Il court, il court, le furet – M. J. Arlidge [saga]

Résumé : Southampton, quartier rouge. Le corps d’un homme est découvert. Atrocement mutilé, le cœur arraché. Peu de temps après, un colis est déposé au domicile de la victime. Sur un écrin de journaux, repose… son cœur. Bientôt, un autre corps est retrouvé. Même mise en scène macabre. La peur s’empare de la ville. Pain bénit pour les tabloïds, le tueur en série est bientôt comparé à Jack l’Éventreur. Pourtant, ce ne sont pas les prostituées qui sont visées mais leurs clients. Les victimes, des hommes en apparence bien sous tout rapport, fréquentaient tous en secret les bas-fonds de la ville. Le commandant Helen Grace est chargée de l’enquête. Le tueur est déchaîné. À elle de l’arrêter avant qu’il ne frappe à nouveau.

Il court il court le furet.pngNote personnelle : ★ ★ ★  

Avis : J’ai commencé par « Am Stram Gram » du même auteur. Pour une fois j’ai lu les romans dans le bon ordre (mais vous le savez, une fois n’est pas coutume, sinon le « oups j’ai commencé par le tome 4 » ne serait pas un runing gag sur ce blog). J’ai trouvé ce roman un poil moins bon que le premier, sans être mauvais pour autant ! J’avoue que je risque d’avoir un peu de mal à vous faire une chronique correcte, étant donné que le livre ne m’a pas spécialement marqué et que j’ai repoussé l’écriture de la chronique pendant un long moment.

Nous retrouvons Helen Grace, ça je m’en souviens, un officier de police atypique, au fort caractère qui enquête dans la ville de Southampton, dans le comté d’Hampshire. Pour la petite anecdote et ceux qui n’aiment pas la géographie, sachez que cette ville existe bel et bien ! Elle est située en Angleterre. Vous voyez Liverpool ? Eh bien, c’est à l’opposé, sur la côte sud de l’Angleterre. 😂

Revenons à Helen Grace. Grande, motarde, avec un caractère bien trempé. Autant dire que c’est un personnage charismatique qui fait du bien au moral des féministes, merci Matthew ! Cependant, notre chère Helen a changé. Plus dure et sèche en public, une femme forte qui refuse de faire tomber son masque, sauf, bien entendu, dans l’intimité où l’on découvre sa sensibilité. Presque une double personnalité ! Je me demande bien dans quel état sera Helen dans le troisième tome. Je suis ravie que la psychologie du personnage évolue avec les événements de l’histoire.

Justement, l’histoire, nous y venons. Dans ce second tome, elle est plus classique, mais nous découvrons en profondeur la personnalité d’Helen. Découvrir ce personnage compense le fait que l’intrigue soit moins étonnante. En effet, les personnages sont mis à nu, l’émotion est plus présente. Je suis tentée de comparer les deux livres dans cet article… Je vais m’abstenir, sinon qu’aurais-je à dire lorsque je chroniquerai « Am Stram Gram » ? 😉

En somme, je conseille de le lire dans la continuité du premier roman et non pas comme un one-shot, cela risquerait de décevoir certains lecteurs.

Anecdote : Je suis certaine de ne plus avoir besoin de vous présenter Nidalee, ma jeune chatte. Croyez-vous qu’elle sache que son intrusion sur la photo va à merveille avec le titre ? Elle court, elle court, ma chouquette ! 😍 📚 Offert par mon amoureux à mon anniversaire.

Bonne lecture ! Signé C.

