de s’imaginer vers quelle monstrueuse réalité ils s’acheminent. Leurs pires cauchemars risquent bien, cette fois, d’avoir leur peau…

Frise_Illustration_Article_Skin

Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ☆

Avis : Ce roman fait partie d’une saga (Jack Caffery), il s’agit du quatrième tome. Comme d’habitude, je n’ai pas du tout suivi l’ordre ! J’ai commencé par le 7ème et visiblement dernier tome (Viscères que vous pouvez retrouver ici) puis celui-ci. Cela dit ça ne pose pas de souci, il n’y a pas de spoil violent comme dans « Le bonhomme de Neige » de Jo Nesbo (je sais, je suis rancunière)…

Au commencement, un cadavre et une disparition. Traditionnel ! Comme une bonne baguette tout juste sortie du four. Sauf qu’ici vous n’aurez pas l’eau à la bouche, sinon il faut consulter. D’urgence. Je ne rigole pas…

L’histoire est scindée en deux. D’un côté Caffery qui se voit confier une enquête, retrouver une femme disparue. Bien entendu, il n’a aucune envie de se pencher sur ce dossier, il préfère largement cette histoire de cheveux volés sur le cadavre d’un homme qui vient de se suicider. Son supérieur lui accorde une semaine pour régler cette histoire. D’un autre côté Flea, de la brigade subaquatique. Elle va devoir surmonter l’insurmontable ! Cette dernière retrouve un cadavre dans le coffre de sa voiture. Celui d’une femme. Celle que Caffery devait initialement rechercher.

J’ai eu une préférence pour la partie de Flea, qui va passer de justicière à criminelle à son insu. Un passage m’a particulièrement marqué : la confrontation avec son frère. C’est lui qui a renversé et placé la femme dans le coffre de sa sœur. Il va bien entendu refuser d’assumer son crime. Pire encore, sa conjointe va menacer Flea de lui coller cet accident sur le dos. Si vous suivez régulièrement le blog, vous n’êtes pas sans savoir que l’injustice me rend dingue de colère. Pour la réparer au plus vite, j’ai dévorer le livre. Malheureusement, Flea se débrouillera seule pour faire disparaître le cadavre de la femme. Caffery le dévouvrira d’ailleurs, mais il va couvrir la jeune femme.

Pour la partie de Caffery, si ma mémoire est bonne (un peu de retard dans l’écriture des articles), on perd très vite l’idée du démon africain, le Tokoloshe, pour une explication plus cartésienne. Ce qui n’est pas pour me déplaire. Toute l’enquête se déroule avec fluidité. Absorbée par la partie Flea, je n’ai pas cherché le coupable, je me suis laissée porter par l’histoire. Il se retrouve dans de sales draps à la fin du roman. Rassurez-vous, il trouvera une aide particulièrement inattendue, puisqu’il s’agit d’un immigré, celui qu’il traquait pensant suivre les traces du Tokoloshe ! Il va également être le gardien du secret de Flea.

Nous retrouvons aussi un personnage récurrent : Le Marcheur. J’apprécie ce personnage, même si je le vois comme une sorte de « facilité » dans l’écriture. L’enquête piétine ? Un petit feu de camp, une gamelle pleine et hop Caffery à une illumination. Je ne vais pas trop le critiquer tout de même. C’est grâce à son discours que Caffery décide de couvrir Flea.

J’ai découvert l’auteure par hasard, en trouvant le roman Viscères dans une boîte à livres. Honnêtement, je ne pensais pas tenir entre mes mains un tel bijou. Quand j’ai vu « Skin » dans l’un des grands bacs à livres de la boutique Boulinier, j’ai sauté sur l’occasion ! Je ne peux que vous conseiller de vous y mettre si vous n’en avez pas encore lu (si c’est le cas, vous venez de vous spoiler en beauté). Vous retrouverez d’autres chroniques sur les romans de Mo Hayder sur le blog, c’est une certitude.

Anecdote : Livre d’occasion, trouvé chez Boulinier Bonne Nouvelle. 🥰

Bonne lecture, Signé C.