Dernier soupir – Lisa Jackson [saga]

Résumé : Selena Alvarez et Regan Pescoli le savent depuis longtemps : la réalité se fait parfois plus noire que nos cauchemars les plus sombres. Par exemple lorsque le shérif Grayson, leur chef dans la police de Grizzly Falls, est victime d’une tentative de meurtre et se retrouve entre la vie et la mort : un sniper a tenté de l’abattre alors qu’il sortait de son chalet dans les hauteurs de la ville. Sous le choc, les deux inspectrices se demandent très vite s’il existe un lien entre cette tentative d’assassinat et le meurtre récent de la juge Samuel-Picquard, dans les bois de Grizzly Falls. Et si les deux affaires sont liées, quelles peuvent bien être les motivations de ce tueur froid, implacable qui, elles le pressentent, ne s’arrêtera pas là ?

Dernier soupir.png

Note personnelle : ★ ★

Avis : Encore une fois je tombe sur un roman issu d’une série de roman, c’est un running gag sur ce blog ! Il s’agit donc du cinquième tome de la saga « Alvarez et Pescoli » de Lisa Jackson.

Ces deux inspectrices collaborent pour trouver la personne qui a tiré sur leur supérieur, le shérif Dan Grayson. L’histoire commence (et termine) sur les chapeaux de roues contrairement à beaucoup de romans, mais se calme très vite. On passe d’une multitude d’actions et de tensions à des histoires de famille et une enquête basée essentiellement sur des témoignages et des interrogatoires.

Les quelques passages dans la peau du tueur, sans connaître son identité sont intéressants cela dit. J’aime beaucoup me plonger dans la psychologie des tueurs, comprendre leurs raisons et leur mode de fonctionnement, notamment parce que de mon point de vue le meurtre et la violence restent des comportements trop extrêmes et donc presque incompréhensibles.

Vous l’aurez compris, je n’ai pas énormément apprécié cette lecture. Je souhaite quand même laisser une chance à cette saga, qui commençait pourtant bien. Peut-être est-ce uniquement ce tome qui manque de rythme. Dans tous les cas, n’hésitez pas à vous faire votre propre avis. 😉

COLD WINTER CHALLENGEAnecdote : Roman lu dans le cadre du #ColdWinterChallenge 2018 menu « Stalactites ensanglantées » rapportant trois points. C’est la dernière lecture de ma PAL officielle. 🏆 P.S. : La photo n’est pas de moi mais du compte Instagram @chris_pleack à voir ici.

Bonne lecture ! Signé C.

Sur tes traces – Karen Rose [saga]

Résumé : La psychologue Faith Frye exerce un métier à haut risque: la prise en charge des déviants sexuels. Parmi eux, se cache certainement l’homme qui la traque avec acharnement depuis qu’elle l’a envoyé en prison, et qui tue au gré de ses besoins pour se rapprocher d’elle. Elle se réfugie dans la maison familiale dont elle vient d’hériter. Inhabitée depuis vingt ans, isolée, cette maison représente pour Faith la chance et l’espoir d’échapper à l’horreur d’une vie hantée et de sauver sa peau. Mais à peine arrivée, Faith est plongée dans un nouveau drame : une jeune fille, nue, s’écroule devant sa voiture. Elle semble avoir surgi du sous-sol de la demeure… Sur tes traces explore le thème de la maison isolée, lieu par excellence des déviances cachées, des secrets de famille et des souvenirs traumatisants.

Sur tes traces.png

Note personnelle : ★ ★ ★ ★

Avis : J’ai apprécié cette lecture, excepté deux petits détails m’ont dérangés… Le premier c’est les passages érotiques. Je suis hermétique à ce genre de passages. Ils ont beau être très bien exécutés (je les trouve certes sensuels et ils ne m’ont pas choqué), mais ils ne m’intéressent pas. Je suis habituée aux thrillers psychologiques, parfois avec une histoire d’amour sous-jacente, mais dans celui-ci l’histoire d’amour est très présente et ce dès le début où on sent l’attirance des deux personnages principaux.

Le deuxième détail, c’est l’aspect physique des personnages, les deux personnages principaux ont en effet un physique atypique qui me gêne dans le sens où je prends toujours ces détails comme un moyen de combler le manque de profondeur d’un personnage. C’est tout à fait personnel. Aussi, je trouve que malgré tout les personnages ont une psychologie qui a bien été construite. Ce que je veux dire par là, c’est qu’on peut prévoir leurs réactions, parce que l’aspect « tempérament » des personnages est assez poussé pour nous le permettre.

En somme, je ne reproche pas grand chose à ce roman ! L’histoire est tout à fait captivante et bien ficelée. Il y a une bonne intrigue, certes rallongée par des passages que je n’estime « pas forcément nécessaires ». D’un autre côté « toute cette broderie » autour de l’enquête permet de créer une certaine profondeur et un monde dans lequel on peut se projeter avec grand plaisir.

COLD WINTER CHALLENGEAnecdote : Roman lu dans le cadre du #ColdWinterChallenge 2018 menu « Stalactites ensanglantées » rapportant deux points. Un point pour la neige sur la couverture, et un point pour le sang sur la neige. Offert à Noël 2018 par mon amoureux 💖

Bonne lecture ! Signé C.

Du feu de l’enfer – Sire Cédric

Résumé : Manon maquille les cadavres, Ariel maquille les voitures. Elle est thanatopractrice, il est délinquant. Ils sont frère et sœur. Un jour, l’une des combines d’Ariel tourne mal et Manon se retrouve complice malgré elle. Lorsque les assassinats les plus sordides s’accumulent autour d’eux, traçant un jeu de piste sanglant vers une secte satanique, le capitaine Raynal s’intéresse à leur cas. Commence alors une traque qui brouillera les limites entre alliés et prédateurs et mettra à l’épreuve les liens du sang.

Du feu de l'enfer.png

Note personnelle : ★ ★ ★ ★ 

Avis : Tout à fait mon style de lecture ! J’ai adoré que l’histoire force Ariel et Manon, à coopérer. Leur relation semblait complètement morte pourtant on sentait la fraternité prendre le dessus. Je me demande comment ça se passerait dans la réalité. Si j’étais Manon, je n’aurais pas abandonné mon frère non plus, mais je ne suis pas certaine que la majorité des gens accepteraient d’aider un frère aussi égoïste et malsain qu’Ariel.

Quant au métier de l’héroïne, j’ai été surprise, ça sort des sentiers battus. La plupart du temps les personnages principaux sont des policiers, des enquêteurs, des journalistes, cette fois-ci c’est une thanatopractrice, qui se retrouve mêlée à tout ça en étant innocente.

Elle évolue beaucoup durant le roman, notamment à la fin où elle est carrément une femme nouvelle. Je trouve ça particulièrement intéressant ce changement de tempérament, causé par les événements. Après les personnages, l’histoire… La secte est un élément qu’on retrouve dans d’autres romans, mais finalement, pas si souvent que ça. Le satanisme, la barbarie, c’est idéal pour écrire un bon thriller, mais il faut choisir le « bon » détail pour rendre la secte vraiment intéressante à explorer. Pour le coup, le détail à mes yeux, c’est les chiens. On comprend à la fin leurs croyances, « la cause » qu’ils « défendent ». Des esprits malades mais redoutables. Pour s’associer avec d’autres personnes, faire leurs méfaits, puis effacer leurs traces et couvrir mutuellement leurs arrières, il faut être sacrément tordu mais garder son sang froid, être sûr de sa croyance, donner sa confiance aux autres aussi et être intelligent. C’est vraiment le comble de la folie à mes yeux. Parce que c’est une folie consciente.

Un dernier petit mot pour le personnage Céline Menting, technicienne. J’ai adoré la frange rose et son tempérament. Ce n’est peut-être qu’un détail, mais il m’a marqué.

Anecdote : Roman lu dans le cadre du #BabyChallengeThriller de Livraddict 2018 – Photo venant du compte Instagram @le_nez_dans_les_bouquins image ici.

Bonne lecture ! Signé C.